Gilets jaunes : guerre civile ou référendum ?


gilets jaunes : guerre civile ou référendum

Jean Reynaud, qui était sur la liste de Barthélémy aux élections municipales de 2014, nous a fait parvenir ce billet à propos du mouvement des Gilets Jaunes et du choix devant lequel, selon lui, Macron se trouve placé.

La réaction spontanée des gilets jaunes face aux décisions de nos gouvernants qui entraînent, à tort ou à raison, par leurs décisions la rogne d'une partie grandissante de la population, nos dirigeants vont être amenés à choisir entre deux options :

- laisser pourrir la situation, avec des risques de guerre civile;

- accepter de transférer à la population une part de son pouvoir par la mise en place du référendum d'initiative populaire.

Par la première option, le pouvoir tentera de décrédibiliser le mouvement et d'infantiliser, une fois encore, les citoyens  qui ne seront pas capables de discuter sans violence. En effet, profitant de l'absence de "responsable", le pouvoir utilisera les services d'ordre pour empêcher toute manifestation, voire à y laisser s'infiltrer des casseurs si, toutefois, comme par le passé, il n'arme pas lui-même ces casseurs pour que les gens bien s'offusquent des réactions des gilets jaunes.

Bien sûr, il peut y avoir une reculade de ceux-ci et leur retour dans leurs foyers. Mais on peut penser aussi que cela tournera en de véritables émeutes et une révolution, que d'aucuns espèrent de leurs vœux. Et ceux qui voudront par-dessus tout éviter que l'on fasse des vagues seront amenés dans un tourbillon de guerre civile, final logique lorsque deux factions s'opposent.

La deuxième option, qui n'a cependant rien de révolutionnaire et qui est pratiquée par les Suisses, dans le cadre de leurs votations pluri-annuelles, mais aussi dans de nombreux pays européens, dont l'Allemagne ou l'Italie, votant contre le nucléaire, le Royaume-Uni où l'Ecosse a voulu faire sécession, et même en Californie où les électeurs ont un droit de veto sur des textes adoptés par le Parlement  le référendum d'initiative populaire, depuis l'Etat jusqu'à la commune et même au niveau de quartiers devrait permettre ainsi à la population à se réapproprier une parcelle de pouvoir, ceci d'autant plus que l'on constate, de jour en jour, que la participation effective à l'élaboration des décisions devient un leurre (les associations de protection de l'environnement dénoncent les restrictions d'accès aux dossiers, la réduction de leur expression par la suppression d'enquêtes publiques, l'élimination de commissaires-enquêteurs qui ne vont pas dans le sens du pouvoir...).

Dès lors il faudrait modifier notre Constitution pour transformer le droit de pétition en véritable droit au Référendum d'Initiative Populaire qui serait obligatoirement applicable comme c'est le cas en Suisse et non  comme en Espagne où toutes les "initiatives législatives populaires" ont été rejetées par les députés, ce que nous ne pourrons accepter.

Le Président Hollande s'était engagé dans cette voie, mais il a reculé, peut-être face aux élus qui ne peuvent supporter de perdre une parcelle de leur autorité ?

Ce fut dommage et nous n'en serions pas là s'il avait eu le courage de le mettre en oeuvre.

Maintenant, il appartient au Président Macron de choisir la dangereuse aventure de refuser toute revendication et d'en assumer les conséquences ou de ramener la paix sociale par le référendum afin que revienne le RIP (Requiecat In Pace)!!

Jean Reynaud

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Faites la Paix ! +

    Il y a des valeurs qui font partie du patrimoine culturel d’Aubagne. La Paix en est un bel exemple. La Fête de la Paix, malgré toutes les embuches dressées sur son chemin, sera à nouveau et pour la 31ème fois, l’évènement culturel, à Aubagne, ce samedi 21 Septembre. Lire la suite
  • Gelati Nino est à vendre ! +

    Si vous arrivez à vous frayer un chemin au milieu des travaux de réfection de la chaussée autour de l'Horloge, vous pouvez apercevoir sur la vitrine du glacier "Gelati Nino", une inscription "A vendre" suivie d'un numéro de téléphone. Un commerce de plus du centre-ville contraint de fermer. Lire la suite
  • Doit-on accepter la mise à l'écart de Mèfi ? +

    « … La confiance cela ne se décrète pas, cela se construit dans les pratiques… » C’est en ces termes que Denis Grandjean s’adressait à la Provence et à la Marseillaise lors d’une conférence de presse d’où il avait exclu Mèfi. Et de poursuivre « Il n’y a rien de pire que de Lire la suite
  • Municipales : le Modem Aubagne fait sa liste +

    Dans un entretien publié par Méfi le 21 août, Jean-Marie Orihuel le laissait entendre mais depuis samedi 14 septembre la décision a été prise par la section Modem d'Aubagne, cette formation politique est "en route pour la constitution d'une liste et d'un projet municipal des démocrates et des centristes pour le Lire la suite
  • Aubagne : l'urgence budgétaire relative made in Gazay +

    En 2014, Gérard Gazay et ses colistiers usaient et abusaient de l'argument budgétaire pour accéder au pouvoir. Argument maintes fois repris depuis pour justifier leurs promesses non tenues, leurs retards et leurs mensonges. Lire la suite
  • Barthélémy : "les oublis" de sa vidéo sur l'eau +

    Dans une de ses vidéos de campagne (payées par les contribuables), madame Barthélémy se vante d’avoir su continuer l’action de l’équipe précédente, conduite par Magali Giovannangeli, concernant la Société Publique Locale de l’Eau des Collines. Pourtant, la vérité c'est que trois éléments primordiaux de la gestion publique de l’Eau des Lire la suite
  • Conférence de presse : Grandjean et quelques militants LFI choisissent "leurs" médias +

    Ce soir, jeudi 12 septembre, à 18 heures, Denis Grandjean, Alain Miguel, Bernadette Saivet, et quelques militants d'Europe Ecologie-Les Verts et de La France Insoumise (en tout, un peu moins d'une quinzaine de personnes) tenaient une conférence de presse. J'y étais pour Mèfi, avec La Provence et La Marseillaise. On Lire la suite
  • 1