Vœux de Gazay au personnel


gazay voeux corps constitues

Depuis le 8 janvier, le maire d'Aubagne fait le tour des services de la ville pour présenter ses vœux aux agents communaux. L'écart entre les paroles et les actes est immense.

Depuis janvier 2016 où il était venu dire avec des accents un peu angoissants "je sais ce que vous faites, je sais ce que vous dites", le ton a radicalement changé. Aujourd'hui, le message c'est "Tout ce qui se fait de bien dans cette ville, c'est grâce à vous" avec deux compléments "sans vous les élus que nous sommes ne seraient rien" et "depuis 2014, c'est bien, mais aujourd'hui c'est formidable".

Le coup de chapeau au service public communal à la cérémonie des vœux à la population le 19 janvier est venu confirmer ce nouveau discours.

Après la mise en pièce de la restauration publique municipale, la réduction des interventions du CCAS, les licenciements du personnel public en CDD, la mise au placard pour non soumission idéologique de cadres municipaux (entraînant un double poste et donc une double dépense pour les finances de la ville), les brimades permanentes du personnel des écoles, le non remplacement des départs en retraites, etc, ... Gazay changerait-il son fusil d'épaule ? Reconnaîtrait-il l'efficacité, le professionnalisme, le dévouement au service du public et le sens du travail bien accompli, quelles que soient les orientations politiques de la majorité municipale, de toutes et tous les agents communaux ?

Coup de chapeau pour un coup de massue au service public ?

Malheureusement, il semble que seul le discours ait changé. La probabilité de plus en plus grande d'avoir des élections municipales dès 2020 n'est sans doute pas étrangère à ces nouveaux mots employés maintenant par tous les élu.e.s de la majorité.

Même par Léo Mournaud qui pourtant, fin décembre, faisait savoir publiquement que retrouver le personnel communal pour la soirée de Noël était une véritable corvée.

Même pour le maire qui en décembre licenciait deux agents dont un jeune en emploi d'avenir "par soucis d'économie". 

Et encore en janvier en se séparant d'une personne qui animait le secteur numérique depuis près de 5 ans, en y rajoutant une belle dose de mépris.

Actuellement, le principal syndicat des cadres, ingénieurs et techniciens de la ville distribue un tract où on peut lire, au sujet des commissions paritaires, "l'irrespect et l'hostilité sont de mise... l'arbitraire y règne dans le cynisme le plus complet".

On y parle d'inhumanité (non nomination d'un agent en poste depuis 35 ans victime d'un accident de travail sous prétexte qu'il n'a pas pu être évalué toute l'année), d'illégalité (rapports modifiés après la signature de l'intéressé), d'injustice (un agent avec avis favorable prioritaire n'est pas proposé alors que d'autres sont nommés sans avis prioritaires).

Inhumanité, illégalité, injustice

Les méthodes sont dénoncées : coupure des micros, menace, vote au pas de charge sans connaître l'objet du vote, climat délétère...

On souligne que derrière le discours de façade "compréhension, bienveillance, sérénité retrouvée, dialogue social...", on retrouve "une gestion des ressources humaines coercitive... pyramidale... sans aucune considération...".

La réalité des faits nie la musique des mots : pressions sur les agents, brimades, baisse des dotations en équipement, absence d'entretien des machines, des véhicules, du bâti, restrictions des fournitures (hygiène, nettoiement, papeterie, informatique obsolète...) continuent d'être la réalité quotidienne des services.

On peut rajouter que dans toute l'histoire d'Aubagne, il n'y a jamais eu autant de membre du personnel qui font appel au Tribunal Administratif.

Après avoir utilisé toutes les procédures amiables, le syndicat FSU, ce mois-ci, s'est vu contraint de faire appel à la justice administrative pour faire valoir ses droits. Alors que les textes l'y obligent, le maire refuse de leur attribuer des locaux réclamés depuis plus de trois ans.

Bref, sa campagne de communication ne cache pas le positionnement idéologique et dogmatique de Gazay vis à vis des fonctionnaires quels qu'ils soient. C'est vrai pour l'hôpital comme pour les services territoriaux, pour la Poste comme pour la distribution de l'électricité.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • La culture se porte bien… pourvu qu’on s’en occupe +

    Une trentaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 avril dans un atelier thématique d’Aubagne la commune pour aborder la question de la culture dans l’activité municipale aujourd’hui. Faire un constat et tracer des perspectives pour retrouver du sens à ce qui s’est considérablement dégradé en cinq ans, faisaient l’objet Lire la suite
  • Les écoles Pin Vert et Hugo se mobilisent contre la faim +

    La 22e édition de la Course contre la faim aura lieu ce vendredi 17 mai. En 2018, ce sont plus de 260 000 élèves de 1 200 etablissements qui ont participé à ce projet dans plus d’une cinquantaine de villes françaises et à l’étranger. À Aubagne, les écoles du Pin Lire la suite
  • Magali Giovannangeli, candidate d'un projet collectif +

    A 23 ans, elle était la benjamine du conseil municipal d’Aubagne, lorsque Jean Tardito a succédé à Edmond Garcin. Quelques trente ans plus tard, Magali Giovannangeli sera sans doute la plus jeune candidate à conduire une liste de rassemblement contre le tandem Gazay-Barthélemy lors des élections municipales du printemps prochain. Lire la suite
  • Mais où est Denis Grandjean ? +

    Ce soir, 15 mai, le jour des 10 ans de la gratuité des transports à Aubagne, on inaugure le local de campagne de "Aubagne La Commune". 10 rue Laget entre l’épicerie gastronomique et le Baobab café. Pile en face du barber shop qui vient du désert. Le lieu est tout Lire la suite
  • Des questions après le saccage de l'école maternelle du Charrel +

    Après les dégradations dans plusieurs salles de classes de l'école maternelle du Charrel, pendant le week-end des 11 et 12 mai, de nombreuses questions (qui ? pourquoi ? comment ?...) restent posées et attendent des réponses de l'enquête en cours. Mais un article très documenté de La Provence du mardi 14 mai nous Lire la suite
  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • L'AFC sur le podium ? ... et l'OM lamentable +

    En Ligue 1, Montpellier freine Saint-Etienne (0 à 1) et se retrouve en course pour l'Europe. Le QSG bat Angers (1 à 2) et Lille est victorieux de Bordeaux (1 à 0). L'équipe de l'OM, sans jeu, sans envie, sans rien, on espère un jour sans entraîneur, a été une Lire la suite
  • 1