Municipales : entretien avec Alexandre Latz, Place Publique

 

Rencontre matinale, ce jeudi 10 octobre, autour d'un café en centre-ville d'Aubagne, avec Alexandre Latz, responsable départemental de "Place Publique", qui a animé la réunion unitaire du 7 octobre à l'Espace Ambroise Croizat.

Un jeune homme de 39 ans, ingénieur agronome, "vigneron" dit-il, il exploite un vignoble familial et gère une PME de 40 salariés qui intervient dans le domaine de l'agriculture.

Il vient du Var et il est installé à Aubagne depuis 5 ans. Le choix de son adhésion à Place Publique tient sur trois critères :

- des paroles simples et directes sur l'urgence climatique et sociale

- la crédibilité de la parole publique par le choix de portes paroles en lien direct avec les sujets traités

- le choix de se rassembler quand on porte les mêmes idées, "au moins à 80%" précise-t-il. 

Il n'est pas pour le cartel des partis, "mais il faut que les citoyens et les partis trouvent leur place". "C'est mieux de se rassembler au premier tour, on sait ce que valent les accords entre deux tours".

Avec ses yeux, un peu extérieur, il a décelé à Aubagne "une grande vivacité de la gauche qu'on ne trouve pas ailleurs. Dommage que les principaux concernés ne le voient pas ou ne le mesurent pas assez".

Son credo aujourd'hui, travailler pour rassembler. "Tout le monde est d'accord pour une liste citoyenne, avec la place à chaque organisation, de forts marqueurs à gauche et une grande préoccupation environnementale et sociale, il n'y a plus qu'à décider de se rassembler".

Il sait bien, en même temps, que ce n'est pas le fond qui pose problème. Il pointe deux questions "les histoires communes des uns et des autres et les rancoeurs passées dont il faut se débarrasser et la nécessité de trouver une méthode dynamique pour désigner la tête de liste et la liste".

Il affirme qu'il est nécessaire sur cette question de "se positionner vite et sans peur". Il appelle tous les acteurs à venir y travailler ensemble.

A titre personnel, il ne veut pas concourir pour la tête de liste, même pas pour être candidat, il a une seule obsession "une liste unique citoyenne, progressiste et écologiste au premier tour des prochaines élections municipales".

Il ajoute "quand on veut être candidat, les égos sont nécessaires, il faut simplement les mettre dans une dynamique commune et collective".

Pour la réponse attendue lundi pour toutes les orgas, Place Publique a déjà fait son choix, ce sera : "Le rassemblement, nous, nous en sommes".

Il conclut par un appel : "Se rassembler ce n'est que du plus pour tout le monde. Ne restez pas à l'extérieur, venez à l'intérieur travailler pour surmonter tous les obstacles".

Convivial, la parole directe et franche, loin de la langue de bois ou du détournement de questions, il respire l'honnêteté et la sincérité des convictions. Au final, après quelques minutes avec lui, vous avez l'impression de le connaître depuis des années.

Il va participer à faire du bien à Aubagne.

Propos recueillis par Claude Bernardi

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage qui vient de nous parvenir confirme, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • Enfin un point d'accord avec la Macronie ! +

    Interview politique sur LCI du 12/02/20, invitée  : Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes. Sujet : En France, les Municipales des 15 et 22 Mars 2020. Lire la suite
  • Sylvia Barthélémy n'est pas une visionnaire +

    La vie politique de Sylvia Barthélémy à Aubagne est caractérisée par deux traits essentiels : elle perd tout le temps et elle se trompe avec la même régularité. Nous avons extrait quelques-unes de ses prises de position qui marquent son absence totale de vision stratégique sur des questions essentielles du territoire. Lire la suite
  • Gazay va-il oser ? +

    Entre les claquements de portes, les mises à l'écart, les menaces de "révélations" et les tentatives de débauchages ratées, on sait que l'élaboration de la liste de Gazay pour les prochaines municipales s'est construite dans la douleur. Lire la suite
  • Aubagne 2020 : la délinquance explose +

    Nous avons déjà fait état de la vingtaine de cambriolages subis par des foyers aubagnais depuis le début janvier 2020. Cela correspond à un record national au regard de la taille de la commune, mais, depuis, d'autres chiffres viennent encore aggraver ce premier constat. Lire la suite
  • 1