Martine fait son bilan


vassal bilan aubagne

Mercredi 23 mai, à l'Espace des Libertés, la Présidente du Conseil Départemental présentait son bilan après 3 ans de mandat à la population de ce que la droite appelle "le bloc de l'est", soit près de 200 000 habitants.

La salle était bien garnie : 380 places assises dont 4 rangs réservés aux quelques 80 élu.e.s présent.e.s et environ 150 debout. Les personnes présentes provenaient des 19 communes invitées (Allauch, Aubagne, Auriol, Belcodène, Cadolive, Carnoux, Cassis, Ceyreste, Cuges, Gémenos, La Bouilladisse, La Ciotat, La Destrousse, La Penne, Peypin, Plan de Cuques, Roquefort La Bédoule, Roquevaire, Saint Savournin). Treize maires étaient présents, il manquait ceux d'Allauch, Belcodène, La Bouilladisse, La Destrousse, La Penne et Roquevaire.

Chaque élu.e étant applaudi par "les siens" à l'énoncé de son nom, on peut estimer la présence des Aubagnais.es à 70-80. Cassis et La Ciotat étaient bien représentés. Incontestablement, la Palme des présents revient à Allauch. Bruno Genzana a gardé la tradition de Roland Povinelli pour le déplacement de ses fans.

70 à 80 Aubagnais.es

Gazay a joué le bateleur de foire, agitant ses bras par de larges tourniquets pour faire se lever la salle (qui n'avait pas compris) et acclamer "La Présidente".

On a pu noter quelques couacs entre Martine Vassal et le maire d'Aubagne. Commençons par un détail, elle lui a fait remarquer que "contrairement à ce qu'il avait dit, le département des Bouches du Rhône n'est pas le 3ème mais le 2ème département de France".

Plus sérieusement, elle mentionne qu'il a parlé de fusion entre le département et la métropole (que Gazay souhaite), mais qu'en ce qui la concerne elle n'a pas encore décidé, elle sera pour si "c'est un bien pour les populations du département" (ben voyons !).

Elle soutient "les hospitaliers" (en fait les militants du comité de soutien de l'hôpital public) qui l'ont accueilli à l'entrée de la salle et elle partage leur combat : "ils ont raison, rien ne doit être enlevé à ce territoire". C'est un véritable camouflet pour Gazay qui a refusé de faire condamner la décision de l'ARS par une motion de son conseil municipal, qui ne participe pas au collectif des maires du territoire contre la fermeture du service réanimation et qui se prononce pour un pôle public/privé au bénéfice du privé.

Au début de son intervention, Martine Vassal avait mis l'accent sur le "couple difficile" Barthélémy-Gazay, tout en essayant de nuancer en parlant de la "complémentarité" des deux protagonistes. Mais, au final elle a uniquement appuyé sur les qualités de "Sylvia".

L'épisode le plus croustillant se situe en amont de tout cela. La Présidente fait part de son bonheur d'être dans cette magnifique salle "à l'architecture particulière mais qui se marie bien avec l'environnement". Un frisson parcourt les rangs de la droite locale (elle ne va pas nous vendre le bunker !). Elle le sent, l'entend et trouve la bonne formule "la salle est belle grâce aux gens qui sont à l'intérieur". Immense ouf de soulagement !

Des couacs entre Vassal et Gazay

Pour ce qui concerne le bilan, c'est la même technique de communication que Gazay (ou l'inverse). On affirme sans que cela s'appuie sur des faits précis.

Gazay nous ressert le Contrat Départemental 2016-2019 et ses 25 millions. Il nous cite l'aménagement du Centre Ville (les 200 mètres de pavés de Rastègue/Martinot ?), la jeunesse (la disparition de la MJC ?), le sport (il paraît qu'ils ont "rénové" le gymnase du Bras d'Or : on en perd le sens des mots), la proximité et le cadre de vie (les jeux d'enfants, les espaces verts, la voiries laissés à l'abandon sans entretien ?).

On assène "trois ans d'actions et de promesses tenues" en s'appuyant sur la litanie des compétences du conseil départemental que l'on retrouve dans tous les départements de France (et peut-être même de Navarre).

