Gazay et Rousset : les pompiers-pyromanes


pompier pyromanes 

Dans l'AJJ du mois de juin, Alain Rousset au nom du groupe "Les Républicains et apparentés", dans la rubrique "expression des groupes politiques", en page 39, essaie, sans le citer, de faire face à ce qu'il appelle "les mensonges, les calomnies, les attaques personnelles" de Mèfi et présente les élus de la majorité comme des parangons de vertu. Est-ce vraiment la vérité ? 

Commençons par "les attaques personnelles". De quoi, de qui parle-t-on ?

Quand nous nous interrogeons sur le fait qu'une adjointe au maire est à la fois responsable du CCAS, en charge des services aux personnes âgées, administratrice du fil rouge pour les malades Alzheimer mais aussi, professionnellement, patronne de plusieurs maisons de retraite et qu'il nous semble que la plus élémentaire déontologie morale voudrait qu'on ne mélange pas les genres : ce sont des attaques personnelles ?

Quand on fait observer que le maire stationne sur une place réservé aux handicapés, qu'il a fait augmenter ses indemnités d'élu, qu'il les cumule jusqu'à dépasser le plafond, que les notes de restaurant sont payées par la ville, qu'il a le même modèle de voiture que le président de la République, que tel ou telle époux ou épouse, fils, fille ou belle-fille d'élu.e a été embauché à la ville ou à l'agglo, que des élus ont sur leurs voitures des cocardes tricolores interdites par la loi mais que personne ne dit rien, ... : ce sont des attaques personnelles ?

Quand on fait savoir qu'un adjoint au maire affirme publiquement dans un bar qu'il n'a pas envie d'aller à la soirée du personnel communal ou que le maire n'aime pas Daniel Scaturro, ... : ce sont des attaques personnelles ?

Dire que le maire cumule ses indemnités d'élu, c'est faire une attaque personnelle ?

Quand on informe que l'adjoint à la culture a trouvé un emploi à 13Habitat, celui à la sécurité à l'Hôpital public et celui à la jeunesse au Conseil Régional  ou que l'adjoint à la culture fait de la pub pour sa famille au Comoedia : ce sont des attaques personnelles ?

Jamais, à aucun moment, la vie privée de chacun ou chacune n'a été touchée. A chaque fois, nos informations ou révélations ont un lien direct avec la gestion municipale ou l'éthique des élu.e.s. Celles et ceux qui affirment le contraire doivent citer des exemples précis ! 

Continuons par "les mensonges et les calomnies". De quoi s'agit-il ?

De la privatisation de la restauration municipale ? De la mauvaise qualité des repas donnés aux enfants dans les écoles ? De l'absence de papier toilette ? ...

De la liquidation de la MJC ? De la suppression du Festival d'Art Singulier ? De la réduction voire la suppression des subventions à certaines associations ou syndicats ? ...

Des brimades, des mises au placard, des licenciements dans le personnel communal ? Du mépris des représentants syndicaux et des instances paritaires ? De la réduction du "petit" personnel, de la baisse drastique des budgets des services ? ...

De la prolifération des rats dans la ville ? Des jeux d'enfants et des espaces verts à l'abandon ? De la propreté d'Aubagne qui ressemble de plus en plus à Marseille ? ...

Dire que le personnel municipal est méprisé, c'est un mensonge ?

De la dette qui ne diminue pas malgré les incantations de la presse municipale ? De la vente de près de 15 millions du patrimoine communal ? Des impôts locaux qui augmentent par le biais de la suppression de l'abattement à la base ?

De la bétonisation de la ville ? De la présence de plus en plus prégnante des agences et des promoteurs immobiliers ? De la liquidation du Val'Tram ?

De l'abandon de la quasi totalité des promesses électorales faites en 2014 (réaménagement de tout le centre ville, halle couverte sur Voltaire, nouveau complexe sportif, ...) ? De la fermeture continue des commerces du centre ville dont les plus emblématiques (Bézert, Levetti, ...) ? 

