Municipales : entretien avec Raymond Lloret, tête de liste PCF

municipales entretien avec raymond lloret tete de liste pcf

L'entretien n'a pas eu lieu. Contrairement à Jean-Marie Orihuel (Modem), Arthur Salone (PS), Denis Grandjean (EE-LV), Alexandre Latz (Place Publique), Ahmed Cheriet (France Insoumise), Magali Giovannangeli (Aubagne La Commune) ou Patrick Candela (Communiste et Insoumis), Raymond Lloret, désigné tête de liste par la section locale du PCF, a refusé de répondre à nos multiples sollicitations. Essayons d'émettre des hypothèses pour en comprendre les raisons.

Mèfi l'a contacté la première fois vers le 20 août, il n'a pas refusé : "Je vais vous répondre". Relancé par nos soins après une semaine, nouvelle promesse : "Je vous réponds par mail". Puis plus rien.

Des dizaines d'appels, sms, messages. Rien. Ne serait-ce que pour nous indiquer, par simple politesse, son refus de participer à cet entretien. Ce que nous aurions accepté, sinon compris. Nous en aurions informé nos lectrices et lecteurs pour qu'elles/ils se fassent une opinion par eux-mêmes.

Mais il a fait le choix de la non réponse. L'impolitesse du Roi ? La pleutrerie d'un politicien qui a peur de la transparence ?

Peur de la transparence ?

Un peu des deux sans doute, mais la deuxième hypothèse semble être la plus vraisemblable. Il préfère visiblement les points presse où on ne pose pas de question, là où on rend compte uniquement de ce que lui veut dire, et surtout sans commentaire.

Que veut-il donc cacher ? Qu'on confirme qu'il a été membre du Parti Socialiste jusqu'en 2016 et que contrairement à ce qu'il présente il n'est pas un "citoyen sans étiquette" ?

Qu'il est né "citoyen" juste avant de se présenter aux élections législatives de 2017 ? Qu'il était de 2014 à 2016 membre de la direction fédérale du Parti Socialiste, alors que Jean-David Ciot, anciennement membre du cabinet de Guérini, était secrétaire fédéral ? Qu'il était membre de cette direction alors que François Hollande était président de la République et Manuels Valls, 1er ministre ?

N'est-il pas plus simple de solder ces questions en les expliquant, naturellement ?

A la direction du PS jusqu'en 2016

Arthur Salone, actuellement secrétaire de la section d'Aubagne du PS, nous a dit "Il est issu de la pouponnière de Sylvie Andrieux". Est-ce un crime ? Même si cette dernière a été condamnée depuis pour détournement de fonds publics à 4 ans de prison dont 3 avec sursis, 100 000€ d'amende et cinq ans d'inégibilité (jugement confirmé en cassation en ... 2016).

A-t-il la crainte qu'on l'interroge sur le commentaire sur notre page Facebook de Raphaêl Da Horta, ancien responsable départemental de la Jeunesse Socialiste, qui après avoir confirmé son passage au PS, écrit : "Si on en croit la présence de quelques responsables du 13/14ème arrondissement de Marseille à son meeting pour le lancement de sa candidature, les ponts ne sont pas coupés".

Doit-il appréhender une question sur la Chambre Régionale des Comptes dont il veut faire le garant des comptes de la commune d'Aubagne, alors que le journal l'Humanité écrit en pointant les magistrats de cette institution qu'ils sont "les petits télégraphistes des doctrines libérales" ?

Il est vrai qu'on peut trouver un point commun : Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes, est un  ancien député socialiste. Pierre Moscovici qui est pressenti pour le remplacer, aussi.

Avec "les petits télégraphistes des doctrines libérales" ?

Doit-il redouter des éclaircissements sur sa participation au mystérieux "Comité Jean Moulin" (un peu prétentieux !), avec la famille Danchesi, comité dont nous parle Patrick Candela dans son entretien et qui, au fond, avait pour but unique d'empêcher la candidature de la tête de liste d'Aubagne La Commune ?

Est-il effrayé de faire découvrir que ses appels au rassemblement de la gauche ne sont là que pour masquer qu'il n'en veut pas ?

Se méfierait-il d'une demande d'éclaircissement pour savoir comment il a financé sa campagne des législatives de 2017, puisque son score (2,03%) ne lui a valu aucun remboursement public ? Et pourquoi, l'imprimeur de tout son matériel était l'imprimeur "historique" de tous les candidats socialistes ?

Mais nous n'avions pas l'intention de lui poser toutes ces questions. Notre souci était de faire savoir honnêtement à notre lectorat ce qu'étaient les propositions de Raymond Lloret.

Nous aurions sans doute eu tort. Une de ses colistières présente Raymond Lloret comme le mariage de la jeunesse et de l'expérience. C'est sûr que ce monsieur a de l'expérience. L'expérience des vieux briscards de la politique qui promettent tout, pour faire le contraire une fois élu. 

Comme François Hollande. Son candidat au premier tour de l'élection présidentielle de 2012.

Bob Acad

 

Articles récents

  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage qui vient de nous parvenir confirme, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • Enfin un point d'accord avec la Macronie ! +

    Interview politique sur LCI du 12/02/20, invitée  : Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes. Sujet : En France, les Municipales des 15 et 22 Mars 2020. Lire la suite
  • Sylvia Barthélémy n'est pas une visionnaire +

    La vie politique de Sylvia Barthélémy à Aubagne est caractérisée par deux traits essentiels : elle perd tout le temps et elle se trompe avec la même régularité. Nous avons extrait quelques-unes de ses prises de position qui marquent son absence totale de vision stratégique sur des questions essentielles du territoire. Lire la suite
  • Gazay va-il oser ? +

    Entre les claquements de portes, les mises à l'écart, les menaces de "révélations" et les tentatives de débauchages ratées, on sait que l'élaboration de la liste de Gazay pour les prochaines municipales s'est construite dans la douleur. Lire la suite
  • Aubagne 2020 : la délinquance explose +

    Nous avons déjà fait état de la vingtaine de cambriolages subis par des foyers aubagnais depuis le début janvier 2020. Cela correspond à un record national au regard de la taille de la commune, mais, depuis, d'autres chiffres viennent encore aggraver ce premier constat. Lire la suite
  • 1