Et la plainte ?


Après la condamnation de la ville d'Aubagne par la Cour d'Appel de Paris en janvier 2018 face à la banque RBS, concernant les emprunts toxiques, Gazay, dans une lettre enflammée adressée aux Aubagnais·es en juin 2018, écrivait : "en intentant une action pénale auprès du Procureur de la République, je souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les responsabilités soient mises à jour". Six mois après, nous avions constaté l'absence de nouvelle sur le dépôt de plainte. Un an après, il en est toujours de même.

Il y a un an, Mèfi écrivait déjà : "C'est un nouvel épisode de l'enfumage électoral dont Gazay a fait son seul argument de gestion". C'est, de nouveau, confirmé aujourd'hui.

Et cela se comprend très facilement.

D'abord parce que la responsabilité des emprunts toxiques appartient aux banques. Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste qui a étudié le sujet a écrit : "La responsabilité doit se situer au sein même de la Banque Dexia qui faisait le choix de vendre délibérément à des collectivités des produits instables". Et il concluait par ces mots : "c'est la parfaite illustration des débordements financiers... l'affaire Dexia révèle le manque de contrôle chronique du monde de la finance".

Or, il n'est bien sûr pas question que Gazay aille pointer, ne serait-ce qu'un peu, la responsabilité de ses amis des banques.

La deuxième raison est encore plus évidente. Le montant total des emprunts toxiques, en France, dans la sphère publique, a été de 8,62 milliards d'euros. Comment pourrait il expliquer que ce sont les gestionnaires aubagnais qui ont été incompétents puisque les emprunts toxiques d'Aubagne représentent moins de 5 millième de ce total ?

Mieux que ça si on sait que 1200 collectivités ont été concernées (dont Nice, Saint Tropez, Grasse..., toutes dirigées par des amis du maire), la "tête de gondole" des villes touchées n'est autre que... Marseille avec ses 119,66 millions d'euros d'emprunts toxiques.

Nous risquons donc d'attendre encore très longtemps l'aboutissement d'une quelconque procédure.

Pour la dette (qui n'a toujours pas baissé), les emprunts toxiques (nous venons de le voir) comme pour tous ses actes de gestion (tout le monde le constate tous les jours), Gazay brasse de l'air avec les bras (sa façon à lui de combattre le réchauffement climatique) et fait du bruit avec la bouche.

Pour une vraie gestion saine et efficace, il vaudra mieux compter sur les élections municipales et l'arrivée d'une nouvelle équipe.

Bob Acad

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Once Upon A Time... in Hollywood +

    Quand on aime le cinéma, on ne peut qu’être en admiration devant l’œuvre de Tarantino et Once upon a time... In Hollywood est l’événement attendu de la rentrée cinématographique de Septembre. Le créateur de Kill Bill a décidé de nous entrainer dans l’histoire du cinéma américain des années 60. Il ne lésine pas Lire la suite
  • Le Yatay, restaurant asiatique +

    Depuis juste un peu plus d'un an, le Yatay est situé dans la galerie marchande d'Auchan, à l'extrémité, à droite de l'entrée principale. Une cinquantaine de couverts à l'intérieur, une trentaine sur une terrasse magnifiquement décorée à l'extérieur. Lire la suite
  • Municipales : entretien avec Jean-Marie Orihuel, Modem Aubagne +

    Les prochaines élections municipales s'approchent. Mèfi a décidé de rencontrer quelques acteurs politiques locaux pour tenter de connaître leurs réflexions et positions sur cette prochaine échéance. Lire la suite
  • Défaite pour l'AFC et match nul pour l'OM +

    En Ligue 1, Lyon cartonne à nouveau devant Angers (6 à 0), l'OM piétine et ne fait que match nul à Nantes (0 à 0), Lille est battu par Amiens (1 à 0), Metz se joue de Monaco (3 à 0) et Saint-Etienne est accroché à domicile par Brest (1 Lire la suite
  • La campagne électorale de Barthélémy au frais des contribuables +

    Depuis le 2 août, on trouve sur la page facebook de Sylvia Barthélémy des vidéos sur son bilan depuis 2014. A 7 mois des élections municipales, rien d'étonnant à cela... sauf que ce sont les contribuables qui paient sa propre propagande électorale. Lire la suite
  • Aubagne : cambriolages en hausse +

    Malgré les graphiques lus à l'envers par l'adjoint à la sécurité, les chiffres sans aucun fondement présentés dans les conseils de quartiers et qui font les titres d'AJJ et du site de la ville, Mèfi, depuis des mois, dénonce la multiplication des vols et des cambriolages à Aubagne. Lire la suite
  • Barthélémy, c'est du pipeau +

      Depuis 2014, Sylvia Barthélémy et son entourage jouent une petite musique qui laisse penser "qu'avec elle, ce serait différent" (comprenez différent de Gazay). On entend même qu'elle serait "très service public et proche de "ses" salariés". Son entourage et ses portes paroles accompagnent cette musique en jouant du pipeau. Et il Lire la suite
  • 1