Engagements non tenus : pour l'économie aussi

bilan gazay 05

Depuis dimanche, chaque jour, nous passons au crible du détecteur de mensonges le dossier intitulé par la ville "Engagements pris, engagements tenus" que nous avons reçu dans nos boîtes aux lettres et qui aurait dû s'appeler "Engagements : pas pris donc pas tenus". Aujourd'hui : l'économie.

C'est une des parties les plus courtes : 4 pages sur les 68 de la brochure, dont deux de photos. Il n'y avait sans doute pas grand chose à dire et beaucoup à cacher.

On commence par nous faire une très longue liste des initiatives (Soirées, Nocturnes, Trophées, Rencontres, Forums...) où on se congratule entre "gens biens", les patrons et les élus (en général, seulement les élus d'un certain rang : maire, député, éventuellement adjoint au maire - très rarement adjointe). On s'auto-félicite, on se décerne des prix (aujourd'hui pour toi, demain pour moi) ou des diplômes, on parle de façon docte de toutes les banalités économiques. Mais surtout, cela se conclut, le plus souvent, par un cocktail-dînatoire comme par exemple le dernier dans un restaurant/cave à vins de la zone qui a évité à Gazay une rencontre avec les enseignants.

On apprend donc que, dans ce domaine, Aubagne est devenue une référence.

Ensuite on nous indique que "Notre commune occupe une position stratégique à l'Est de la Métropole avec un bassin d'emploi parmi les plus dynamiques de notre département". Comme si on avait attendu Gazay et 2014 pour s'en apercevoir. Rappelons qu'Aubagne a été la 1ère commune de France, il y a plus de 30 ans, à se doter d'un service économique dédié justement pour développer sa zone commerciale et industrielle. 

On découvre le potentiel de création d'entreprises, "près de 200 en 2015 et 230 en 2016" nous dit-on, soit à peine le chiffre moyen de la décennie. On aurait pu prendre d'autres exemples : plus de 250 en 2007 ou plus de 300 en 2009.

On nous apprend que le tourisme "est un atout à valoriser". A voir le désert de nos rues et de nos places en été et durant les week-ends depuis trois ans, la mise en pièce du service tourisme, sans ambition ni projet et qui n'assure plus qu'une mission d'information, cela risque de rester à l'état de formule sans réalité.

On nous parle du marché (seulement celui du mardi) et on nous tait qu'il y a moins d'étals accueillis.

On retrouve, bien sûr, la grande manipulation sur la "nouvelle dynamique commerciale en centre ville" où on nous indique que 20 "nouvelles créations" ont eu lieu de 2015 à 2017, sans nous préciser que la moitié sont de simples relocalisations (il y a tellement de commerces qui ferment qu'on a le choix de l'emplacement) et que pour 10 ouvertures, il y a 15 fermetures.

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

Emblématiques : Bézert, Passion Beauté, Mandine, Kickers... sont fermés depuis des mois.

Et enfin, toujours la même manipulation, on "oublie" de nous rappeler les engagements du candidat Gazay :

- moratoire fiscal pour les entreprises, les commerces, les artisans : faux. La Taxe Locale sur la Publicité Extérieure a augmenté entre 2 et 3%, le Versement Transport de 11%, etc...

- requalification de tous les cours actuels et une galerie à ciel ouvert en centre ville : pour quel siècle ?

- une halle couverte pour le marché : "Léo, pourquoi tu tousses ?"

- arrivée d'entreprises innovantes autour de la santé et des nouvelles technologies de l'information : va falloir attendre !

- extension de la zone des Paluds de 17 ha : projet abandonné !

- mise en place d'un conseil local de l'emploi : avec un petit effort, on devrait y arriver, cela ne coûte rien !

Formules passe-partout, présentation de dispositifs existant depuis des décennies, manipulations, cette rubrique est digne de toutes les autres.

Antoine Monticellu

 

Articles récents

  • Soirée Papa Noël de Gazay : morceaux choisis +

    Mèfi a rendu compte de la soirée du 20 février où le maire nous a (re)sorti de sa hotte de Père Noël toutes les promesses de 2014 dont aucune n'a été tenue. Revenons sur quelques moments, pour en rire ... ou en pleurer. Lire la suite
  • Les crèches Sodexo +

    Dans son catalogue 2020 des promesses électorales, Gazay nous informe qu'il va créer 3 nouvelles crèches, une halte garderie... Après 6 ans de diète, la ville va-t-elle se préoccuper de la petite enfance ? Non bien sûr, il ne s'agit pas de cela. Lire la suite
  • LREM dévoile sa liste "Pour Aubagne" +

    Sylvia Barthélémy qui a obtenu l'investiture des instances nationales de La République En Marche (mais La Retraite En Moins) a fait connaître ses colistiers ce vendredi 21 février au restaurant l'Argilla. Pas de surprise les représentants de LREM et des partis de droite, hors "Les Républicains", se taillent la part Lire la suite
  • Le Garage Burger +

    Le restaurant "Le Garage Burger" est un établissement de restauration rapide que vous devez absolument connaître. Situé à la sortie d'Aubagne, sur la droite en allant vers Napollon au 610 sur la D96, si vous êtes d'Aubagne ou des alentours, il faut vous offrir un déjeuner dans cet endroit au Lire la suite
  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage confirmerait, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • 1