Municipales : une finale Barthélémy / Gazay ?


gazay vs barthelemy municipales 2020

Si en 2014 les élections municipales ont marqué la supériorité de Gazay sur Barthélémy, la présidente du territoire espère bien renverser cette tendance en 2020. Elle y travaille.

Dès le conflit déclenché par la décision du maire d'Aubagne de privatiser la restauration scolaire elle a exprimé sa "différence". Discrètement, mais pas trop, elle laissait entendre au personnel concerné qu'elle n'aurait pas choisi cette voie.

Quelques mois plus tard, pendant que Gazay tentait d'expulser les syndicalistes de la Bourse du Travail, elle proposait une solution alternative qui, au bout du compte, obligeait le 1er magistrat d'Aubagne à renoncer à son projet. Comme elle l'avait fait lors de la décision de délocalisation du Secours Populaire et des Restos du Coeur.

Il privatise la restauration. Elle fait savoir qu'elle n'approuve pas

Concernant le suppression du service réanimation de l'hôpital, l'opposition entre Gazay et Barthélémy se faisait plus visible. Il refusait en conseil municipal de condamner la décision de l'ARS, elle faisait voter une motion en conseil de territoire qui exigeait le maintien du service. A l'occasion d'Argilla puis après, elle venait même exprimer son soutien aux membres du comité de défense de l'hôpital.

Son premier lieutenant, Alain Grégoire, allait jusqu'à soutenir le comité des maires que Gazay avait rejeté.

Avec beaucoup d'habileté et une forte dose de communication, pendant que Gazay rasait le Petit Monde de Marcel Pagnol, elle faisait savoir qu'elle avait donné des instructions à ses services pour le "réinstaller" aux Ateliers Thérèse Neveu.

Aujourd'hui, elle laisse Gazay et son "ami" Bernard Deflesselles prendre la responsabilité de laisser s'éteindre l'école de céramique (car malgré les déclarations optimistes, il s'agit bien d'une mort annoncée) pendant qu'elle communique sur la relance du showroom du santon et de la céramique, au cours Beaumond, en plein coeur d'Aubagne, en sachant que, pour les professionnels, c'est un espace majeur.

Il accepte la suppression du service réa, elle affirme son soutien au comité de défense

L'épisode du Val'tram est l'apogée de cette bataille interne aux deux leaders de la droite aubagnaise.

Après avoir créé toutes les conditions de l'échec du projet (abandon du Train/Tram qui était prêt à démarrer si l'agglo l'avait décidé dès 2014 ; désignation de Façonéo comme porteur du projet alors que cette société n'avait aucune compétence ; proposition de coût exorbitant - 150 millions d'euros - avec un montage financier totalement farfelu ; travaux pharaoniques en plein coeur de ville d'Aubagne, etc), Barthélémy s'est érigée en "Passionaria du Val'tram".

Campagne téléphonique auprès de 30 000 foyers, conférences de presse, rencontre avec le président de la métropole ont accompagné des déclarations virulentes contre le maire d'Aubagne : "Aujourd'hui, le soutien affirmé de la ville centre nous fait cruellement défaut ... n'en déplaise au maire d'Aubagne (NDLR : qui fait semblant de ne pas comprendre) le Val'tram ne se fera pas...".

Elle va même jusqu'à brosser dans le sens du poil les "anciens" cadres de l'ex-agglo, avec un sous entendu : "Avec moi il n'y aurait pas eu les mises à l'écart ou les chasses aux sorcières que la ville a connu depuis 2014". 

Val'Tram : elle dit s'opposer à la métropole,   il approuve Gaudin

Jusqu'à venir leur affirmer au moment de sa réélection en 2016 que c'était grâce à leur soutien que les maires, et donc Gazay, avaient décidé de la reconduire dans ses fonctions alors qu'ils ne le souhaitaient pas.

Mercredi 4 juillet, dans le nouvel espace-restaurant de l’Argilla (on ne perd jamais une occasion d’une collation gratuite !), Barthélémy présente, sans la présence d’aucun élu pour éviter le maire d’Aubagne, le programme du Bel Été d’Aubagne et du territoire.

