Vœux de Gazay au personnel


gazay voeux corps constitues

Depuis le 8 janvier, le maire d'Aubagne fait le tour des services de la ville pour présenter ses vœux aux agents communaux. L'écart entre les paroles et les actes est immense.

Depuis janvier 2016 où il était venu dire avec des accents un peu angoissants "je sais ce que vous faites, je sais ce que vous dites", le ton a radicalement changé. Aujourd'hui, le message c'est "Tout ce qui se fait de bien dans cette ville, c'est grâce à vous" avec deux compléments "sans vous les élus que nous sommes ne seraient rien" et "depuis 2014, c'est bien, mais aujourd'hui c'est formidable".

Le coup de chapeau au service public communal à la cérémonie des vœux à la population le 19 janvier est venu confirmer ce nouveau discours.

Après la mise en pièce de la restauration publique municipale, la réduction des interventions du CCAS, les licenciements du personnel public en CDD, la mise au placard pour non soumission idéologique de cadres municipaux (entraînant un double poste et donc une double dépense pour les finances de la ville), les brimades permanentes du personnel des écoles, le non remplacement des départs en retraites, etc, ... Gazay changerait-il son fusil d'épaule ? Reconnaîtrait-il l'efficacité, le professionnalisme, le dévouement au service du public et le sens du travail bien accompli, quelles que soient les orientations politiques de la majorité municipale, de toutes et tous les agents communaux ?

Coup de chapeau pour un coup de massue au service public ?

Malheureusement, il semble que seul le discours ait changé. La probabilité de plus en plus grande d'avoir des élections municipales dès 2020 n'est sans doute pas étrangère à ces nouveaux mots employés maintenant par tous les élu.e.s de la majorité.

Même par Léo Mournaud qui pourtant, fin décembre, faisait savoir publiquement que retrouver le personnel communal pour la soirée de Noël était une véritable corvée.

Même pour le maire qui en décembre licenciait deux agents dont un jeune en emploi d'avenir "par soucis d'économie". 

Et encore en janvier en se séparant d'une personne qui animait le secteur numérique depuis près de 5 ans, en y rajoutant une belle dose de mépris.

Actuellement, le principal syndicat des cadres, ingénieurs et techniciens de la ville distribue un tract où on peut lire, au sujet des commissions paritaires, "l'irrespect et l'hostilité sont de mise... l'arbitraire y règne dans le cynisme le plus complet".

On y parle d'inhumanité (non nomination d'un agent en poste depuis 35 ans victime d'un accident de travail sous prétexte qu'il n'a pas pu être évalué toute l'année), d'illégalité (rapports modifiés après la signature de l'intéressé), d'injustice (un agent avec avis favorable prioritaire n'est pas proposé alors que d'autres sont nommés sans avis prioritaires).

Inhumanité, illégalité, injustice

Les méthodes sont dénoncées : coupure des micros, menace, vote au pas de charge sans connaître l'objet du vote, climat délétère...

On souligne que derrière le discours de façade "compréhension, bienveillance, sérénité retrouvée, dialogue social...", on retrouve "une gestion des ressources humaines coercitive... pyramidale... sans aucune considération...".

La réalité des faits nie la musique des mots : pressions sur les agents, brimades, baisse des dotations en équipement, absence d'entretien des machines, des véhicules, du bâti, restrictions des fournitures (hygiène, nettoiement, papeterie, informatique obsolète...) continuent d'être la réalité quotidienne des services.

On peut rajouter que dans toute l'histoire d'Aubagne, il n'y a jamais eu autant de membre du personnel qui font appel au Tribunal Administratif.

Après avoir utilisé toutes les procédures amiables, le syndicat FSU, ce mois-ci, s'est vu contraint de faire appel à la justice administrative pour faire valoir ses droits. Alors que les textes l'y obligent, le maire refuse de leur attribuer des locaux réclamés depuis plus de trois ans.

Bref, sa campagne de communication ne cache pas le positionnement idéologique et dogmatique de Gazay vis à vis des fonctionnaires quels qu'ils soient. C'est vrai pour l'hôpital comme pour les services territoriaux, pour la Poste comme pour la distribution de l'électricité.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Les services financiers de la ville en attestent : Mèfi a raison ! +

    Le 28 juin aura lieu la prochaine réunion du conseil municipal d'Aubagne qui doit adopter son "budget supplémentaire". C'est l'occasion de lire les documents officiels sur l'état financier de la municipalité. Lire la suite
  • Étude pagnolesque +

    La Provence du 14 juin, nous propose un article ayant pour titre Retour sur 50 ans d'histoire de la zone des Paluds.  Petit coup de pub pour le livre (qui paraitra en fin d'année) de Gilbert Orsi, président honoraire de la Zone des Paluds à Aubagne. Et il la connait Lire la suite
  • Panne d'internet à la Perussonne : la faute à Gazay ? +

    Mèfi! fait encore du GazayBashing penseront certains. Auxquels nous répondrons : la panne d'internet à La Perussonne, très localisée somme toute, n'est pas la faute du maire d'Aubagne... quoique... Lire la suite
  • Ecole de céramique : le conseil régional confirme +

      Après notre article sur l'école de céramique implantée à Aubagne depuis 1989, le conseil régional s'est fendu d'un communiqué qui confirme les nuages noirs qui s'accumulent sur la structure. Lire la suite
  • La Marseillaise a les boules +

    Cette année, le Mondial La Marseillaise à Pétanque aura lieu du 1er au 5 juillet. Après les épreuves difficiles que vient de traverser ce quotidien et la décision du Tribunal de Commerce d'approuver le plan de poursuite de l'activité, plus que jamais c'est une nouvelle occasion pour toutes et tous Lire la suite
  • Une métropole plus proches des habitants +

    Le maire de Martigues, vendredi 8 juin, aux Arcenaulx à Marseille a présenté 10 propositions d'urgence pour sortir la métropole de Marseille de la crise. Lire la suite
  • Trois visages +

    Jafar Panahi en est le symbole, le combat pour la liberté en Iran passe aussi par la caméra à l’épaule. Après Taxi Téhéran, Jafar Panahi, toujours assigné en résidence dans son pays, nous entraine avec Trois Visages dans un excellent road movie parcourant les archaïques régions turcophones de son pays. Lire la suite
  • 1