Municipales : entretien avec Alexandre Latz, Place Publique

 

Rencontre matinale, ce jeudi 10 octobre, autour d'un café en centre-ville d'Aubagne, avec Alexandre Latz, responsable départemental de "Place Publique", qui a animé la réunion unitaire du 7 octobre à l'Espace Ambroise Croizat.

Un jeune homme de 39 ans, ingénieur agronome, "vigneron" dit-il, il exploite un vignoble familial et gère une PME de 40 salariés qui intervient dans le domaine de l'agriculture.

Il vient du Var et il est installé à Aubagne depuis 5 ans. Le choix de son adhésion à Place Publique tient sur trois critères :

- des paroles simples et directes sur l'urgence climatique et sociale

- la crédibilité de la parole publique par le choix de portes paroles en lien direct avec les sujets traités

- le choix de se rassembler quand on porte les mêmes idées, "au moins à 80%" précise-t-il. 

Il n'est pas pour le cartel des partis, "mais il faut que les citoyens et les partis trouvent leur place". "C'est mieux de se rassembler au premier tour, on sait ce que valent les accords entre deux tours".

Avec ses yeux, un peu extérieur, il a décelé à Aubagne "une grande vivacité de la gauche qu'on ne trouve pas ailleurs. Dommage que les principaux concernés ne le voient pas ou ne le mesurent pas assez".

Son credo aujourd'hui, travailler pour rassembler. "Tout le monde est d'accord pour une liste citoyenne, avec la place à chaque organisation, de forts marqueurs à gauche et une grande préoccupation environnementale et sociale, il n'y a plus qu'à décider de se rassembler".

Il sait bien, en même temps, que ce n'est pas le fond qui pose problème. Il pointe deux questions "les histoires communes des uns et des autres et les rancoeurs passées dont il faut se débarrasser et la nécessité de trouver une méthode dynamique pour désigner la tête de liste et la liste".

Il affirme qu'il est nécessaire sur cette question de "se positionner vite et sans peur". Il appelle tous les acteurs à venir y travailler ensemble.

A titre personnel, il ne veut pas concourir pour la tête de liste, même pas pour être candidat, il a une seule obsession "une liste unique citoyenne, progressiste et écologiste au premier tour des prochaines élections municipales".

Il ajoute "quand on veut être candidat, les égos sont nécessaires, il faut simplement les mettre dans une dynamique commune et collective".

Pour la réponse attendue lundi pour toutes les orgas, Place Publique a déjà fait son choix, ce sera : "Le rassemblement, nous, nous en sommes".

Il conclut par un appel : "Se rassembler ce n'est que du plus pour tout le monde. Ne restez pas à l'extérieur, venez à l'intérieur travailler pour surmonter tous les obstacles".

Convivial, la parole directe et franche, loin de la langue de bois ou du détournement de questions, il respire l'honnêteté et la sincérité des convictions. Au final, après quelques minutes avec lui, vous avez l'impression de le connaître depuis des années.

Il va participer à faire du bien à Aubagne.

Propos recueillis par Claude Bernardi

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1