Les Chroniques du règne de François II - épisode 14


macron gassama

Sa Grandeur devait tout révolutionner, tout changer, tout bouger, tout chambouler. Il était le nouvel héraut de la démocratie moderne, le poulain infatigable des fatigués de la politique politicienne, l'homme des grandes manœuvres face aux barons des basses besognes...

En attendant tout ça, notre bon Roi François II dit Emmanuel le Magnifique (une trouvaille du ministre Collomb) se mue en RECUPERATOR 2.0 pour le plus grand plaisir des feuilletonistes objectivo-neutro-journalistes.

LES FAITS

Ce week-end, une vidéo étonnante et impressionnante, il faut le dire, a circulé sur le net. Filmée en contreplongée par un caméraman observateur au pif bien alléché, elle nous montrait à peu près ce spectacle : un enfant suspendu à un balcon, semble-t-il retenu du bout des doigts par le voisin du balcon d'à côté trop loin pour pouvoir tirer l'enfant, et un autre homme parcourant l'image du bas vers le haut avec la force et le courage dont seuls les bons Français sont dotés, n'est-ce pas ma bonne dame !

PRÊTEZ-LUI DEUX NEURONES 

Devant le buzz, il n'était pas possible d'ignorer cet exploit. Enfin une occasion pour notre Souverain parisien de célébrer la banlieue forte, courageuse, téméraire, héroïque. Alors à défaut d'avoir pu les donner à Sarko 1er en son temps, malgré ses demandes répétées, les communicants inspirés par l'émotion et ne reculant pas devant la complexité de la décision qui allait émaner de leur cerveau fécond, s'unirent pour prêter deux neurones à Sa Majesté des Riches. Comme Lucie (l'héroïne de Luc Besson, pas l'Australopithèque) voilà François II a 100% de ses capacités cognitives qui, après avoir analysé la situation mondiale, fut rapidement convaincu qu'il fallait éteindre la rue en effervescence par un petit contre-feu digne des plus grandes heures de Neuron -2, c'est à dire, vous l'aurez deviné, de Sarko 1er.

HIC... HIC... HIC...

Le hic c'est que le sauveur de l'enfant, n'a rien à voir avec le bon Français de souche.

Le second hic c'est que, Mamoudou Gassama, c'est le nom du héros du week-end choisis par les médias themself, n'a rien à voir avec les banlieues que le Président du Royaume de France a gentiment mis de côté en leur demandant, en gros, de se démerder avec leur imagination  et leur inventivité.

Le troisième hic c'est que Mamoudou Gassama est un "sans-papier malien" que le gouvernement nommé et piloté par Notre Grandeur du Touquet aurait vivement souhaité voir raccompagné dans son pays.

Heureusement, notre leader richissimo peut compter sur le silence des médias mainstream qui ne manqueront pas de ne surtout pas le mettre face à ses contradictions.

BIS REPETITA

Le plus triste, peut-être, est de constater que le renouveau c'est un peu comme le changement de Hollande alias François 1er, c'est pas tout à fait pour maintenant. Réagir aux soubresauts de l'actualité, c'était plutôt le créneau de Sarko 1er, accueillir dans son palais bien chauffé les acteurs du moment façon planplan, c'était plutôt la méthode Hollande, commenter les vidéos qui font le buzz, plutôt la recette de Hanouna, que notre cher Prince-Président a parfois au téléphone paraît-il, notamment lorsqu'il s'agit de singer une conversation improvisée ou encore lorsqu'il s'agit de fixer la date et l'heure de la remise de breloques au paternel médecin du même Hanouna qui l'a bien mérité : il a été médecin toute sa vie, comme 215 538 autres personnes au moment où l'on parle... 

A croire que pour exister aux yeux de la Bobocratie, les "Rien" de ce bas-monde sont destinés à toujours faire beaucoup plus que les "Messieurs".

LA CAROTTE ET LE BÂTON 

Tout est bien qui finit bien. Mamoudou Gassama sera naturalisé Français et intègrera les sapeurs-pompiers. Ses talents seront sans doute très précieux. Emmanuel le Magnifique pourra continuer à ignorer la grogne sociale de celles et ceux qui ont plus que Monsieur Gassama à la base mais dont on veut qu'ils aient moins. On en revient à cette célèbre citation des penseurs Bourdon et Campan qui disaient à l'aube des années 90 : "il y a le bon et mauvais migrant". En somme, Notre Grand et Bon Roi, ce n'est ni Sarko 1er, ni Flambi 1er, ni Fainénant 1er, c'est W. Bush Junior : le Tout et le Rien, le Riche et le Pauvre, le Bien et le Mal, les Besogneux et les Fainéants, les Soumis et les Insoumises, les Dociles et les Emmerdeurs. Bref, une vision du monde qui facilite la pensée.

Camille Alexandre

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Rugby Club Aubagnais : c'est mal parti +

    En Ligue 1, le QSG règle le sort de Dijon par une écrasante victoire (4 à 0), Lille termine par un festival devant Angers (5 à 0), Lyon bat Caen (4 à 0), Saint Etienne fait de même devant Nice (3 à 0). Montpellier ne peut faire que match nul Lire la suite
  • La culture se porte bien… pourvu qu’on s’en occupe +

    Une trentaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 avril dans un atelier thématique d’Aubagne la commune pour aborder la question de la culture dans l’activité municipale aujourd’hui. Faire un constat et tracer des perspectives pour retrouver du sens à ce qui s’est considérablement dégradé en cinq ans, faisaient l’objet Lire la suite
  • Les écoles Pin Vert et Hugo se mobilisent contre la faim +

    La 22e édition de la Course contre la faim aura lieu ce vendredi 17 mai. En 2018, ce sont plus de 260 000 élèves de 1 200 etablissements qui ont participé à ce projet dans plus d’une cinquantaine de villes françaises et à l’étranger. À Aubagne, les écoles du Pin Lire la suite
  • Magali Giovannangeli, candidate d'un projet collectif +

    A 23 ans, elle était la benjamine du conseil municipal d’Aubagne, lorsque Jean Tardito a succédé à Edmond Garcin. Quelques trente ans plus tard, Magali Giovannangeli sera sans doute la plus jeune candidate à conduire une liste de rassemblement contre le tandem Gazay-Barthélemy lors des élections municipales du printemps prochain. Lire la suite
  • Mais où est Denis Grandjean ? +

    Ce soir, 15 mai, le jour des 10 ans de la gratuité des transports à Aubagne, on inaugure le local de campagne de "Aubagne La Commune". 10 rue Laget entre l’épicerie gastronomique et le Baobab café. Pile en face du barber shop qui vient du désert. Le lieu est tout Lire la suite
  • Des questions après le saccage de l'école maternelle du Charrel +

    Après les dégradations dans plusieurs salles de classes de l'école maternelle du Charrel, pendant le week-end des 11 et 12 mai, de nombreuses questions (qui ? pourquoi ? comment ?...) restent posées et attendent des réponses de l'enquête en cours. Mais un article très documenté de La Provence du mardi 14 mai nous Lire la suite
  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • 1