La dèèèèèèèèèteueuh


conseil municipal d'Aubagne : le vote du budget et la dette

A chaque réunion du conseil municipal qui vote le budget, Mèfi revient sur la réduction de la dèèèèèète puisque Gazay en avait fait son objectif quasi unique dès le début de son mandat. Le conseil municipal sur le budget a lieu ce mercredi 12 décembre, c'est donc le moment d'un nouveau point.

Deux éléments méritent d'être reprécisés. Le premier, c'est qu'il est nécessaire de partir des promesses électorales en examinant les documents écrits par le candidat Gazay lui-même. 

Dans le livret 1 de son document de la campagne électorale de 2014, intitulé "Fiscalité, sécurité, économie et emploi", en page 3, il est écrit "réduire la dette d'un tiers", soit 53 millions d'euros. Le cap était fixé.

Le deuxième élément, c'est que toutes nos comparaisons se fondent sur les documents officiels édités par le service financier de la ville. Il n'y a donc pas de volonté de nuire à tout prix mais bien celle de connaître la vérité.

Dans le document "Ville d'Aubagne-Budget Primitif 2019", page 76, 5ème colonne, il est écrit "Capital restant dû 152,4 millions d'euros". A cette somme il faut rajouter 1 million d'emprunt voté par le conseil municipal à l'occasion d'une DM (Décision Modificative) du budget 2018 qui a décidé de faire passer le montant de 3 millions prévus à 4. 

Le vote du budget prévoyant un emprunt de 4,2 millions d'euros en 2019, ce montant va, aussi, s'ajouter. Au total le montant de la dette en 2019 sera donc de 157,6 millions d'euros.

En début 2014, celui-ci étant d'environ 160 millions d'euros, en 5 ans, il a donc baissé de moins de 3 millions d'euros. 

On est très loin des 20 ou 30 millions annoncés par AJJ (qui n'est plus qu'un magazine de propagande au service de l'équipe municipale) et encore plus loin de l'objectif de 53 millions.

C'est à dire qu'après avoir vendu près de 20 millions d'euros du patrimoine communal (ce qui aurait dû faire baisser la dette mécaniquement du même montant), après avoir baissé toutes les subventions, après avoir réduit le budget des services à la population de 19,5 millions d'euros en 6 exercices budgétaires, après avoir supprimé 153 emplois d'agents communaux, après avoir atteint le niveau zéro pour les investissements, travaux et réalisations dans la ville, après..., après..., la dèèèèèète a diminué de moins de 3 millions d'euros.

A ce degré là d'incompétence, c'est de l'Art à l'état pur. Hollande + Macron sont écrasés par Gazay.

A moins que ce soit une véritable décision de tromper les Aubagnai·se·s. Dans un de ses rares moments de sincérité, Michel Rocard (qui fut premier ministre de la France et dont les cendres reposent à Munticellu, en Corse) disait : "La dette est une construction artificielle créée par les banques avec le consentement des Etats pour dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde".

Sommet de l'incompétence ou roublardise électorale ? Avec Gazay cela risque d'être les deux.

Reprenons en chœur : "Gazay et son équipe, dégagez !"

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Théâtre au Cercle : Grand Manège de Stéphane Jaubertie +

    Rares sont les ateliers théâtre qui choisissent de mettre en scène des textes d’auteurs contemporains, qui s’engagent dans un travail collectif et exigeant où les choix de formes de mise en scène révèlent la volonté d’identifier un vrai projet de groupe. L’atelier Zone&Cie dirigé par Frédéric Recanzone qui pérennise d’année Lire la suite
  • Misère de l'oubli +

    Lorsqu'on nous oublie, on ferait tout pour que cela ne soit plus le cas, quitte à créer l'illusion que l'on a réussi à retrouver le devant de la scène. Quitte à taper sur son propre camp, quitte à revêtir la toge blanche de la pureté face aux guenilles du camp des Lire la suite
  • Mes 30 minutes à la réunion CIQ du Centre-Ville +

    Le 27 novembre, réunion du CIQ du Centre-ville à la salle de la Résidence des Potiers. Plantons le décor, il y avait du monde : M. Gazay et sa cour du conseil municipal, une délégation importante de la future liste de la gauche rassemblée, beaucoup de gens en colère en raison Lire la suite
  • L'AFC encore vainqueur, le RCA marque des points, 6ème victoire consécutive pour l'OM +

    En Ligue 1, Lyon se déchaîne à Nîmes (0 à 4), Lille bat Brest (1 à 0), le QSG règle le sort de Montpellier en quelques minutes (1 à 3), Nice écrase Metz (4 à 1), Monaco retrouve du souffle face à Amiens (3 à 0) et Rennes défait Angers Lire la suite
  • Gloria Mundi de Guédiguian +

    Guédiguian a besoin de mélodrame pour nous interpeler sur les dérives dramatiques de la société. Le cadre : Marseille. La ville se prête à merveille comme décor, quartier populaire (la rue d’Aix), quartiers d’affaires (les Terrasses du Port). Les acteurs : des femmes et des hommes que l’on rencontre tous les jours Lire la suite
  • Du social, c'est urgent ! +

    Entre un gouvernement qui fait la part belle aux plus riches et une municipalité qui détruit les remparts et les protections construites ici pendant des décennies, nos concitoyens, qui ont besoin de vraies politiques sociales, subissent une double peine. Lire la suite
  • Rassemblé·e·s pour Aubagne +

    Lundi 2 décembre dans l'ancienne salle de la Bourse du Travail, un petit peu plus d'une centaine de personnes ont tenu l'Assemblée Constituante de la liste qui devrait s'intituler, si on a bien compris, "Rassemblé·e·s pour Aubagne" et qui sera conduite par Magali Giovannangeli. Lire la suite
  • 1