Municipales : quelques pas de plus vers un rassemblement des forces de gauche, progressistes et écologistes.

Les initiateurs et organisateurs de la rencontre du 7 octobre qui souhaitaient se projeter vers le rassemblement des forces progressistes d'Aubagne peuvent être satisfaits. La soirée dans le domaine de la participation, dans celui du contenu et dans sa conclusion a été un quasi sans-faute.

La réunion était co-organisée. L'animation était plurielle : Alexandre de "Place Publique", Clémentine de "Aubagne La Commune" et Brigitte de "Alternative 2020-Aubagne en commun". La Provence, La Marseillaise et Mèfi étaient présents.

Un peu plus d'une centaine de personnes (et encore une cinquantaine après plus de deux heures d'échange) garnissaient de belle façon l'Espace Ambroise Croizat. La diversité était au rendez-vous, des citoyennes et des citoyens engagés venus en leur nom, des militants associatifs et syndicaux (on peut noter une présence très significative de syndicalistes des Territoriaux d'Aubagne), des socialistes, des communistes, des représentants des divers groupes de La France Insoumise et d'Europe Ecologie-Les Verts.

Le premier temps d'échanges portait sur les conditions programmatiques et techniques pour progresser vers le rassemblement.

Participation, contenu, conclusion : un quasi sans faute

Chacun.e avait deux minutes maximum pour dire la ou les mesures qu'il/elle souhaitait voir dans le programme. Derrière, celles ou ceux qui ne partageaient pas ces propositions devaient lever la main, sans débat, pour marquer son opposition ou son désaccord.

Les diverses suggestions permettaient d'entrevoir les bases d'un programme : gratuité des cantines, participation citoyenne, asseoir les valeurs sur de nouvelles pratiques, urgence sociale et écologique, stopper l'urbanisation hors des zones déjà habitées, défense des services publics et de l'hôpital, politique des transports à l'échelle métropolitaine, permettre à Aubagne de se faire entendre dans la métropole, défendre la gratuité des transports, relancer le projet Tram vers Marseille, repenser la voie de Valdonne, redonner du sens au service public communal et redonner leur place aux agents, repenser la ville et la mobilité pour tous, avoir une vraie politique pour la jeunesse, sanctuariser les zones agricoles, donner les moyens aux maisons de quartiers, la Culture au centre des décisions, faire revivre le féminisme, la paix, permettre aux citoyens d'avoir la parole pendant tout le mandat, un référendum sur les grands projets, un référendum révocatoire, accompagner et développer la transition écologique, l'emploi et l'économie, reverdir la ville, une PM préventive, une dépollution visuelle en réduisant (supprimant ?) les publicités, gestion publique de l'eau (gratuité, ressource, citoyenneté), RIC, permettre à tous les élus d'avoir une indemnité pour exercer leur mandat, stopper la vente des terrains publics, fédérer les associations, une ville ouverte, des véhicules électriques, ...

Des dizaines de propositions et seulement 5 ou 6 ont vu quelques mains se lever. Ce qui pouvait laisser penser que ce chacun soulignait comme étant l'essentiel ou le coeur du rassemblement était déjà là.

Pourtant le deuxième temps permettait de souligner les freins et les facteurs bloquants pour se rassembler.

Les avis étaient plus partagés même s'ils n'étaient pas divergents ou forcément contradictoires.

Le programme au coeur du rassemblement

On pouvait noter : la prééminence des partis face à la nécessité de construire une liste citoyenne où l'intérêt des gens passe avant l'étendard à brandir; combattre les moyens de pression sur les décisions par l'organisation d'un Festival de "cogitation"; les absents, il faut aller les rencontrer chez eux; la désignation de la tête de liste par "sociocratie"; le manque de bienveillance, apprendre à se respecter; les divergences programmatiques de fond des divers partis à surmonter; définir un calendrier et une méthode pour désigner les candidat.e.s et la tête de liste; organiser un Archipel pour converger vers des rives communes; sortir du cercle des militants (même s'il est important et divers) et aller vers les 45 000 Aubagnais.es (rassembler les dix ou quinze grands axes du programme, aller les présenter ensemble dans les divers quartiers, décider des candidat.e.s et de la tête de liste avec le plus grand nombre d'Aubagnais.es, pourquoi pas par une primaire); imaginer un local de campagne itinérant; etc, etc ...

L'échange se concluait par la volonté de se retrouver, avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, le 14 octobre à 18 heures au Cercle de l'Harmonie pour :

- que chaque groupe ou organisation dise s'il est partant pour le rassemblement

- prendre les décisions de "secrétariat" nécessaires pour continuer et décider de qui doit constituer ce groupe "administratif".

Quelques crispations semblaient s'atténuer, on pouvait déceler quelques signes de convivialité et de bienveillance, des militants donnaient le sentiment de se découvrir ou de se redécouvrir. 

On n'y est pas encore, mais le chemin du rassemblement semble largement ouvert et possible.

Claude Bernardi

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1