En un mandat, Gazay a ruiné Aubagne


gazay poche vide

Dès 2015, à toutes les réunions du conseil municipal d'Aubagne, dans toutes les publications municipales, chaque mois dans AJJ, le magazine de propagande du maire, on nous répète que la ville est "sur la voie de l'assainissement des finances". Pourtant l'immense majorité des maires pouffent de rire quand on reprend la formule. Pourtant la directrice des services financiers et son responsable aux marchés publics ont souhaité quitter la ville, et ne sont toujours pas remplacés près de quatre mois après leurs départs.

La réalité est en effet tout autre. Jamais Aubagne n'a connu une telle gestion financière, incohérente et sans avenir où l'incompétence, l'improvisation et l'absence de visée stratégique sont les dominantes des constructions budgétaires depuis 4 ans.

Faisons les comptes des millions perdus. Le contrat signé avec le département pour un montant d'investissement de 25 millions d'euros entre 2016 et 2019 n'a quasiment rien vu se réaliser, alors qu'il prévoyait déjà 15 millions de travaux jusqu'en 2018 (voir article "Où sont passés les 25 millions du CD ?").

Le département s'était aussi engagé à hauteur de 30 millions pour le Val'Tram, avec notamment le réaménagement de toute la partie du centre ville autour de Voltaire. Il faut rajouter un million d'euro du Conseil Régional pour le même projet. Tout est effacé après la décision d'abandonner la voie de Valdonne pour mettre des bus sur l'autoroute;

55 millions de subventions qui s'envolent ?

Le refus de réaliser l'éco-quartier des Gargues fait perdre 17 millions d'euros par an de recettes fiscales (soit 102 millions d'euros pour le mandat). Mieux, cela doit, à coup sûr, faire perdre entre 100 et 300 millions d'euros à la métropole pour indemniser l'aménageur.

La perte du procès (qui devait être gagné à condition de trouver des arguments contre les maîtres de la finance) face à la banque RBS coûte 75 millions à la ville qui auraient dû être déduit de la dette d'Aubagne.

L'arrêt du Tramway permet à la métropole d'éviter le paiement de l'aménagement de Foch, De Gaulle, l'Horloge, République, Beaumond, soit environ 40 millions d'euros, ce qui oblige la ville à puiser dans ses finances pour de mini-aménagements.

Au total, cela représente près de 300 millions d'euros perdus pour Aubagne, soit presque deux fois le montant de la dette.

Au total 300 millions qui échappent à Aubagne

Quelles sont "les recettes" financières trouvées par Gazay et son élue à la comptabilité ? Des économies sur les repas de nos enfants (qui sont aujourd'hui immangeables), la suppression du papier WC dans les écoles et dans les services publics communaux, la réduction voire la suppression des subventions aux associations, la fin des fêtes et des spectacles gratuits dans l'espace public, ...

Et pourtant, le patrimoine municipal a été bradé chaque année pour un montant de près de 15 millions d'euros, le produit des impôts a augmenté de 7,8% entre 2013 et 2018 (d'après les chiffres des services financiers de la ville), les charges financières ont augmenté, passant de 6,24 millions d'euros en 2013 à 6,60 en 2017 (toujours d'après les documents officiels de la ville) et on peut rajouter que les prestataires de la commune (des plus petits aux plus gros) sont obligés d'engager des recours pour être payés.

Des prestataires non payés

Et pourtant la dette n'a pas diminué depuis 2013.

On comprend mieux pourquoi la directrice financière faisait savoir qu'elle se sentait libérée quand elle a obtenu sa mutation. 

Comme certains fils d'entrepreneurs qui conduisent l'entreprise familiale à la faillite, Gazay a hérité d'une ville qu'il ruine en peu de temps;

Antoine Monticellu

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Voie de Valdonne : rencontre en préfecture +

    Les représentants du collectif "Voie de Valdonne" (V2V) donnaient une conférence de presse lundi 13 août pour rendre compte de la réunion tenue en préfecture le 7 août dernier avec Madame Charbonneau, secrétaire générale depuis avril 2018. La Provence et Mèfi étaient là. Lire la suite
  • Après la pluie et la grêle à Aubagne +

    Le jeudi 9 août dernier, de violentes précipitations se sont abattues sur Aubagne en tout début d'après midi. Une impressionnante pluie de grêlons a occasionné de nombreux dégâts. En moins de deux heures, 64 mm d'eau par m² (autant que pour 15 jours du mois d'avril) tombaient sur Aubagne. Lire la suite
  • Gazay : le choix de déserter le centre ville +

    Les soirées d'animation de l'été sur Voltaire, Foch ou Rau ont été quasiment supprimées par la ville. L'activité autour des restaurants, bars, salon de thé et la dynamique de centre ville en général en souffrent profondément. Lire la suite
  • La vitrine de la céramique et du santon +

    Le 21 juillet, le maire d'Aubagne et la présidente du territoire ont inauguré la 50ème foire à la céramique et au santon, sur le cours Foch, à Aubagne. Il y a huit artisans de moins que l'an dernier. Pourtant, le site de la ville qui utilise beaucoup le "copier-coller" n'a Lire la suite
  • Rencontre avec le Préfet : le collectif Voie de Valdonne précise +

    Suite à notre article "Le Préfet reçoit le collectif Voie de Valdonne", les porte-parole du collectif ont souhaité apporter un certain nombre de précisions sur le but de cette rencontre, précisions que nous publions bien volontiers ci-dessous. Nous joignons aussi à leur demande le courrier qu'ils ont adressé au Préfet Lire la suite
  • Mépris du personnel communal : de pire en pire +

    Le 13 juillet, une réunion du Comité Technique de la ville a eu lieu. Il a marqué une nouvelle étape dans le mépris affiché par Gazay et sa "haute" administration pour les agents communaux. Les Comités Techniques des collectivités, composés d'élus et de représentants élus du personnel, sont des instances Lire la suite
  • Re-dynamisation du Centre-Ville +

    La redynamisation du centre ville aubagnais c'est un peu comme le monstre du Loch Ness. On en parle beaucoup mais nous arrivons tout juste à en voir le bout de la queue. Mais nos yeux sont-ils bien fiables ? Lire la suite
  • 1