Et la plainte ?

Après la condamnation de la ville d'Aubagne par la Cour d'Appel de Paris en janvier 2018 face à la banque RBS, concernant les emprunts toxiques, Gazay, dans une lettre enflammée adressée aux Aubagnais·es en juin 2018, écrivait : "en intentant une action pénale auprès du Procureur de la République, je souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les responsabilités soient mises à jour". Six mois après, nous avions constaté l'absence de nouvelle sur le dépôt de plainte. Un an après, il en est toujours de même.

Il y a un an, Mèfi écrivait déjà : "C'est un nouvel épisode de l'enfumage électoral dont Gazay a fait son seul argument de gestion". C'est, de nouveau, confirmé aujourd'hui.

Et cela se comprend très facilement.

D'abord parce que la responsabilité des emprunts toxiques appartient aux banques. Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste qui a étudié le sujet a écrit : "La responsabilité doit se situer au sein même de la Banque Dexia qui faisait le choix de vendre délibérément à des collectivités des produits instables". Et il concluait par ces mots : "c'est la parfaite illustration des débordements financiers... l'affaire Dexia révèle le manque de contrôle chronique du monde de la finance".

Or, il n'est bien sûr pas question que Gazay aille pointer, ne serait-ce qu'un peu, la responsabilité de ses amis des banques.

La deuxième raison est encore plus évidente. Le montant total des emprunts toxiques, en France, dans la sphère publique, a été de 8,62 milliards d'euros. Comment pourrait il expliquer que ce sont les gestionnaires aubagnais qui ont été incompétents puisque les emprunts toxiques d'Aubagne représentent moins de 5 millième de ce total ?

Mieux que ça si on sait que 1200 collectivités ont été concernées (dont Nice, Saint Tropez, Grasse..., toutes dirigées par des amis du maire), la "tête de gondole" des villes touchées n'est autre que... Marseille avec ses 119,66 millions d'euros d'emprunts toxiques.

Nous risquons donc d'attendre encore très longtemps l'aboutissement d'une quelconque procédure.

Pour la dette (qui n'a toujours pas baissé), les emprunts toxiques (nous venons de le voir) comme pour tous ses actes de gestion (tout le monde le constate tous les jours), Gazay brasse de l'air avec les bras (sa façon à lui de combattre le réchauffement climatique) et fait du bruit avec la bouche.

Pour une vraie gestion saine et efficace, il vaudra mieux compter sur les élections municipales et l'arrivée d'une nouvelle équipe.

Bob Acad

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Sylvie Pillé, candidate France Insoumise en 2017, soutient "Rassemblé·e·s pour Aubagne" +

    Ce début d'année 2020 marque une nouvelle étape dans la campagne des élections municipales des 15 et 22 mars prochains. Après la déclaration du maire vendredi 17 à la cérémonie des voeux et celle plus officielle qu'il fera le 27, c'est bien 7 listes (4 à droite et 3 à Lire la suite
  • Les maires de Roquevaire et de La Bouilladisse aux côtés de Magali Giovannangeli +

    De 2011 à 2014, les maires de La Bouilladisse et de Roquevaire étaient les vice-présidents de Magali Giovannangeli, alors présidente de la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. Lire la suite
  • Le RCA fait match nul chez le leader, l'OM qualifié pour les 1/8ème +

    En foot, week-end Coupe de France, l'OM se qualifie pour les 1/8ème de finale en battant Granville (0 à 3), Nice, Lille, Saint Etienne, Strasbourg, Lyon, Montpellier, Angers, Rennes, Dijon et le QSG sont les autres équipes de Ligue 1 qui restent dans la compétition. Lire la suite
  • Gazay : des voeux de fin de règne +

    Moins de 400 personnes aux vœux de Gazay ce vendredi 17 janvier. Jamais depuis 40 ans une cérémonie de voeux d'un maire d'Aubagne n'avait vu aussi peu de monde. Pire, seulement 22 conseillers municipaux de la majorité présents sur les 32 élus. Bien sûr absence de Barthélémy, mais aussi disparition Lire la suite
  • Barthélémy rate ses vœux +

    A peine 80 personnes, ce jeudi 16 janvier, devant le local de campagne, pour les vœux de Sylvia Barthélémy, la candidate de La République En Marche. La dynamique de la victoire ne semble pas être dans ce camp. Lire la suite
  • Barthélémy : mensonges et omissions +

    Sur un tract distribué par les militants de Sylvia Barthélémy nous trouvons au recto une critique de tout ce qu'elle a cautionné avec Gazay (lire "Barthélémy dézingue Gazay") et au verso tout ce qu'elle a réalisé ... mais c'est truffé de mensonges et d'omissions. Lire la suite
  • Le RCA gagne encore, match nul pour l'AFC, l'OM creuse l'écart +

    En Ligue 1, avec un peu de réussite, l'OM s'impose à Rennes (0 à 1), Lyon bat Bordeaux (1 à 2), Angers fait match nul face à Nice (1 à 1), Montpellier fait une bonne affaire à Amiens (1 à 2). Nantes se déplace à Saint-Etienne pour gagner (0 à Lire la suite
  • 1