Mairie d'Aubagne : dialogue rompu avec les syndicats


Mairie d'Aubagne : dialogue rompu avec les syndicats

Devant l'impossible dialogue constructif avec le maire, l'ensemble des organisations syndicales CGT (Ouvriers, employés, ingénieurs, cadres, techniciens, agents de maîtrise) ont décidé de ne pas participer aux pseudos rencontres "de concertation" organisées par le maire et sa haute administration.

Elles en expliquent les raisons dans une lettre adressée à Gérard Gazay. Nous en publions le texte intégralement :

"Monsieur Gazay, maire d’Aubagne,

Nous vous annonçons que nous déclinons votre invitation du 12 septembre prochain. En effet, nous considérons que vos postures et attitudes, loin d’être bienveillantes sont condescendantes et au fil du temps de plus en plus choquantes.

De plus, nous constatons depuis maintenant 3 ans que ces rendez-vous ne servent pas à grand-chose, si ce n’est vous permettre d’apparaître dans les médias comme soi-disant le chantre du dialogue social et de l’apaisement.

Nous constatons nous qu’il n’y a point d’apaisement. Tout au contraire, les tensions et le mal être ne font que s’accumuler. Aussi, les conditions ne sont plus requises pour nous, d’avoir un échange informel avec vous, pour essayer de maintenir un dialogue social pourtant plus que nécessaire.

Comment l’imaginer, quand par des manières autocratiques, des interprétations douteuses, des choix scabreux, vous vous permettez tant, à l’encontre du personnel ?

Comment y croire encore, quand vous faites fi des résultats des élections professionnelles de 2014 qui nous ont donné démocratiquement certains droits pour l’exercice syndical ? Sachez bien que vous avez là, dépassé l’acceptable. Nous saurons informer la population, de plus en plus dubitative quant à vos agissements, sur cette entrave caractérisée à l’exercice de plein droit de l’activité syndicale.

Ce ne sont pas les tentatives de masquer cette réalité qui empêcheront le personnel de percevoir vos réelles intentions. Nous n’avons aucun doute sur ce « tour de passe-passe » que nous dénonçons depuis des mois car il vous est bien utile dans la perspective des prochaines élections professionnelles de décembre.

Ainsi depuis le début de l'année nous n'avons pas pu bénéficier des DAS (Dégagement d’Activités de Service) pour l'exercice de notre activité syndicale.

Vous n'êtes pas sans savoir que cette situation, en l'absence de prise d'arrêtés depuis des mois, constitue une grave entrave syndicale. Aussi, compte tenu du déficit accumulé pendant ces premiers mois de 2018 qui se chiffre à près de 1200 heures, nous ne pouvons accepter ces manières de faire.

C’est certainement là votre « vision » de l’apaisement pour la mise en œuvre d’un « dialogue social serein ». Votre volonté consiste à tenter par tous les moyens de nous affaiblir pour ancrer par calcul des organisations venues « d’ailleurs » absolument pas légitimes.

Le but est certainement qu’elles soient dociles et corvéables à souhait pour mieux imposer vos désidératas à tout le personnel.

Comment pouvez-vous évoquer le terme de «dialogue social», vous qui passez systématiquement outre les votes défavorables exprimés lors des consultations durant les différents CTP et CAP pour avis ; vous qui considérez par ailleurs, la négociation comme un changement d’avis inacceptable ?

Ce n'est pas compatible avec la volonté d'un travail de réflexion constructif et indépendant que nous nous imposons. Ainsi vos invitations au dialogue social, nous le savons bien pour l’avoir constaté depuis maintenant plus de 4 ans, ne sont que chimères tant les techniques éprouvées d'éluder les réponses aux questions, aux revendications, de répondre à côté ou partiellement, de laisser trainer, vous sont acquises ainsi qu’aux responsables de votre administration.

A force d’ignorer tout ou partie de nos remarques, de nos revendications légitimes et de ne pas reconnaître nos droits, nous considérons que nous n'avons pas besoin de vos explications partisanes hors Comités ou Commissions.

Pourquoi dans ces conditions se fatiguer de tenter un dialogue social respectueux et constructif, de continuer à alimenter le débat, à donner des avis argumentés… avis qui de toutes manières, quels qu’ils soient, ne sont que rarement pris en compte.

Vous voulez instituer le rapport de force en permanence, soit, nous verrons bien où cela nous mène…

Les représentants des syndicats Cgt Ouvriers & Employés, ICTAM - Cgt des territoriaux de la ville d’Aubagne"

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • « La femme aux mains jointes » : un polar bien d'ici +

    « La femme aux mains jointes », c’est le nom du premier roman de Laurette Autouard paru aux Éditions Privat. Le club lecture de l'association Spect'acteurs nous invite à le découvrir lors d’une séance de ventes-dédicaces prévue le mardi 20 novembre à 17h30 au Cercle de l’Harmonie à Aubagne. Lire la suite
  • 11 novembre : le discours de la honte +

    Depuis toujours peut-être circule l'idée selon laquelle les hommes et les femmes politiques prennent les gens pour des idiots. Bien sûr, il y a ceux qui se montrent fidèles à cette idée et il y a ceux qui s'en éloignent. Gérard Gazay a choisi son camp visiblement. A l'écoute et Lire la suite
  • Assises de l'écologie et de la solidarité +

    La volonté de créer les "Assises de l'écologie et de la solidarité" est née du constat que si les questions d'écologie sont massivement dans les préoccupations des citoyennes et des citoyens, l'intervention politique n'est pas au niveau, tant sur le plan social qu'environnemental. Lire la suite
  • Cuges à la télé !! +

      Dans la cadre de son émission "Pièces à conviction" du mercredi 14 novembre, à 23h25, France 3 consacre un zoom aux communes : "Panique à la mairie : quand les élus dérapent". Quatre reportages, dont un sur Marseille et un autre sur... Cuges-les-Pins !! Lire la suite
  • Agir contre les violences faites aux Femmes +

    Dans le cadre de la journée contre les violences faites aux Femmes, l'Association Femmes Solidaires d'Aubagne se mobilise et nous propose un programme riche fait de nombreuses rencontres.   Lire la suite
  • Journée de solidarité pour Haize le 1er décembre au Cercle +

    Une journée de solidarité pour Haize, un petit garçon handicapé qui a besoin de matériel pour vivre mieux, est organisée par l'association "Sur le chemin d'Haize". Pour l'occasion le Conseil d'Administration du Cercle prête ses locaux gracieusement le 1er décembre. Lire la suite
  • Aubagne : 6 nouvelles embauches de cadres en 1 mois ? +

      Le 13 novembre, le conseil municipal va voter une DM (Décision Modificative : un ajustement du budget en fin d'année) où on nous annonce une économie sur les charges salariales pour 2018 par rapport à ce qui avait été prévu. Un artifice budgétaire ? Lire la suite
  • 1