Municipales 2020 : "Aubagne la commune" est née

Municipales 2020 : Aubagne la Commune est née

L’Appel pour Aubagne, qui devait devenir "Aubagne la commune" à la fin de la soirée, se réunissait ce mercredi 26 septembre pour affirmer la volonté de créer une alternative crédible à la gestion Gazay. 

Un petit air de déjà vu ? C’est vrai que ça ressemble à ce qui s’appelait jadis démocratie participative. Valeur abandonnée aujourd’hui à Aubagne par son maire et sa majorité Les Républicains, qui s'enferment dans un isolement digne de celui dénoncé par Gérard Collomb vis à vis de l'attitude de Macron.

Mais il faut croire que les bonnes habitudes ne sont pas totalement rangées au placard. C’est ce que semble démontrer le nombre d’Aubagnais présents à cette cogitation citoyenne.

On y rencontre ça et là des acteurs culturels, associatifs, des élus ou anciens élus, des responsables politiques, des agents du service public, des citoyen·ne·s engagé·e·s. En bref, toute la gauche qui compte aujourd'hui à Aubagne, à l'exception d'un nouveau venu sur la scène politique aubagnaise : Raymond Lloret. L'élargissement, du moins dans la création de l'alternative politique, n'est pas encore allé jusque là.

Comme le faisait remarquer Frédéric Serves, un des animateurs de la soirée, "109 participants pour du sang neuf pour la ville". Jolie formule qui révèle une salle joliment remplie. La sensation d'une mayonnaise qui prend.

Après une brève présentation faite par Cathy Burel, et en l'occurrence brièveté est une bonne chose, la réunion s'est organisée autour de 4 grands thèmes : Démocratie, Parité égalité, Solidarité et bien vivre ensemble et Ville créative et audacieuse. La deuxième partie étant réservée au choix du nom de ce mouvement qui prend, c'est maintenant une certitude, une ampleur jusqu'alors inédite.

Démocratie, le premier temps du débat

Les interventions nombreuses faisaient simplement preuve de bon sens. Il est vrai que le sujet est sensible mais le respect et la bonne humeur devaient permettre des débats sains, des échanges brefs mais souvent percutants, limités par Clémentine Fardoux la maîtresse du temps. Travail difficile car un brin censeur, mais nécessaire au bon déroulement de telles réunions.

On a pu entendre que la Démocratie c'est "le vivre ensemble", "la démocratie se joue au niveau de la ville", "il est nécessaire qu'elle implique les citoyens dans la gestion de la cité et qu'il faut créer des structures pour ce faire", qu'elle pourrait s'appuyer sur des mesures telles que "la révocation des mandats et le contrôle des élus". On donne des exemples comme celui de la démocratie participative mise en place à Saillans dans la Drôme... tout en faisant remarquer que celle-ci existait bel et bien à Aubagne avant l'arrivée de Gazay. Enfin, la démocratie c'est aussi incarner une liste grâce à des débats et suffisamment en amont afin que  ceux qui participent à ces débats ne se sentent pas spoliés par des décisions d'appareils de dernière minute.

Parité et égalité

On a pu entendre : "tous et toutes doivent avoir les mêmes possibilités", "accepter de perdre pour donner à l’autre", "mettre cette question au cœur des quartiers et organiser des réunions dans les quartiers", "l'exclusion ils connaissent (ndlr : les jeunes des quartiers) et sont dégoûtés de la politique, faisons exploser ce ras le bol par le vote et ne pas en faire des alibis en les emmenant à la participation".

Solidarité et bien vivre ensemble

C'est Christian Six qui introduisait le débat sur ce thème en pointant la nécessité de "combattre l’indifférence et l'isolement, amplifier la participation pour plus de solidarité", mais aussi faire "place à la fête, à la culture et aux sports pour apaiser les tensions". La salle prenait le relais :"nous voulons un mode de déplacement confortable, doux et gratuit". Et puis le débat tourna un bref instant autour de la notion de gratuité, certains préférant la notion de "libre accès plutôt que gratuité" pour ne pas prêter le flanc à la critique qui pourrait dire qu'en fait rien n'est gratuit. Ce qui n'était pas l'avis d'autres défendant le fait que "l'école est gratuite et que c'est devenu une évidence pour tout le monde", même si aujourd'hui cette égalité gagnée de haute lutte à tendance à être battue en brèche.

Ville créative et audacieuse

"Ne pas rester dans le carcan des compétences de la ville", "prendre plaisir avoir envie", "re-créer un endroit de culture", "redonner envie de revenir au centre ville", "mise en place d'une monnaie locale", "favoriser les circuits courts", et encore une couche sur la gratuité : "servir des repas gratuits et bio pour nos enfants". un bien beau programme, qu'il faudra tout de même budgétiser.

Ambiance bon enfant donc, mais sincèrement studieuse. "On se revoit une fois par mois" pouvait-on entendre. Il semble que cela va de soi. "On a franchi un cap d’audace et de créativité. Comment on fait pour passer de la pensée magique à l’action, c’est ça la vrai audace. Ça commence maintenant" affirme Magali Giovannangeli, comme pour répondre à cette soif de construire ensemble. Et Denis Grandjean de faire remarquer que "la parité femme/homme a été naturelle dans les prises de parole. Mais il faut aussi réfléchir avec les agents du service public à une forme de management qui convienne à tous pour un service public à la hauteur des attentes exprimées ici ce soir".

Et le nom ?

"Il faut fédérer autour du nom. C’est ce soir qu’on décide !". La liste des propositions s'affiche sur le grand écran, pilotée au clavier par Jean-Jacques Maly. Et est longue cette liste qui au final verra émerger "Aubagne la Commune".

Et nous ne pensons pas qu'il faille s'arrêter à la seule notion de division géographique du mot Commune. C'est une période insurrectionnelle qui commence à Aubagne. Elle ne durera pas 2 mois mais ira au moins jusqu'en 2020, à l'assaut de la gestion catastrophique d'une majorité municipale sourde à la grogne de sa population.

 

Benoit Jancet

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1