Mauvais sondages pour Gazay

mauvais sondages pour gazay

Vous êtes peut-être parmi les personnes qui ont été sondées au premier trimestre de cette année ? Dans les "milieux autorisés", on nous affirme que deux sondages concernant Aubagne ont eu lieu, fin février et fin mars. Les deux mesures de l'opinion donneraient le même résultat : Gazay en grande difficulté, une liste conduite par Giovannangeli (désignée tête de liste par "Aubagne La Commune") gagnante au deuxième tour après un premier tour dominé par le Rassemblement National et Joëlle Mélin.

Vraie info ou intox ? Qu'importe, les sondages, plus personne n'y croit. Mais ce qui est sûr, c'est que le maire, lui, y croit.

Depuis plus de trois mois maintenant, on le voit partout battre la campagne, fébrilement, promettant tout ce qu'il a refusé pendant 5 ans (rien que dans ce week-end de Pentecôte, on l'a vu aux rencontres régionales des villes amies des enfants, au rallye de la Sainte Baume, au salon des agricultures de Provence, avec les résidents du Domaine de la Perussonne, à la commémoration des morts d'Indochine, avec les peintres sur Foch, au Tennis Ballon Solidaire, à l'expo du Panther Club, avec les résidents des Taraïettes, au vide grenier de l'association "Chats du coeur" - ou il a tenté, en vain, de ravir la vedette à Barthélémy -, aux portes ouvertes du Club de Tennis, ..., si ça ce n'est pas de la campagne électorale) .

Des routes (départementales) sont (re)goudronnées avec la bénédiction financière de Martine Vassal, présidente du département et de la métropole (comme à Marseille où la majorité municipale après 5 mandats successifs vient de s'apercevoir qu'il fallait refaire les voiries du centre-ville).

Comme certains maires qui n'ont aucun sens des priorités communales, Gazay "refait" les ronds-points. Mais Barthélémy assure que c'est elle qui paie.

Une agitation fébrile d'une campagne électorale qui s'annonce mal

Les tondeuses et les débroussailleuses (avec des entreprises privées) font le tour de tous les quartiers pour tenter de masquer tous les espaces publics laissés à l'abandon et sans entretien depuis 5 ans.

Le "petit plus" de la semaine : il est allé demander à la poste de ne pas supprimer le bureau de Central Parc ... sans doute jusqu'aux élections municipales. Le double langage, ça le connaît, lui dont le parti "Les Républicains" demande la réduction de la dépense publique de 20 milliards et qui trouve que la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires proposée par Macron, ce n'est pas suffisant.

Au-delà des chiffres des sondages (les élections européennes ont, une nouvelle fois, fait la preuve d'une crédibilité très limitée), les proches du maire lui font remonter que les Aubagnais.es le trouvent "peu accessible", "pas à l'écoute", "loin des préoccupations des gens", "avec peu de sensibilité environnementale".

Les élections professionnelles de décembre qui a vu le triomphe de la liste CGT et l'effondrement du syndicat "maison", a été un premier avertissement sévère (depuis, d'ailleurs, il ne se passe plus un jour sans que Gazay ne vante les mérites du personnel communal).

Elections professionnelles : les municipaux rejettent Gazay

Le résultat du candidat du parti du maire aux élections européennes à Aubagne est un dernier coup de semonce (7,64%, bien plus mauvais qu'à Marseille, en-dessous du score national, le plus mauvais résultat des mairies de droite). D'autant plus que, contrairement à la plupart des responsables politiques aubagnais, Gazay avait fait un appel national (paru dans le JDD) pour soutenir la liste,"Les Républicains".

L'explosion ou l'implosion du parti "Les Républicains" (celles et ceux qui démissionnent pour "reconstruire ailleurs", celles et ceux qui rejoignent Macron - comme Barthélémy ? - , celles et ceux qui veulent refonder le parti, ...) n'est pas de nature à rassurer le maire pour l'année prochaine.

D'où une course effrénée (désespérée ?) pour tenter de rattraper tout ce qui bouge quitte à remettre en cause l'équilibre du budget 2019 voté il y a quelques semaines. Les dépenses seront reportées sur 2020. Après moi, le déluge.

Pas sûr que cela suffise à tromper les Aubagnais.es, tant chacune et chacun, quel que soit le quartier et quel que soit son milieu, a pu constater l'incompétence, l'incurie et le mépris d'une équipe municipale qui a commencé à détruire les racines mêmes de notre Aubagne.

Antoine Monticellu

 

Articles récents

  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • 1