Guinness des records, Aubagne en Provence : des mensonges à répétition


En 2015, à sa soirée des voeux, le maire qui n'avait rien à annoncer, décidait de "révéler" qu'Aubagne allait s'appeler "Aubagne... en Provence". En 2017, il promettait la construction "de la plus grande crèche du monde" qui serait "répertoriée au Guinness des records". En fin 2018, qu'en est-il ?

Aubagne n'est toujours pas dénommée "en Provence". D'après les interlocuteurs que nous avons interpellés au Conseil d'Etat (seul habilité à prendre une telle décision, ce que ni le maire ni son administration ne savaient), il semble même qu'aucun dossier de demande ne soit parvenu à cette instance.

Vous pouvez d'ailleurs constater vous mêmes que la mention "Aubagne en Provence" n'est pas utilisée pour les papiers officiels et les arrêtés du maire. La Police Municipale (PM) n'a pas adopté le même papier à en-tête que les autres services.

La PM n'a pas le même papier à en-tête que les autres services

Pour le "village des santons" (on a abandonné le titre de "Plus grande crèche du monde" !), toujours aucune inscription au Guinness des records. Le livre des records 2019 vient d'être publié ce 5 septembre 2018, il n'y a rien.

On peut rajouter, que sur ces derniers mois, la moyenne mensuelle des visiteurs est inférieure à 1800 personnes, avec un petit 1300 pour juillet, alors qu'on se rappelle que le Petit Monde de Marcel Pagnol (que Gazay a éliminé du centre ville) attirait plus de de 5000 passionnés (et entre 6 et 7000 en juillet-août) qui déambulaient ensuite sur les cours et dans les ruelles du centre ancien. Pour le bien des commerçants et de l'économie locale.

Prenons la mesure de ces deux mensonges. Pour deux promesses finalement de peu d'importance et qui ne coûtent rien, Gazay a été capable de ne pas les tenir et de nous mentir. 

1300 personnes au village des santons contre 6 à 7000 au Petit Monde antérieurement

On peut imaginer pour tout le reste.

On comprend pourquoi il nous claironne à tout propos que la dette a baissé de 20 millions d'euros, alors qu'en réalité elle est plus importante qu'il y a 5 ans.

Que le magazine municipal (l'AJJ/AGG) nous décrit une ville qui croule sous les travaux alors que tout le monde constate que plus rien de sérieux ne se fait.

Qu'on nous présente une ville entretenue là où chacun peut voir dans son quartier que l'essentiel est à l'abandon.

Qu'on nous vante la propreté là où vous nous écrivez pour nous montrer une saleté (et la présence de rats qui pullulent !) qui ne cesse de s'étendre partout.

Qu'on nous affiche des commerces qui se multiplient en centre ville, là où vous pouvez compter les rideaux baissés, etc, etc, ...

En 2020, faut-il lui donner une nouvelle chance ou stopper le désastre pour sauver Aubagne ?

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Gazay : le temps de semer l'illusion est revenu +

    Tout Aubagne le sait maintenant, deux oracles sondagiers successifs ont annoncé la défaite de Gazay aux prochaines élections municipales. Depuis, branle-bas de combat en mairie. Le maire se précipite dès qu'il aperçoit plus de deux personnes pour serrer des mains. Le directeur des services techniques et son adjoint courent dans Lire la suite
  • On vient de découvrir à quoi servent les caméras +

    Mardi 17 juillet 2019. Retenez bien cette date, elle est en passe de devenir historique pour Aubagne. Un véritable tournant pour la politique municipale. Grâce au Centre de Supervision Urbaine (un nom ronflant pour dire "les caméras de vidéo-surveillance"), la "Brigade Propreté Incivilités" (la BPI pour les professionnels) vient d'arrêter Lire la suite
  • Et la plainte ? +

    Après la condamnation de la ville d'Aubagne par la Cour d'Appel de Paris en janvier 2018 face à la banque RBS, concernant les emprunts toxiques, Gazay, dans une lettre enflammée adressée aux Aubagnais·es en juin 2018, écrivait : "en intentant une action pénale auprès du Procureur de la République, je souhaite Lire la suite
  • Les dogmes libéraux pour Aubagne ? +

    La Cour des Comptes et les Chambres Régionales des Comptes sont des juridictions financières. La Cour des Comptes en est l'institution financière supérieure et chaque CRC est présidée par un conseiller maître ou un conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec Maurice Marsiglia, militant associatif +

    Maurice Marsiglia : militant associatif « Je participe à toutes les initiatives de défense des services publics. J'ai souvenir de la chaîne humaine initiée par l'ancienne municipalité pour obtenir un équipement essentiel pour le développement de l'hôpital. Aujourd'hui, l'hôpital est gravement menacé dans ses missions par M. Gazay et la majorité actuelle Lire la suite
  • Rencontre Aubagne La Commune - CGT Territoriaux +

    Avant les départs en vacances, des représentants d'Aubagne La Commune et des syndicats CGT (cadres et agents) du personnel communal se sont rencontrés pour faire un état des lieux, en particulier, sur les attentes des uns et des autres. A l'issue de cette réunion, un communiqué nous a été transmis. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec David Jame, cadre de la fonction publique territoriale +

    David Jame, cadre de la fonction publique territoriale Je soutiens « Aubagne la Commune » parce que cette initiative citoyenne constitue le socle et la dynamique qui doivent permettre à notre ville de redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une ville solidaire, ouverte, créative et ambitieuse. Lire la suite
  • 1