Coup monté au conseil municipal


Au conseil municipal du 13 mars, nous avons eu droit à une "Grande révélation" de Gazay et de son adjointe aux finances, avec l’appui de Barthélémy, sur la décision judiciaire qui condamne la ville d’Aubagne à payer la totalité de l'emprunt dit "toxique" contracté auprès de la banque RBS (Royal Bank of Scotland).

A quelques jours de l’ouverture du Festival International du Film d’Aubagne, Gazay se transforme en mauvais metteur en scène.

Rien de nouveau sur la dette d’Aubagne puisque cette somme était déjà inscrite dans les budgets précédents. Cette opération médiatique permet à l’équipe Gazay, une nouvelle fois, de dégager en touche vers la gestion précédente.

Nous reviendrons sur le fond sur cette question et nous vous renvoyons sur nos articles précédents concernant la dette d'Aubagne.

Ce qui est scandaleux - qui a été dénoncé par les élus d’opposition (je ne parle évidemment pas des élus socialistes – modem – en marche) - c’est la manière dont le militant "LR" Gazay se sert de son mandat de maire et du conseil municipal pour faire de la basse manœuvre d'un mauvais politicien.

Gazay se sert de son mandat de maire pour des manoeuvres politiciennes

En effet cette question d’une décision judiciaire qui concerne les finances de la ville n’a même pas été mise en débat à la commission municipale des finances, pas plus qu’elle n’a fait l’objet d’un point à l’ordre du jour du conseil municipal de ce 13 mars 2018. Le contenu du jugement n'a même pas été donné aux élus en ouverture de la séance, alors qu’il était connu par le maire depuis le 19 janvier et qu’il a été délibérément tenu secret.

Ce qui aurait permis à l’ensemble des élus d’en prendre connaissance préalablement afin d’en débattre. Par contre les militants de l’équipe municipale en avaient été informés et mobilisés pour faire la « claque » dans la salle.

Une décision financière tenue secrète par le maire

Tout au long de ce conseil municipal c’est le mépris des élus de la majorité envers ceux de l’opposition qui a prévalu. Les délibérations sur l’urbanisme sont révélatrices de ce mépris. On demande au conseil municipal de voter des chèques en blanc sur des modifications du PLU sans en connaitre le contenu.

Les élus d’opposition qui interviennent pour demander des explications ou émettre un désaccord sont insultés, notamment lors des propos scandaleusement machistes de Rousset (mais peut-on attendre autre chose de ce triste personnage ?) à l’encontre de Madame Giovannangeli.

De même l’élu frontiste est traité d’incompétent alors qu’il cite des chiffres issus de la propagande municipale, sans vouloir défendre les positions nauséabondes que porte son mouvement.

Propos insultants et machistes de l'équipe à Gazay vis à vis de l'opposition

Ce conseil municipal n’est qu’une chambre d’enregistrement et de gesticulation politicienne pour cacher aux Aubagnais l’incompétence de cette équipe municipale.

Dans les magouilles politiciennes de mardi soir on a pu également constater, une nouvelle fois hélas, que les élu.e.s socialistes (mais que sont-ils aujourd’hui ?  Socialistes ? Modem ? En marche ? …) sont bienveillants à l’encontre de ce mode de fonctionnement et que Gazay le leur rend bien.

Le dégagisme reste d’actualité à Aubagne.

Peter Pan

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Mes 30 minutes à la réunion CIQ du Centre-Ville +

    Le 27 novembre, réunion du CIQ du Centre-ville à la salle de la Résidence des Potiers. Plantons le décor, il y avait du monde : M. Gazay et sa cour du conseil municipal, une délégation importante de la future liste de la gauche rassemblée, beaucoup de gens en colère en raison Lire la suite
  • L'AFC encore vainqueur, le RCA marque des points, 6ème victoire consécutive pour l'OM +

    En Ligue 1, Lyon se déchaîne à Nîmes (0 à 4), Lille bat Brest (1 à 0), le QSG règle le sort de Montpellier en quelques minutes (1 à 3), Nice écrase Metz (4 à 1), Monaco retrouve du souffle face à Amiens (3 à 0) et Rennes défait Angers Lire la suite
  • Gloria Mundi de Guédiguian +

    Guédiguian a besoin de mélodrame pour nous interpeler sur les dérives dramatiques de la société. Le cadre : Marseille. La ville se prête à merveille comme décor, quartier populaire (la rue d’Aix), quartiers d’affaires (les Terrasses du Port). Les acteurs : des femmes et des hommes que l’on rencontre tous les jours Lire la suite
  • Du social, c'est urgent ! +

    Entre un gouvernement qui fait la part belle aux plus riches et une municipalité qui détruit les remparts et les protections construites ici pendant des décennies, nos concitoyens, qui ont besoin de vraies politiques sociales, subissent une double peine. Lire la suite
  • Rassemblé·e·s pour Aubagne +

    Lundi 2 décembre dans l'ancienne salle de la Bourse du Travail, un petit peu plus d'une centaine de personnes ont tenu l'Assemblée Constituante de la liste qui devrait s'intituler, si on a bien compris, "Rassemblé·e·s pour Aubagne" et qui sera conduite par Magali Giovannangeli. Lire la suite
  • Retour aux valeurs humanistes et priorité au lien social +

    Cohabitation harmonieuse entre individus ou entre communautés, voici un principe qui doit être un préalable au sein d'une société, et qui plus est, au centre de la ville dans laquelle nous résidons. Lire la suite
  • Voix et guitare : Garance de passage au Cercle +

    On nous annonce un concert exceptionnel. Sans aucun doute. Avoir cette chance d’attraper une date de la tournée de Garance dans le cadre de Chant ‘appart - une organisation qui permet à de petits lieux, voire des particuliers d’accueillir chez eux des artistes - est une de ces opportunités devant lesquelles il Lire la suite
  • 1