Bilan à mi-mandat : la contre-offensive des élus d'opposition

C’est ce vendredi 10 novembre au local des élus d’opposition que N'djima Aït-Abbas, Daniel Fontaine, Magali Giovannangeli, Denis Grandjean et Hélène Lunetta avaient convié la presse pour évoquer leur vision du bilan de Gérard Gazay à mi-mandat. Une invitation des membres du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologique » destinée à répondre au dernier coup de communication du Maire d’Aubagne.

La question de la dette ne cesse d’agiter aujourd’hui encore l’actuelle équipe municipale, celle-ci fait régulièrement dans l’autosatisfaction quant à sa bonne gestion des deniers publics. Mais c’est sans  hésitation qu’elle a lancé son document « Engagement pris, engagements tenus » pour rendre compte de son bilan à mi-mandat. Le coût de cette publication avoisine les 25 000 €, presque rien à côté de ce qui a été laissé à l’abandon et que les élus d’opposition dénoncent comme une politique de l’abandon et une communication de façade.

Alors qu’Hélène Lunetta décrit la démarche comme un « bla bla » pour dissimuler un bilan malhonnête, le document tente surtout de faire oublier l’ensemble de l’œuvre du sieur Gazay qui peut se prévaloir d’avoir mis à mal l’intégralité des services publics sur la commune : la disparition de la MJC, la suppression de la fête de la Paix, le déménagement forcé des associations caritatives, sans oublier la fermeture de la restauration municipale. Autant de décisions politiques hors programme électoral qui ne reposent que sur des choix idéologiques. Ceux-ci sont tournés vers une privatisation servant essentiellement le monde de la finance bien plus que les Aubagnais-es. L’absence de soutien au service de réanimation de l’hôpital d’Aubagne n’en est qu’une illustration supplémentaire. Un constat qui ne nous laisse pas rêveur mais perplexe sur ce que doit être le rôle d’un maire et sur sa conception de la notion d’intérêt général !

En cela, le document bilan à mi-mandat est une parfaite illustration de la vision de l’équipe dirigeante comme l’a soulogné Denis Grandjean : le budget engagé pour cette communication équivaut à 400 nouveaux bureaux dans les écoles, ou encore 10 ans de gratuité pour Festimôme. Ce "gaspi" est bien plus important lorsque l’on regarde avec précision l’état des finances publiques, loin d’être « assainies » comme le prétend Gérard Gazay. Il en est de même pour la politique de transports qui souffre d’orientations floues bien plus coûteuses que celles dénoncées avant 2014.

La déception chez les citoyen-ne-s ayant voté pour la coalition de droite aux dernières élections municipales est grande, et ne cesse de croître au fil des réunions de quartiers. Beaucoup attendaient le changement et n’ont obtenu que mépris et désengagement. La ville d’Aubagne ne pèse plus dans le débat métropolitain et ne défend plus les intérêts de sa population. Selon Daniel Fontaine, la devise encore affichée en mairie « j’aime ma commune, je la défends » est une usurpation totale, en même temps que s’affaiblit la démocratie locale.

A mi-parcours, c’est finalement la politique mensongère de la municipalité qui constitue le véritable bilan trois ans après l’élection de Gérard Gazay. Mais fallait-il s'attendre à autre chose après la campagne électorale mensongère que nous avons connue ? Si la Ville d’Aubagne a perdu son âme comme l’a souligné Magali Giovannangeli, l’élue a aussi fait part des nombreuses actions et initiatives qui fleurissent sur le territoire. Le climat politique automnal prépare une contre-offensive grandissante et qui doit se fédérer.

José Da Silva

Articles récents

  • Aubagne : encore des commerces qui ferment +

    Le 18 juin prochain, l'épicerie fine, Gastronomaniak, installée au centre-ville d'Aubagne, au début de la rue Laget fermera ses portes. Lire la suite
  • Casier judiciaire : les candidats doivent s'engager ! +

    La confiance dans les élu-e-s est de plus en plus mise à mal. Depuis plus d'une décennie, les "affaires" qui ont défrayées la chronique des faits divers et qui impliquaient un élu-e n'ont pas cessé d'augmenter. Même si cela n'en concerne qu'une minorité, cela suffit à jeter le doute et Lire la suite
  • Mélin attaque Gazay +

    La député européenne RN Joëlle Mélin publie un communiqué où elle attaque la "gestion Gazay" sans ménagement. Lire la suite
  • Confirmation : Schipani est de retour +

    De temps en temps il arrive à Gérard Gazay de s'oublier et puis soudain de se dévoiler. Sa page Facebook, était ainsi particulièrement silencieuse depuis le début de la distribution des masques de la "famille Pretot". Soudain ce matin une vidéo publiée nous apporte son lot d'informations. Lire la suite
  • Gazay n'avance plus masqué : il ose tout... et Christine Pretot se réjouit +

    Gérard Gazay a sans doute cru, après le désastreux « masque-chaussette », que la commande des 50.000 masques réutilisables allait se dérouler sans vagues et redorer son blason. C’était sans compter sur la méfiance qui entoure ses actes. Il a tellement menti depuis 6 ans que tout ce qu’il fait, ou touche, Lire la suite
  • Insuffisances du maire d'Aubagne : les élus de gauche communiquent +

    Suite aux demandes avortées d'un véritable travail commun de tous les élus municipaux face à la crise sanitaire, les groupes de gauche au conseil municipal nous ont fait parvenir le communiqué ci-dessous. De leurs côtés, Sylvia Barthélémy pour le groupe UDI et Joëlle Mélin pour le RN ont fait parvenir Lire la suite
  • Aubagne : enfin, les "vrais" masquent arrivent +

    Huit jours après le déconfinement, la ville d'Aubagne va, enfin, du mardi 19 mai au samedi 23, distribuer un masque aux normes pour chaque Aubagnaise et chaque Aubagnais. Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités de retrait. Lire la suite
  • 1