Bilan à mi-mandat : la contre-offensive des élus d'opposition


C’est ce vendredi 10 novembre au local des élus d’opposition que N'djima Aït-Abbas, Daniel Fontaine, Magali Giovannangeli, Denis Grandjean et Hélène Lunetta avaient convié la presse pour évoquer leur vision du bilan de Gérard Gazay à mi-mandat. Une invitation des membres du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologique » destinée à répondre au dernier coup de communication du Maire d’Aubagne.

La question de la dette ne cesse d’agiter aujourd’hui encore l’actuelle équipe municipale, celle-ci fait régulièrement dans l’autosatisfaction quant à sa bonne gestion des deniers publics. Mais c’est sans  hésitation qu’elle a lancé son document « Engagement pris, engagements tenus » pour rendre compte de son bilan à mi-mandat. Le coût de cette publication avoisine les 25 000 €, presque rien à côté de ce qui a été laissé à l’abandon et que les élus d’opposition dénoncent comme une politique de l’abandon et une communication de façade.

Alors qu’Hélène Lunetta décrit la démarche comme un « bla bla » pour dissimuler un bilan malhonnête, le document tente surtout de faire oublier l’ensemble de l’œuvre du sieur Gazay qui peut se prévaloir d’avoir mis à mal l’intégralité des services publics sur la commune : la disparition de la MJC, la suppression de la fête de la Paix, le déménagement forcé des associations caritatives, sans oublier la fermeture de la restauration municipale. Autant de décisions politiques hors programme électoral qui ne reposent que sur des choix idéologiques. Ceux-ci sont tournés vers une privatisation servant essentiellement le monde de la finance bien plus que les Aubagnais-es. L’absence de soutien au service de réanimation de l’hôpital d’Aubagne n’en est qu’une illustration supplémentaire. Un constat qui ne nous laisse pas rêveur mais perplexe sur ce que doit être le rôle d’un maire et sur sa conception de la notion d’intérêt général !

En cela, le document bilan à mi-mandat est une parfaite illustration de la vision de l’équipe dirigeante comme l’a soulogné Denis Grandjean : le budget engagé pour cette communication équivaut à 400 nouveaux bureaux dans les écoles, ou encore 10 ans de gratuité pour Festimôme. Ce "gaspi" est bien plus important lorsque l’on regarde avec précision l’état des finances publiques, loin d’être « assainies » comme le prétend Gérard Gazay. Il en est de même pour la politique de transports qui souffre d’orientations floues bien plus coûteuses que celles dénoncées avant 2014.

La déception chez les citoyen-ne-s ayant voté pour la coalition de droite aux dernières élections municipales est grande, et ne cesse de croître au fil des réunions de quartiers. Beaucoup attendaient le changement et n’ont obtenu que mépris et désengagement. La ville d’Aubagne ne pèse plus dans le débat métropolitain et ne défend plus les intérêts de sa population. Selon Daniel Fontaine, la devise encore affichée en mairie « j’aime ma commune, je la défends » est une usurpation totale, en même temps que s’affaiblit la démocratie locale.

A mi-parcours, c’est finalement la politique mensongère de la municipalité qui constitue le véritable bilan trois ans après l’élection de Gérard Gazay. Mais fallait-il s'attendre à autre chose après la campagne électorale mensongère que nous avons connue ? Si la Ville d’Aubagne a perdu son âme comme l’a souligné Magali Giovannangeli, l’élue a aussi fait part des nombreuses actions et initiatives qui fleurissent sur le territoire. Le climat politique automnal prépare une contre-offensive grandissante et qui doit se fédérer.

José Da Silva

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Les Veuves +

    Elles sont quatre et viennent de perdre leurs maris dans un braquage. Elles deviennent à leur tour « braqueuses » et prennent leurs avenirs en main. Dans l’Amérique d’aujourd’hui, Steve Mac Queen nous entraine dans une folle équipée. La corruption des Politiques y est dénoncée, la Femme, face à son destin, magnifiée Lire la suite
  • La Librairie du Lycée fermée définitivement +

    Ce matin, 7 décembre, la patronne de l'établissement l'a confirmé à un rédacteur de Mèfi : "La Librairie du Lycée est fermée définitivement". Lire la suite
  • Gazay habillé pour plusieurs hivers +

    Les élections professionnelles de la fonction publique ont eu lieu ce jeudi 6 décembre dans toute la France, et en mairie d'Aubagne. Les résultats, ici, sont sans équivoque, c'est un triomphe pour la CGT. Nous y rajoutons que c'est, aussi, un véritable camouflet pour Gazay qui en créant un syndicat Lire la suite
  • Santons : la mise à mort ? +

    Les 1er et 2 décembre a eu lieu la traditionnelle biennale de l'Art Santonnier à Aubagne. Hélas, la foule n'était pas au rendez-vous. Les photos qui illustrent cet article ont été prises à 11h15 le dimanche, un des moments qui fait habituellement partie des pics de fréquentation de cette manifestation. Lire la suite
  • L'OM n'y arrive plus +

    En Ligue 1, Saint-Etienne cartonne contre Nantes (3 à 0), Lyon arrache le nul à Lille (2 à 2) et Montpellier enfonce Monaco (1 à 2). L'OM sans aucune imagination offensive et toujours sans avant-centre doit se contenter du match nul face à Reims (0 à 0). Montpellier se retrouve Lire la suite
  • "Aubagne la commune"... je partage +

    Début avril, une trentaine de citoyen.ne.s Aubagnai.se.s lançaient un appel pour imaginer un futur à Aubagne sans Gazay. Une première réunion de plus de cent personnes se tenait le 7 avril au Cercle de l'Harmonie. Depuis plus de 500 Aubagnai.se.s ont signé l'appel, de nombreuses autres réunions publiques ont eu Lire la suite
  • Charrel : Aubagne la commune... au contact. +

    Les militants d'Aubagne la commune ont décidé d'aller à la rencontre des habitants des quartiers d'Aubagne. Ils organisaient jeudi 29 novembre à 17h un goûter au Charrel. Lire la suite
  • 1