Bilan : Gazay ne convainc pas


gazay courbe decus

Après une série d'articles en septembre sur les travaux dans la ville, le 21 octobre 2017, le quotidien local La Provence, consacrait une page à Gérard Gazay avec ce titre "Le maire dresse son bilan". Puis 3 mois plus tard, le 21 janvier 2018, après la cérémonie des vœux, nouvelle pleine page, avec ce titre "Hier soir, le Maire a dressé le bilan de son action". Le 30 mars, nouvel interview pleine page avec une troisième formulation "Gazay fait son bilan". Cela démontre qu'au-delà de son fan club, le maire et son équipe n'arrivent pas à convaincre.

Le 30 mars, le maire expliquait qu'il fallait prendre en compte les centaines de petits travaux réalisés dans les domaines de la propreté, de la voirie, des espaces verts... Difficile à faire avaler aux Aubagnaises et aux Aubagnais qui, justement sur ces aspects, constatent tous les jours des dégradations conséquentes. "On ressemble à Marseille" disent-ils de plus en plus massivement.

Aubagne ressemble à Marseille

Il nous parlait aussi des 4,5 millions de travaux d'accessibilité dans les bâtiments communaux. Personne n'a jamais rien vu. Peut-être faisait-il allusion à la destruction du Petit Monde de Marcel Pagnol dont il a eu le culot d'affirmer que la faute revenait aux handicapés ? Il annonçait des travaux dans le centre ville pour "début 2019", alors que c'était prévu pour... 2017.

Une croix définitive était mise sur la salle de spectacles promise dans les anciens locaux de la MJC et on apprenait que la mort du "grand projet de l'espace Bras d'Or" (logements, commerces, etc...) avait été décidée par... la métropole.

Rien sur l'abandon du Val'Tram, mais par contre Gazay nous pointait sa largesse d'esprit pour avoir su accepter la pluralité au sein de sa majorité.

Plus de salle de spectacle, plus de projet Bras d'Or

Pour rappel, dans son interview du 21 octobre, il affirmait avoir réalisé 70% de ses engagements, sans jamais dire de quels engagements il s'agissait. Ses promesses électorales ? Ses annonces annuelles au moment du vote du budget ? C'était plus simple à contrôler, 70% de rien, cela ne fait pas grand chose.

Il rajoutait aussi le vote du Plan Local d'Urbanisme (que le Tribunal Administratif a retoqué), "le paquet" qui était mis sur le centre ville (il faudra attendre le début 2019 donc) et la réalisation du pôle éducatif des Passons (remis aux calendes grecques depuis).

Le 20 janvier, les journalistes présents n'avaient pu que retenir la formule : "Gérard Gazay veut rendre les gens heureux". L'intention est louable.

Toutes les reprises et les redites sur le bilan prouvent bien que l'immense majorité des citoyennes et citoyens d'Aubagne, de tous les quartiers, de toutes les conditions sociales, de toutes les sensibilités politiques ne se leurrent pas.

Aujourd'hui, prenant prétexte d'une décision du Tribunal de Paris, il invente une nouvelle dette de 75 millions d'euros alors que celle-ci est déjà comprise dans les budgets antérieurs et, bien sûr, il cache aux élus d'opposition le contenu de la décision juridique. Une vraie campagne de communication mensongère pour masquer son vrai bilan.

Fausse information sur la dette pour masquer un bilan catastrophique

Une gestion financière incohérente et catastrophique (la directrice des services financiers et le responsable des marchés recrutés par Gazay lui-même ont fui Aubagne), des sacrifices demandés en permanence sans savoir ni pourquoi, ni pour quoi, des réalisations inexistantes, un service public municipal en mille morceaux, des cadres totalement démotivés, une ville qui ne rayonne plus, au service exclusif de Marseille, c'est cela la réalité du bilan de 4 ans de gestion Gazay.

Même si deman nous avions droit à un interview-bilan tous les mois ou toutes les semaines, cela ne changera rien à la réalité : ce mandat est un immense échec en même temps qu'un immense gâchis.

Tout le monde le sait et cela commence à se dire.

Bob Acad

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Les services financiers de la ville en attestent : Mèfi a raison ! +

    Le 28 juin aura lieu la prochaine réunion du conseil municipal d'Aubagne qui doit adopter son "budget supplémentaire". C'est l'occasion de lire les documents officiels sur l'état financier de la municipalité. Lire la suite
  • Étude pagnolesque +

    La Provence du 14 juin, nous propose un article ayant pour titre Retour sur 50 ans d'histoire de la zone des Paluds.  Petit coup de pub pour le livre (qui paraitra en fin d'année) de Gilbert Orsi, président honoraire de la Zone des Paluds à Aubagne. Et il la connait Lire la suite
  • Panne d'internet à la Perussonne : la faute à Gazay ? +

    Mèfi! fait encore du GazayBashing penseront certains. Auxquels nous répondrons : la panne d'internet à La Perussonne, très localisée somme toute, n'est pas la faute du maire d'Aubagne... quoique... Lire la suite
  • Ecole de céramique : le conseil régional confirme +

      Après notre article sur l'école de céramique implantée à Aubagne depuis 1989, le conseil régional s'est fendu d'un communiqué qui confirme les nuages noirs qui s'accumulent sur la structure. Lire la suite
  • La Marseillaise a les boules +

    Cette année, le Mondial La Marseillaise à Pétanque aura lieu du 1er au 5 juillet. Après les épreuves difficiles que vient de traverser ce quotidien et la décision du Tribunal de Commerce d'approuver le plan de poursuite de l'activité, plus que jamais c'est une nouvelle occasion pour toutes et tous Lire la suite
  • Une métropole plus proches des habitants +

    Le maire de Martigues, vendredi 8 juin, aux Arcenaulx à Marseille a présenté 10 propositions d'urgence pour sortir la métropole de Marseille de la crise. Lire la suite
  • Trois visages +

    Jafar Panahi en est le symbole, le combat pour la liberté en Iran passe aussi par la caméra à l’épaule. Après Taxi Téhéran, Jafar Panahi, toujours assigné en résidence dans son pays, nous entraine avec Trois Visages dans un excellent road movie parcourant les archaïques régions turcophones de son pays. Lire la suite
  • 1