Métropole : la fin des illusions


Métropole : la fin des illusions

Le vote de « l’état spécial du territoire », c'est-à-dire le budget, du Pays d’Aubagne et de l’Etoile confirme, comme dénoncé par les élus de l’opposition depuis 3 ans, l’abandon de la quasi-totalité des projets proclamés « d’intérêts communautaire » par Mme Barthélémy et les maires au moment de la création de la Métropole.

Rappelons nous : pour Aubagne, le centre de congrès, le musée international de la céramique et du santon, le musée Marcel Pagnol, le stade nautique et le complexe sportif et pour Cuges, le gymnase (d’intérêt métropolitain !!?). 

Budget estimé en 2016 : plus de 100 millions €, Budget 2019 : 0€ !

Seule la salle de spectacle d’Auriol aura échappé à  ce désastre ; il est vrai qu’elle avait été initiée du temps (béni)  de l’Agglo…

Ces projets sont remplacés par des fonds de concours, pour un peu plus d’un million d'euros sur laquelle la présidente s’extasie. On se console comme on peut.

Au niveau du fonctionnement, la dotation au territoire est en recul de 1,2 M€ (de 16,7 M€ en 2018 à 15,5 M€ en 2019), environ 8 % du budget, suite au « pacte de confiance » (plutôt le « baiser de la mort » !) signé entre la métropole et l’Etat. Et encore le travail des services du territoire et la renégociation de certains marchés ont permis d’alléger la facture. Les « économies » auraient du être de 12%...
Que restera-t-il en 2020 ?

Comme souvent, les associations seront touchées par ces coupes budgétaires, puisque les crédits alloués aux subventions passeront de 1,61 M€ à 1,36 M€.

Quand on sait que le conseil régional s’est aussi engagé dans une réduction drastique des subventions  versées aux associations, il est à craindre que nombreuses seront celles qui se retrouveront en difficulté financière. Le détail des sommes allouées à chaque association sera connu lors du prochain conseil de territoire.

Autre sujet important abordé lors de ce conseil de territoire, le « projet de territoire ». Un catalogue de bonnes intentions qui ne vise qu’à fondre un peu plus le territoire du pays d’Aubagne et de l’Etoile dans la Métropole, lui enlevant ainsi toute son originalité.

Antoine Di Ciaccio, pour les élus d'opposition, déplore que ce document ait été élaboré en dehors de toute concertation avec les élus municipaux des majorités et opposition et sans la population.
Un petit travail consensuel entre maires et techniciens pour ne pas faire de vague…
Pour répondre à cette remarque, la présidente assure que les concertations prévues dans le cadre de l’élaboration du PLU intercommunal seront respectées.
On est rassuré : on va respecter la loi, mais pas plus..

Antoine Di Ciaccio pose également une question concernant la place de la commune de Gèmenos. On lui répond qu’elle n’est pas concernée par ce projet de territoire. Bizarre, quand on lit p.7 du document : « Si ce questionnement (la pertinence du périmètre territorial ndlr) commence le plus souvent par la place qu’il convient de donner à la commune de Gémenos, il se poursuit jusqu’à la définition d’un bassin de vie « Est métropolitain » qui réunit les douze communes du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, Plan de Cuques, Allauch ainsi que Cassis, Carnoux, Ceyreste, Roquefort-La Bédoule, La Ciotat et Gémenos bien sûr

Un bug dans la concertation, déjà?

Elaborer un PLU sans être sûr de la pertinence du territoire, faut le faire…

La première étape de ce projet, l’élaboration du Plan d’aménagement et de développement durable (le PADD) en vue de l’élaboration du PLUi débutera en janvier. En toute liberté de décision parait-il. On en reparlera.

Et il est à craindre que la juxtaposition des ces projets de territoire ne sonne le glas des projets de proximité pour les fondre dans un projet « monstropolitain » loin des préoccupations des citoyen(ne)s.

D’ici là, bonnes fêtes à tous.

Diego de la Vega