Conférence de presse : Grandjean et quelques militants LFI choisissent "leurs" médias


grandjean

Ce soir, jeudi 12 septembre, à 18 heures, Denis Grandjean, Alain Miguel, Bernadette Saivet, et quelques militants d'Europe Ecologie-Les Verts et de La France Insoumise (en tout, un peu moins d'une quinzaine de personnes) tenaient une conférence de presse. J'y étais pour Mèfi, avec La Provence et La Marseillaise. On m'a contraint à partir parce que je représentais un média qui a exprimé son accord avec une autre liste. Lamentable. Quelle tristesse.

D'entrée, alors que je disais bonsoir aux organisateurs, j'ai vu que quelques visages se tendaient. Puis un des organisateurs, Alain Miguel, est venu me demander ce que je venais faire là, que je n'avais pas été invité et il me demandait de partir.

La raison invoquée est simple. Mèfi a exprimé son soutien à "Aubagne La Commune", ce qui est très visiblement insupportable pour eux. Mèfi n'avait donc pas le droit de participer à la conférence de presse.

Le fait d'expliquer que Mèfi était un média, avec plus de 5 500 abonnés, plus de 12 000 lectrices et lecteurs d'Aubagne n'y faisait rien. Ils avaient décidé quels étaient les journalistes qui avaient le droit d'entendre leurs divines paroles.

Mèfi a exprimé son soutien à une autre liste, donc Mèfi est exclu de la conférence de presse

Après ma remarque : "Vous faites comme Macron, vous choisissez qui doit vous poser les questions dans une conférence de presse ?", la seule réponse trouvée par l'un des principaux responsables fut : "C'est le seul argument à nous opposer ?".

Mais pour un militant de La France Insoumise avoir les mêmes méthodes de communication et la même conception de la presse que Macron, ce n'est pas un argument à entendre ?

Denis Grandjean y est allé de sa leçon de respect. Le respect, pour lui, c'est d'accepter les décisions qui sont de véritables atteintes à la liberté de communication. Bernadette Saivet à qui je demandais si elle acceptait qu'on mette dehors des réunions politiques des journalistes qui n'avaient pas été invités, ne trouvait rien d'autre à dire que "Ne nous faites pas perdre du temps avec des questions sur l'actualité".

Une militante EE-LV me faisait observer qu'elle avait trouvé sur internet qu'une conférence de presse, c'était "des invitations envoyées à des journalistes ciblés" (sic!).

Au bout de 40 minutes de harcèlement en tout genre, d'humiliations et de pressions, j'ai décidé de partir et de laisser la conférence de presse se tenir. Mèfi la commentera à partir des articles qui paraîtront, sans doute, dans La Provence et dans La Marseillaise.

Pour Grandjean, il faut respecter les atteintes aux libertés

Je remercie la journaliste de La Provence (que pourtant Mèfi ne ménage pas) d'avoir refusé de changer de salle ou de reporter la rencontre comme le proposait, pour m'écarter, un des animateurs de la soirée.

Pour en revenir aux organisateurs, si ces gens là arrivent, ne serait-ce qu'un peu, aux commandes de la ville, vont-ils décider que seul AJJ aura droit de cité ? Il ne nous restera plus qu'à demander l'asile politique au Vénézuela.

Même Gazay (qui n'invite jamais Mèfi) n'a jamais tenté de nous mettre dehors d'une de ses initiatives où il ne nous avait pas invité.

Jamais, ici, de telles méthodes n'ont existé. C'est une honte pour Aubagne !

Mais bien sûr, comme les plus vieux briscards de la politique, ils donnent des leçons sur la démocratie, le respect des différences, l'acceptation des autres, la nécessité de se séparer des anciennes pratiques politiciennes, le rassemblement et l'union, etc, etc, ...

Ce sont les actes qui donnent à connaître les gens. Nous venons d'avoir un témoignage édifiant.

Claude Bernardi

 Photo La Provence

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Audace écologique et proximité : le rôle indispensable du service public territorial +

    J'ai connu un service public territorial où la majorité des agents étaient motivés, engagés au service de la population. Chacun connaissait le fondement du service public, sa mission et son rôle. Depuis 2014, le personnel a été en grande partie renouvelé par du personnel contractuel n'ayant aucune notion de service Lire la suite
  • Conseil municipal : on aiguise les couteaux +

    Nous avons assisté au premier conseil municipal de campagne électorale, et ce en plusieurs occasions, nous y reviendrons dans ce compte-rendu. En commençant par une présence importante des élu-e-s et notamment par le retour de Mme Mélin que nous n'avions pas vue depuis quelques temps. Lire la suite
  • L'Humain d'abord +

    Pour Aubagne et ses habitant·e·s la liste des sujets à améliorer est vaste. La prochaine mandature devra être à la hauteur des enjeux de demain. Lire la suite
  • Municipales : que vont faire les gilets jaunes d'Aubagne ? +

    Mercredi 13 novembre, les gilets jaunes d'Aubagne qui depuis un an se retrouvent au péage de Pont de l'Etoile s'étaient donné rendez-vous pour réfléchir aux conditions et à la forme de leur présence pour les futures élections municipales à Aubagne. Lire la suite
  • La Provence en campagne +

    Mercredi 13 novembre, la réunion du conseil municipal avait à son ordre du jour le vote du Rapport d'Orientations Budgétaires 2020. A 4 mois des élections municipales, c'était bien sûr pour les divers groupes d'élus l'occasion de rentrer en campagne. Dans son compte rendu du 14 novembre, La Provence en Lire la suite
  • Des cantines bio à Aubagne +

    La nourriture de nos bambins est un sujet très en vogue partout en France. Certaines municipalités ont tenté le 100 % bio pour le plus grand bonheur des familles et des enfants. Les médias en font leur cheval de bataille, alors pourquoi pas à Aubagne ? Lire la suite
  • Le Napollon, un restaurant à connaître +

    "Le hasard fait bien les choses" dit-on. Pas sûr que cela soit toujours vrai. Mais le hasard qui nous a conduit au restaurant situé sur le bord de la RN 96 à Napollon et qui s'appelle "Le Napollon" a réussi son coup. Lire la suite
  • 1