Gazay rattrapé par ses mensonges


mensonge politique

Le maire d'Aubagne a donné une interview dans le numéro de mai-juin de la revue "Objectif Méditerranée".

En soi, rien d'exceptionnel, c'est un magazine confidentiel lu uniquement par les élus et quelques employeurs qui sont en vedette dans le numéro du mois. A chaque parution un lectorat nouveau, la publicité recueillie sur le compte des institutions (dont Aubagne) équilibre les comptes.

Mais nous ne résistons pas à l'envie de mettre en lumière, une nouvelle fois, les fausses affirmations de Gazay.

Et ça part fort, concernant le montant de la dette de la ville, il affirme que depuis son arrivée "elle a baissé de 20 millions d'euros". 

Nous nous permettons de (re)faire notre démonstration : les documents fournis par les services financiers de la ville au conseil municipal de décembre 2017 pour le vote du budget 2018 affichent une dette de 156, 072 128 millions d'euros, il faut y rajouter les 3 millions d'emprunt de 2018 et les quelques centaines de milliers d'euros que Gazay a perdu contre la banque RBS. Cela fait un total d'environ 160 M€. La dette de 2013 était de... 160 M€ !

Une dette qui ne diminue pas

Alors que dans le même temps, on a sacrifié tous les budgets de la ville à l'austérité et on a vendu près de 15 millions d'euros du patrimoine communal.

La suite est encore un ton au-dessus : "nous avons fait un gros effort sur la masse salariale". Le document fourni par la ville pour le Rapport d'Orientations Budgétaires pour le conseil municipal de novembre 2017 en préparation du budget 2018, nous indique, en page 11,  que la masse salariale était de 38,57 M€ en 2013 et de 42,47 M€ en 2018, soit plus de 10% d'augmentation !

Il est vrai qu'en page 12, on nous informe que le nombre d'agents a diminué de 6%, et on sait qu'il n'y a pas eu d'augmentation des salaires. La différence (considérable), c'est l'embauche de cadres venus d'ailleurs à des niveaux de salaires dignes des plus hauts fonctionnaires de l'Etat !

Des cadres payés à prix d'or

Ensuite, il nous refait le coup des investissements "importants pour les travaux du centre ville", mais il donne la somme "500 000€" en 4 ans, soit moins de 1% du budget de la ville sur la même période. Il affiche "un solde positif de 30 nouveaux commerces" qu'il est le seul à avoir compté !

Le comble de la langue de bois, c'est quand il dit regretter l'abandon du Val'Tram, alors que même "son amie" Barhélémy lui reproche d'avoir torpillé le projet.

Il n'a cependant pas osé dire qu'il s'était battu contre la fermeture du service réanimation de l'hôpital !

Le titre de l'article lui fait dire "La politique à l'ancienne ne me rattrapera pas". Elle n'a pas a le rattraper, il y baigne dedans.

Antoine Monticellu

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Rugby Club Aubagnais : c'est mal parti +

    En Ligue 1, le QSG règle le sort de Dijon par une écrasante victoire (4 à 0), Lille termine par un festival devant Angers (5 à 0), Lyon bat Caen (4 à 0), Saint Etienne fait de même devant Nice (3 à 0). Montpellier ne peut faire que match nul Lire la suite
  • La culture se porte bien… pourvu qu’on s’en occupe +

    Une trentaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 avril dans un atelier thématique d’Aubagne la commune pour aborder la question de la culture dans l’activité municipale aujourd’hui. Faire un constat et tracer des perspectives pour retrouver du sens à ce qui s’est considérablement dégradé en cinq ans, faisaient l’objet Lire la suite
  • Les écoles Pin Vert et Hugo se mobilisent contre la faim +

    La 22e édition de la Course contre la faim aura lieu ce vendredi 17 mai. En 2018, ce sont plus de 260 000 élèves de 1 200 etablissements qui ont participé à ce projet dans plus d’une cinquantaine de villes françaises et à l’étranger. À Aubagne, les écoles du Pin Lire la suite
  • Magali Giovannangeli, candidate d'un projet collectif +

    A 23 ans, elle était la benjamine du conseil municipal d’Aubagne, lorsque Jean Tardito a succédé à Edmond Garcin. Quelques trente ans plus tard, Magali Giovannangeli sera sans doute la plus jeune candidate à conduire une liste de rassemblement contre le tandem Gazay-Barthélemy lors des élections municipales du printemps prochain. Lire la suite
  • Mais où est Denis Grandjean ? +

    Ce soir, 15 mai, le jour des 10 ans de la gratuité des transports à Aubagne, on inaugure le local de campagne de "Aubagne La Commune". 10 rue Laget entre l’épicerie gastronomique et le Baobab café. Pile en face du barber shop qui vient du désert. Le lieu est tout Lire la suite
  • Des questions après le saccage de l'école maternelle du Charrel +

    Après les dégradations dans plusieurs salles de classes de l'école maternelle du Charrel, pendant le week-end des 11 et 12 mai, de nombreuses questions (qui ? pourquoi ? comment ?...) restent posées et attendent des réponses de l'enquête en cours. Mais un article très documenté de La Provence du mardi 14 mai nous Lire la suite
  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • 1