Elle en profite pour rappeler que la quasi totalité des initiatives festives de l’été sont financées par elle et non pas par la ville d’Aubagne.

Dernier épisode en date, samedi 7 juillet, fête du quartier de La Tourtelle, les deux élus y sont venus séparément : Gazay, un peu seul, Barthélémy participant aux diverses animations avec les divers services et associations.

La présidente du territoire insistant sur la présence active de la politique de la ville dépendant de la métropole et donc de "son" conseil de territoire et sur les financements du conseil départemental par la délégation dont elle a la responsabilité.

Effondrement du FN et au moins 3 ou 4 listes "de gauche" ?

En clair, elle sait (les ex-renseignements généraux ont des indications sérieuses), elle entend (dans de nombreux quartiers, dans de nombreux milieux le mécontentement est très profond) que son principal "ami" à droite est en grande difficulté et elle se présente comme une alternative "pour l'intérêt d'Aubagne".

Elle compte sur un Front National, pardon un "Rassemblement National", en perte de vitesse.

Elle se doute que l'opposition citoyenne, écologiste, humaniste ou de gauche présentera au moins 3 ou 4 listes. Entre le PC, Aubagne à venir, le PS, Aubagne Autrement, C'est à lui, Les Verts, La France Insoumise, l'Appel, la querelle des anciens et des modernes... elle pense que cela est très possible.

Le rêve de 20 ans refait surface : devenir maire d'Aubagne après une finale de deuxième tour Barthélémy - Gazay.

Dans quelques mois, nous saurons si ce rêve n'était pas, finalement, assez loin de la réalité.

Bob Acad

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • « La femme aux mains jointes » : un polar bien d'ici +

    « La femme aux mains jointes », c’est le nom du premier roman de Laurette Autouard paru aux Éditions Privat. Le club lecture de l'association Spect'acteurs nous invite à le découvrir lors d’une séance de ventes-dédicaces prévue le mardi 20 novembre à 17h30 au Cercle de l’Harmonie à Aubagne. Lire la suite
  • 11 novembre : le discours de la honte +

    Depuis toujours peut-être circule l'idée selon laquelle les hommes et les femmes politiques prennent les gens pour des idiots. Bien sûr, il y a ceux qui se montrent fidèles à cette idée et il y a ceux qui s'en éloignent. Gérard Gazay a choisi son camp visiblement. A l'écoute et Lire la suite
  • Assises de l'écologie et de la solidarité +

    La volonté de créer les "Assises de l'écologie et de la solidarité" est née du constat que si les questions d'écologie sont massivement dans les préoccupations des citoyennes et des citoyens, l'intervention politique n'est pas au niveau, tant sur le plan social qu'environnemental. Lire la suite
  • Cuges à la télé !! +

      Dans la cadre de son émission "Pièces à conviction" du mercredi 14 novembre, à 23h25, France 3 consacre un zoom aux communes : "Panique à la mairie : quand les élus dérapent". Quatre reportages, dont un sur Marseille et un autre sur... Cuges-les-Pins !! Lire la suite
  • Agir contre les violences faites aux Femmes +

    Dans le cadre de la journée contre les violences faites aux Femmes, l'Association Femmes Solidaires d'Aubagne se mobilise et nous propose un programme riche fait de nombreuses rencontres.   Lire la suite
  • Journée de solidarité pour Haize le 1er décembre au Cercle +

    Une journée de solidarité pour Haize, un petit garçon handicapé qui a besoin de matériel pour vivre mieux, est organisée par l'association "Sur le chemin d'Haize". Pour l'occasion le Conseil d'Administration du Cercle prête ses locaux gracieusement le 1er décembre. Lire la suite
  • Aubagne : 6 nouvelles embauches de cadres en 1 mois ? +

      Le 13 novembre, le conseil municipal va voter une DM (Décision Modificative : un ajustement du budget en fin d'année) où on nous annonce une économie sur les charges salariales pour 2018 par rapport à ce qui avait été prévu. Un artifice budgétaire ? Lire la suite
  • 1