Conseil municipal d'Aubagne : le budget supplémentaire 2018 confirme la mauvaise gestion de Gazay


Conseil Municipal d'Aubagne

Le 28 juin, le conseil municipal avait à l'ordre du jour une série de délibérations qui concernaient les finances de la ville. Deux d'entre elles étaient plus attendues : le compte administratif de 2017 et le budget supplémentaire 2018.

Seuls les élus de la majorité ont voté pour ces deux délibérations, les trois groupes de l'opposition ne les ont pas votés.

Mais le maire, une nouvelle fois, a tenté de faire oublier ses propres responsabilités avec deux annonces : la première pour affirmer sa volonté de se pourvoir en cassation après la condamnation de la commune contre la banque RBS (Royal Bank of Scotland) et la deuxième pour faire savoir qu'il allait se porter partie civile avec "une plainte contre X pour que la clarté soit faite sur les responsabilités des renégociations des emprunts".

Accompagnée d'une lettre distribuée à toute la population (sur papier glacé luxueux !), il ne s'agit là, à quelques mois d'une campagne électorale, que d'une opération de communication pour laisser penser qu'il n'est pour rien dans la situation financière catastrophique de la ville.

Une lettre quasi incompréhensible où l'on ajoute des emprunts réalisés avant les années 2000 et qui sont déjà soldés, où on nous ressort une "nouvelle dette" de 75 millions d'euros qui est dans les comptes de la ville depuis 2013, une lettre qui se termine par "en intentant une action pénale auprès du Procureur de la République, je souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les responsabilités soient mises à jour. Les Aubagnais ont besoin de savoir et de connaître la vérité". Alors que dans le même temps Gazay refuse un débat public en conseil municipal.

Gazay refuse un débat public sur les finances de la ville

Cela pue la manœuvre électorale. Il sait que la plainte sera soit classée sans suite dans plusieurs mois ou n'aboutira à rien mais après 2020 et après avoir fait beaucoup de bruit.

Un nouvel épisode d'enfumage électoral dont il a fait son seul argument de gestion. Cela lui permet de reprendre sa musique préférée "Je n'y suis pour rien, c'est la faute à d'autres" (d'autres qu'on ne connaît plus d'où la plainte contre X), d'éviter qu'on lui rappelle que c'est lui qui a perdu le procès face aux banques et de masquer sa complicité politique avec le monde de la finance.

Pour ce qui concerne les "vraies"délibérations ", le compte administratif donne les dépenses et les recettes réelles de l'année 2017 après la clôture des comptes qui a eu lieu le 31 janvier 2018. Il rapproche les prévisions inscrites au budget des réalisations effectives de l'année 2017.

Or, que nous indique-t-il ? Que les investissement annoncés étaient de près de 10 millions d'euros et que seulement 57% ont été réalisés. Sans doute en sera-t-il de même pour les 10 millions d'euros prévus par le budget supplémentaire 2018.

Que, malgré les déclarations répétées de l'élue à la comptabilité, les impôts ont dépassé de 585 000€ le prévisionnel.

Que, malgré la baisse des effectifs des agents communaux, la suppression des heures supplémentaires, la réduction drastique des remplacements pour l'été, la non augmentation des salaires, la masse salariale a, encore, progressé. Sans doute que les "gros" salaires des cadres recrutés à Marseille n'y sont pas pour rien.

Les recettes des impôts ont dépassé le prévisionnel

Que la dette est toujours de 160 millions d'euros, la même qu'en 2013.

Avec une autre interrogation, pourquoi a-t-il fallu attendre le 28 juin 2018 (la date limite légale est le 30 juin) pour voter le compte administratif 2017, sachant qu'il est voté traditionnellement en mars ?

Le budget supplémentaire, voté par Gazay et "les siens", ajuste les prévisions du budget primitif en fonction des recettes et des dépenses réelles.

Qu'y trouve-t-on ? Un réajustement de plusieurs millions d'euros dû aux recettes en baisse de la métropole et de l'état.

Un emprunt d'un million de plus que prévu qui confirme qu'il n'y a pas de baisse de la dette, malgré les incantations de la propagande municipale.

Une somme de 1,4 million de charges financières supplémentaires non inscrite au budget primitif.

La vente prévue, uniquement pour 2018, de 7,7 millions d'euros de cession d'actifs, c'est à dire le patrimoine communal (terrains à des constructeurs, bâtiments communaux, propriétés de la commune, etc).

Vente de près de 8 millions d'euros de biens communaux en 2018

Avec une question annexe, pourquoi a-t-on fait voter le budget primitif 2018 en décembre 2017, alors qu'aucun chiffre de recettes n'était connu ?

Sauf à penser qu'il s'agit de faire la même chose en décembre 2019 pour le budget "électoral" de 2020 ce qui permettra de faire toutes les promesses possibles sans références sérieuses.

Bref, un conseil municipal qui donnait à lire des documents contredisant dans les faits les déclarations de la majorité municipale mais qui confirmaient ce que vivent les Aubagnaises et les Aubagnais tous les jours : Aubagne perd son rayonnement et sa qualité de vie.

Mais cela explique le tintamarre orchestré par la propagande municipale autour de la dette pour faire détourner les regards de la mort programmée d'Aubagne, programmée pour laisser la place à la métropole marseillaise et à son président.

Antoine Monticellu

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • Une intime conviction +

    Loin des traditionnelles plaidoiries à l’américaine, "Une intime conviction", un vrai procès made in France, ou comment on veut condamner avec une enquête à charge, des témoignages sans valeurs ; comment on peut bafouer la présomption d’innocence et comment, aussi, on peut se battre pour innocenter sans pour cela être accusateur Lire la suite
  • 1