Gazay rattrapé par ses mensonges


mensonge politique

Le maire d'Aubagne a donné une interview dans le numéro de mai-juin de la revue "Objectif Méditerranée".

En soi, rien d'exceptionnel, c'est un magazine confidentiel lu uniquement par les élus et quelques employeurs qui sont en vedette dans le numéro du mois. A chaque parution un lectorat nouveau, la publicité recueillie sur le compte des institutions (dont Aubagne) équilibre les comptes.

Mais nous ne résistons pas à l'envie de mettre en lumière, une nouvelle fois, les fausses affirmations de Gazay.

Et ça part fort, concernant le montant de la dette de la ville, il affirme que depuis son arrivée "elle a baissé de 20 millions d'euros". 

Nous nous permettons de (re)faire notre démonstration : les documents fournis par les services financiers de la ville au conseil municipal de décembre 2017 pour le vote du budget 2018 affichent une dette de 156, 072 128 millions d'euros, il faut y rajouter les 3 millions d'emprunt de 2018 et les quelques centaines de milliers d'euros que Gazay a perdu contre la banque RBS. Cela fait un total d'environ 160 M€. La dette de 2013 était de... 160 M€ !

Une dette qui ne diminue pas

Alors que dans le même temps, on a sacrifié tous les budgets de la ville à l'austérité et on a vendu près de 15 millions d'euros du patrimoine communal.

La suite est encore un ton au-dessus : "nous avons fait un gros effort sur la masse salariale". Le document fourni par la ville pour le Rapport d'Orientations Budgétaires pour le conseil municipal de novembre 2017 en préparation du budget 2018, nous indique, en page 11,  que la masse salariale était de 38,57 M€ en 2013 et de 42,47 M€ en 2018, soit plus de 10% d'augmentation !

Il est vrai qu'en page 12, on nous informe que le nombre d'agents a diminué de 6%, et on sait qu'il n'y a pas eu d'augmentation des salaires. La différence (considérable), c'est l'embauche de cadres venus d'ailleurs à des niveaux de salaires dignes des plus hauts fonctionnaires de l'Etat !

Des cadres payés à prix d'or

Ensuite, il nous refait le coup des investissements "importants pour les travaux du centre ville", mais il donne la somme "500 000€" en 4 ans, soit moins de 1% du budget de la ville sur la même période. Il affiche "un solde positif de 30 nouveaux commerces" qu'il est le seul à avoir compté !

Le comble de la langue de bois, c'est quand il dit regretter l'abandon du Val'Tram, alors que même "son amie" Barhélémy lui reproche d'avoir torpillé le projet.

Il n'a cependant pas osé dire qu'il s'était battu contre la fermeture du service réanimation de l'hôpital !

Le titre de l'article lui fait dire "La politique à l'ancienne ne me rattrapera pas". Elle n'a pas a le rattraper, il y baigne dedans.

Antoine Monticellu

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Les services financiers de la ville en attestent : Mèfi a raison ! +

    Le 28 juin aura lieu la prochaine réunion du conseil municipal d'Aubagne qui doit adopter son "budget supplémentaire". C'est l'occasion de lire les documents officiels sur l'état financier de la municipalité. Lire la suite
  • Étude pagnolesque +

    La Provence du 14 juin, nous propose un article ayant pour titre Retour sur 50 ans d'histoire de la zone des Paluds.  Petit coup de pub pour le livre (qui paraitra en fin d'année) de Gilbert Orsi, président honoraire de la Zone des Paluds à Aubagne. Et il la connait Lire la suite
  • Panne d'internet à la Perussonne : la faute à Gazay ? +

    Mèfi! fait encore du GazayBashing penseront certains. Auxquels nous répondrons : la panne d'internet à La Perussonne, très localisée somme toute, n'est pas la faute du maire d'Aubagne... quoique... Lire la suite
  • Ecole de céramique : le conseil régional confirme +

      Après notre article sur l'école de céramique implantée à Aubagne depuis 1989, le conseil régional s'est fendu d'un communiqué qui confirme les nuages noirs qui s'accumulent sur la structure. Lire la suite
  • La Marseillaise a les boules +

    Cette année, le Mondial La Marseillaise à Pétanque aura lieu du 1er au 5 juillet. Après les épreuves difficiles que vient de traverser ce quotidien et la décision du Tribunal de Commerce d'approuver le plan de poursuite de l'activité, plus que jamais c'est une nouvelle occasion pour toutes et tous Lire la suite
  • Une métropole plus proches des habitants +

    Le maire de Martigues, vendredi 8 juin, aux Arcenaulx à Marseille a présenté 10 propositions d'urgence pour sortir la métropole de Marseille de la crise. Lire la suite
  • Trois visages +

    Jafar Panahi en est le symbole, le combat pour la liberté en Iran passe aussi par la caméra à l’épaule. Après Taxi Téhéran, Jafar Panahi, toujours assigné en résidence dans son pays, nous entraine avec Trois Visages dans un excellent road movie parcourant les archaïques régions turcophones de son pays. Lire la suite
  • 1