Bilan à mi-mandat : la contre-offensive des élus d'opposition


C’est ce vendredi 10 novembre au local des élus d’opposition que N'djima Aït-Abbas, Daniel Fontaine, Magali Giovannangeli, Denis Grandjean et Hélène Lunetta avaient convié la presse pour évoquer leur vision du bilan de Gérard Gazay à mi-mandat. Une invitation des membres du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologique » destinée à répondre au dernier coup de communication du Maire d’Aubagne.

La question de la dette ne cesse d’agiter aujourd’hui encore l’actuelle équipe municipale, celle-ci fait régulièrement dans l’autosatisfaction quant à sa bonne gestion des deniers publics. Mais c’est sans  hésitation qu’elle a lancé son document « Engagement pris, engagements tenus » pour rendre compte de son bilan à mi-mandat. Le coût de cette publication avoisine les 25 000 €, presque rien à côté de ce qui a été laissé à l’abandon et que les élus d’opposition dénoncent comme une politique de l’abandon et une communication de façade.

Alors qu’Hélène Lunetta décrit la démarche comme un « bla bla » pour dissimuler un bilan malhonnête, le document tente surtout de faire oublier l’ensemble de l’œuvre du sieur Gazay qui peut se prévaloir d’avoir mis à mal l’intégralité des services publics sur la commune : la disparition de la MJC, la suppression de la fête de la Paix, le déménagement forcé des associations caritatives, sans oublier la fermeture de la restauration municipale. Autant de décisions politiques hors programme électoral qui ne reposent que sur des choix idéologiques. Ceux-ci sont tournés vers une privatisation servant essentiellement le monde de la finance bien plus que les Aubagnais-es. L’absence de soutien au service de réanimation de l’hôpital d’Aubagne n’en est qu’une illustration supplémentaire. Un constat qui ne nous laisse pas rêveur mais perplexe sur ce que doit être le rôle d’un maire et sur sa conception de la notion d’intérêt général !

En cela, le document bilan à mi-mandat est une parfaite illustration de la vision de l’équipe dirigeante comme l’a soulogné Denis Grandjean : le budget engagé pour cette communication équivaut à 400 nouveaux bureaux dans les écoles, ou encore 10 ans de gratuité pour Festimôme. Ce "gaspi" est bien plus important lorsque l’on regarde avec précision l’état des finances publiques, loin d’être « assainies » comme le prétend Gérard Gazay. Il en est de même pour la politique de transports qui souffre d’orientations floues bien plus coûteuses que celles dénoncées avant 2014.

La déception chez les citoyen-ne-s ayant voté pour la coalition de droite aux dernières élections municipales est grande, et ne cesse de croître au fil des réunions de quartiers. Beaucoup attendaient le changement et n’ont obtenu que mépris et désengagement. La ville d’Aubagne ne pèse plus dans le débat métropolitain et ne défend plus les intérêts de sa population. Selon Daniel Fontaine, la devise encore affichée en mairie « j’aime ma commune, je la défends » est une usurpation totale, en même temps que s’affaiblit la démocratie locale.

A mi-parcours, c’est finalement la politique mensongère de la municipalité qui constitue le véritable bilan trois ans après l’élection de Gérard Gazay. Mais fallait-il s'attendre à autre chose après la campagne électorale mensongère que nous avons connue ? Si la Ville d’Aubagne a perdu son âme comme l’a souligné Magali Giovannangeli, l’élue a aussi fait part des nombreuses actions et initiatives qui fleurissent sur le territoire. Le climat politique automnal prépare une contre-offensive grandissante et qui doit se fédérer.

José Da Silva

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • Une intime conviction +

    Loin des traditionnelles plaidoiries à l’américaine, "Une intime conviction", un vrai procès made in France, ou comment on veut condamner avec une enquête à charge, des témoignages sans valeurs ; comment on peut bafouer la présomption d’innocence et comment, aussi, on peut se battre pour innocenter sans pour cela être accusateur Lire la suite
  • 1