Aubagne La Commune : un programme municipal construit par les Aubagnais.es

aubagne la commune un programme municipal construit pour et avec les aubagnais es

Depuis quelques jours, nous sommes ensevelis par des sondages sur les municipales de 2020. Qui va gagner ? Qui va perdre ? L'un d'entre eux ne s'est pas intéressé aux rapports des forces politiques mais aux attentes des électrices et des électeurs.

On y apprend que si les Françaises et les Français veulent voir de nouveaux visages, plus jeunes et plus féminins, "en même temps" ils et elles préfèrent un maire expérimenté plutôt que sans expérience. Mais surtout 89% d'entre eux souhaitent être impliqués dans l'élaboration du programme et 72% attendent un projet municipal co-construit.

Force est de constater que l'association "Aubagne La Commune" n'a pas attendu la publication de ce sondage pour répondre à ces attentes.

Depuis plusieurs mois, elle a engagé un travail d'élaboration de propositions dans des séances de travail ouvertes avec ses ateliers thématiques et des ordres du jour très divers : enfance et éducation ; transports ; culture ; service public ; transition écologique ; démocratie ; budget ; urgence sociale et solidarité ; sport ; mouvement associatif...

Au total, c'est déjà plus de 300 personnes différentes, plusieurs dizaines de représentants d'associations en lien avec tel ou tel thème, des citoyen.ne.s engagé.e.s ou pas qui on pu commencer à "débroussailler" le terrain d'un projet collectif.

89% veulent participer à l'élaboration d'un projet

Un animateur du mouvement nous affirme "qu'il s'agit là du tout début d'un processus et que, dès la rentrée de septembre, il faudra parler en milliers d'Aubagnaises et d'Aubagnais concernés", et il rajoute "si on veut, seulement, toucher la moitié des électrices et des électeurs inscrits, il faudra dépasser les 16 000 !".

Un autre complète en nous faisant savoir que tous les moyens de rencontres seront utilisés : "les visites de quartiers, les débats publics, les appels téléphoniques, les divers outils numériques, les questionnaires, etc...".

Mais déjà des centaines de pistes émergent de ces premières rencontres.

Pour les transports, la volonté de penser à l'environnement d'abord et de mettre en cohérence les transports, l'habitat et l'économie ; la nécessité de proposer des modes doux (pistes cyclables, piétonnisation...) sans rien imposer mais en faisant expérimenter (faire mesurer l'impact économique pour les commerçants, l'intérêt pour les automobilistes, la sécurité pour les autres...).

Pour l'enfance et l'éducation, la nécessité de rencontres publiques avec des enseignants, professionnels, parents, enfants ; savoir dépasser tous les handicaps des enfants ; organiser une vraie coopération ville/éducation ; faciliter les formations des formateurs.

"Il faudra faire participer au moins 16 000 personnes"

Pour la Culture, savoir réinvestir l'espace public ; laisser la place à l'initiative ; faire preuve d'audace, revisiter la place de la création et des artistes dans la cité ; donner un vrai espace et des moyens conséquents aux associations qui oeuvrent dans le domaine culturel.

Pour le service public, replacer le personnel communal au centre des réalisations municipales ; avoir une équipe municipale qui pense sans cesse au bien être, au respect et à une juste reconnaissance des agents.

Pour la transition écologique, avoir toujours la volonté "d'agir local et provoquer le sursaut global" ; de placer les questions environnementales au coeur de toutes les initiatives municipales ; de travailler à l'installation des énergies renouvelables ; de faciliter l'isolation des logements ; de repenser les déplacements ; de promouvoir et développer des ressourceries ; de multiplier les jardins partagés : d'expérimenter "un maraîchage municipal".

Pour la démocratie, s'engager dans un bilan public de mi-mandat où l'équipe municipale devra faire un référendum révocatoire s'il est négatif ; multiplier les moyens de participation en ligne avec les outils numériques ; construire un budget totalement partagé avec les citoyen.ne.s ; créer un service public de la démocratie ; en toute circonstance de partager le pouvoir ; s'engager sur une charte des élu.e.s qui leur donne le droit d'être comme tout le monde et pas plus.

Pour le budget, faire un audit par un organisme indépendant et contrôlé par les citoyen.ne.s ; maîtriser et réduire la dette (elle était de 3432€ par hab en 2013 et de 3469€ en 2017) ; investir pour développer le patrimoine aubagnais sans faire de cadeaux aux banques ; donner les moyens au service public communal de répondre aux besoins de la population.

Des élu.e.s comme tout le monde

Pour l'urgence sociale et la solidarité, créer un observatoire d'expérimentations des gratuités (cantine scolaire, culture...) ; donner tous les moyens nécessaires aux associations caritatives et de solidarité d'exercer pleinement leurs multiples activités.

Pour le sport, réhabiliter et remettre en service la piscine du Bras d'Or, restaurer l'arche et la façade, patrimoine culturel d'Aubagne ; privilégier les animations sportives pour les enfants ; entretenir régulièrement tous les équipements sportifs et assurer les mises aux normes dans le domaine de la sécurité ; mettre au coeur de la politique sportive "le sport pour tous".

Pour le mouvement associatif, faciliter et alléger les formalités pour le prêt des salle aux associations dans toutes les structures municipales (y compris les maisons de quartiers et l'ex-MJC) ; étendre les plages horaires pour l'utilisation des salles (y compris le WE) ; redonner tous les moyens nécessaires au service public de la vie associative ; redonner tout son sens au Conseil Local de la Vie Associative.

Personne ne sait aujourd'hui si ces propositions seront retenues, si d'autres naîtront, beaucoup de travail reste à faire pour mettre tout ça en cohérence et en faire un projet global.

Un animateur des ateliers insiste : "L'expérience vécue de 2014 à 2019 montre qu'il faudra faire une place privilégiée aux associations et faire confiance, en tout domaine, à leurs expertises".

Ce qui est sûr, c'est que la volonté de construire à des milliers de mains une alternative à la politique de casse de Gazay et des siens est en route et rien ne semble pouvoir l'arrêter.

Joseph Lèsperd

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1