Martine Vassal va plus loin que Gazay en osant un "98% d'engagements tenus après 3 ans de mandat" sans nous dire, comme lui, quel est le document de référence et où se trouvent les engagements pris.

On prend connaissance d'un "exceptionnel plan Charlemagne pour les collèges" mais on ne trouve rien d'autre que le remplacement des ordinateurs pour les élèves par des tablettes et l'installation des portiques de sécurité devant les établissements que l'on constate presque partout en France depuis les attentats de 2015. Sans aucun doute Martine de Roncevaux a sonné du cor, mais personne ne l'a entendue.

Le cor de Martine de Roncevaux

Gazay s'époumone pour souligner les "2500€ par collégiens, somme unique sur le territoire national" (la Seine Saint Denis, par exemple, consacre le même montant), mais, après vérification, cette dotation comprend le financement de la construction et de la rénovation des établissements mais aussi les salaires... du personnel de l'éducation du Bateau Bleu.

Nouvelle affirmation : "Ici, le taux de chômage est inférieur aux autres secteurs". Or, la Direccte PACA, dans ses statistiques, nous indique que le taux de chômage de la zone d'Aubagne est de 12,2%, de 9,4% en France, de 11,1% en PACA, de 11,4% à Martigues et Istres, de 11,5 à Salon, de 9,1% à Aix. 

On lit par ailleurs que "la ville d'Aubagne est dans une zone d'emploi classée 263ème sur 321 zones analysées pour son taux de chômage".

On précise même qu'il y a 3615 demandeurs d'emplois inscrits au Pôle Emploi à Aubagne pour une population active d'environ 30 000 personnes.

La soirée se termine par la reprise en cœur du "Coupo Santo" dont l'animateur souhaite convaincre les supporters de l'OM de la chanter avant chaque match au stade Vélodrome. Encore un engagement qu'il sera difficile de tenir.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Ecole de céramique : le conseil régional confirme +

      Après notre article sur l'école de céramique implantée à Aubagne depuis 1989, le conseil régional s'est fendu d'un communiqué qui confirme les nuages noirs qui s'accumulent sur la structure. Lire la suite
  • La Marseillaise a les boules +

    Cette année, le Mondial La Marseillaise à Pétanque aura lieu du 1er au 5 juillet. Après les épreuves difficiles que vient de traverser ce quotidien et la décision du Tribunal de Commerce d'approuver le plan de poursuite de l'activité, plus que jamais c'est une nouvelle occasion pour toutes et tous Lire la suite
  • Une métropole plus proches des habitants +

    Le maire de Martigues, vendredi 8 juin, aux Arcenaulx à Marseille a présenté 10 propositions d'urgence pour sortir la métropole de Marseille de la crise. Lire la suite
  • Trois visages +

    Jafar Panahi en est le symbole, le combat pour la liberté en Iran passe aussi par la caméra à l’épaule. Après Taxi Téhéran, Jafar Panahi, toujours assigné en résidence dans son pays, nous entraine avec Trois Visages dans un excellent road movie parcourant les archaïques régions turcophones de son pays. Lire la suite
  • Partie de campagne +

      C’est ce que proposent les animatrices et les animateurs de l’appel pour Aubagne, le dimanche 24 juin prochain au Parc Jean Moulin dès 11h30. Une auberge espagnole où chacun amène ce qu'il est et ce qu'il a... Lire la suite
  • Handicapés : moins de gratuité pour les parkings +

    Depuis la mise en place de la Délégation de Service Public pour les parkings souterrains, la ville fournissait un badge qui assurait la gratuité totale des parkings pour les handicapés à 80% et non imposable sur le revenu. Gazay vient de décider de retirer ce badge. Lire la suite
  • Privatisation du rail en Grande-Bretagne +

    Trains supprimés par centaines, usagers très mécontents, un fiasco total de la réforme des horaires, tel est le constat alarmant que font les élus et la population de Grande-Bretagne après la privatisation du réseau ferré. C'est sans doute pour cela que Macron et son gouvernement veulent aller vite... avant que Lire la suite
  • 1