Politique : ils veulent faire "autrement"

image

Créée au printemps, l’association Aubagne Autrement veut faire entendre dans le débat public la voix d’une gauche alternative et indépendante
 
La défaite de la gauche aux élections municipales à Aubagne n’a pas seulement installé une majorité UMP-UDI, elle a aussi provoqué une réaction en chaîne avec la création de plusieurs associations qui entendent peser dans le débat politique. Parmi elles, le collectif « Autrement Aubagne » est né au printemps de la volonté de rassembler les Aubagnais déçus par la gauche de pouvoir et qui souhaitent faire entendre une voix citoyenne radicalement différente.
Afin qu’il n’y ait aucune méprise sur ses intentions, ce collectif a inscrit dans ses statuts et sur sa feuille de route un profil qui le place sans équivoque à gauche sur le terrain de l’opposition aux politiques d’austérité et de repli sur soi ainsi que sur le champ de la défense des droits sociaux fondamentaux. On trouve rassemblés autour du président Frédéric Serves, militant anticapitaliste, des citoyens – beaucoup de jeunes couples – qui ont soutenu la liste arc-en-ciel conduite par Daniel Fontaine (PCF) aux élections municipales mais qui ne veulent pas être les porteurs d’eau d’une opposition qu’ils jugent pâlichonne.
Si parmi les 9 membres qui constituent aujourd’hui le groupe de l’opposition « arc-en-ciel » certains élus conservent leur sympathie auprès des membres du collectif, il en est tout autrement des socialistes et centristes qu’ils tiennent en partie pour responsables de la débâche de la gauche au élections municipales et européennes. Et ça n’est pas un hasard si on retrouve parmi les membres fondateurs de ce collectif deux élues de l’ancienne majorité, Barbara La Barbera (société civile) et Halima Megherbi-Gil (apparentée PC). L’une et l’autre n’on été formées à aucune école politique et revendiquent une liberté d’action. En juin 2013, elles faisaient parties des rares élu(e)s à avoir appelé et participé à un rassemblement contre la venue de Jean-Marie Le Pen à Aubagne sans avoir attendu un quelconque feu vert des organisations politiques.
 

Aubagne Autrement veut jouer un rôle de veille civique


Critique aussi sur la démarche de « démocratie participative » portée par l’ancienne majorité arc-en-ciel et jugée à bout de souffle, Autrement Aubagne souhaite que les citoyens se réapproprient l’espace politique. « Cessons de nos recroqueviller sur nous-mêmes et sur notre quotidien aussi difficile soit-il. Ensemble nous trouverons des issues au-delà de solutions toutes faites qui ne restent, pour la plupart, que promesses », affirme son président. Selon lui la droitisation de la société menace le corps social : « L’avancée des idées de droite dans ce qu’elles ont de plus excluant et de plus haineux ne peut pas être et ne doit pas être une réponse à leur crise ». La lepénisation des idées masquerait selon lui toute une stratégie de destruction du modèle social français afin de mettre le pays sur les rails d’une globalisation des échanges humains, technologiques et économiques au seul profit de la finance internationale. De manière plus pragmatique et pour être plus proche des préoccupations de tous les jours des Aubagnais, Autrement Aubagne assure vouloir jouer un rôle de veille citoyenne à l’échelle de la commune en participant à la naissance d’un contre-pouvoir indispensable au bon fonctionnement de la démocratie.
Quelque soit son intention, cette question ne manquera pas de faire débat au sein de la gauche locale : la création d’un collectif de cette nature - alors même que les « militants d’Aubagne » qui ont battu la campagne sous les couleurs arc-en-ciel s’organisent eux aussi de leur côté - n’augure t-elle pas un risque de division au sein de la gauche aubagnaise ? Seul l’avenir nous renseignera. Mais il est un autre signe plus favorable : cette gauche que l’on aurait pu croire abattue après sa sévère défaite n’est pas sonnée et semble se relever rapidement de son échec. Attention toutefois à ne pas tirer de conclusions hâtives : s’il nous arrive parfois de voir une hirondelle, cela ne signifie pas que le beau temps arrive. Certaines hirondelles, après la migration, viennent en « éclaireurs » ou sont simplement en avance. Une hirondelle ne fait pas le printemps.
 
Lucas Santoni

Articles récents

  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • 1