Doit-on continuer ? Monsieur le maire et monsieur le 1er adjoint ne restez pas dans la formule attrape-tout pour ne rien prouver. Peut-on nous citer un, deux, trois "mensonges ou calomnies" portés par Mèfi ?

Quant à l'affirmation selon laquelle la ligne de conduite de la majorité municipale c'est "Clarté, vérité, sincérité, transparence", cela pourrait nous faire sourire si ce n'était pas aussi grave pour Aubagne.

S'agit-il du maire qui affirme, droit dans les yeux, au personnel de la cuisine municipale qu'il n'y aura pas de privatisation et qu'il n'y a pas eu de visite préparatoire à la Sodexo, comme l'avait dénoncé Mèfi ?

Ou de l'adjoint à la culture qui répond aux élus de l'opposition qu'il n'y a pas à s'inquiéter pour la MJC ?

Le maire qui affirme qu'il ne privatisera pas la restauration municipale, c'est ça "la vérité" ?

Ou de la communication municipale qui démontre avec de faux graphiques que la dette a baissé en "oubliant" les 17 millions de renégociation des emprunts et ceux réalisés pour l'année en cours ou qui annonce que le "taux" des impôts n'augmentera pas pour faire croire à une stabilité dans le même temps où on supprime l'abattement à la base ?

Ou l'annonce par le maire que "2017 sera l'année des grands travaux", alors que quasiment rien n'a été réalisé ?

Là aussi, on pourrait multiplier les exemples. Alors que Gazay et son équipe ont fait du mensonge et de la désinformation un mode de gestion de la ville, ils ont besoin de mentir sur leur pratiques réelles.

Assez de blabla ! Organisons un débat public entre la rédaction de Mèfi et Gazay et son équipe. Nous y sommes prêts.

Nous sommes même d'accord pour qu'un.e journaliste de La Provence anime cette confrontation !

La rédaction

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Panne d'internet à la Perussonne : la faute à Gazay ? +

    Mèfi! fait encore du GazayBashing penseront certains. Auxquels nous répondrons : la panne d'internet à La Perussonne, très localisée somme toute, n'est pas la faute du maire d'Aubagne... quoique... Lire la suite
  • Ecole de céramique : le conseil régional confirme +

      Après notre article sur l'école de céramique implantée à Aubagne depuis 1989, le conseil régional s'est fendu d'un communiqué qui confirme les nuages noirs qui s'accumulent sur la structure. Lire la suite
  • La Marseillaise a les boules +

    Cette année, le Mondial La Marseillaise à Pétanque aura lieu du 1er au 5 juillet. Après les épreuves difficiles que vient de traverser ce quotidien et la décision du Tribunal de Commerce d'approuver le plan de poursuite de l'activité, plus que jamais c'est une nouvelle occasion pour toutes et tous Lire la suite
  • Une métropole plus proches des habitants +

    Le maire de Martigues, vendredi 8 juin, aux Arcenaulx à Marseille a présenté 10 propositions d'urgence pour sortir la métropole de Marseille de la crise. Lire la suite
  • Trois visages +

    Jafar Panahi en est le symbole, le combat pour la liberté en Iran passe aussi par la caméra à l’épaule. Après Taxi Téhéran, Jafar Panahi, toujours assigné en résidence dans son pays, nous entraine avec Trois Visages dans un excellent road movie parcourant les archaïques régions turcophones de son pays. Lire la suite
  • Partie de campagne +

      C’est ce que proposent les animatrices et les animateurs de l’appel pour Aubagne, le dimanche 24 juin prochain au Parc Jean Moulin dès 11h30. Une auberge espagnole où chacun amène ce qu'il est et ce qu'il a... Lire la suite
  • Handicapés : moins de gratuité pour les parkings +

    Depuis la mise en place de la Délégation de Service Public pour les parkings souterrains, la ville fournissait un badge qui assurait la gratuité totale des parkings pour les handicapés à 80% et non imposable sur le revenu. Gazay vient de décider de retirer ce badge. Lire la suite
  • 1