La ville en cessation de paiement

cessation paiement

La semaine bleue a lieu du 12 au 18 octobre. Comme chaque année depuis plus d'une décennie, cette initiative qui s'adresse aux retraités et aux personnes âgées est portée par le pôle séniors et le CCAS mais avec l'aide de nombreux autres services de la ville.

A la demande de l'élue chargée de liquider ce qui reste de social, une fresque à l'initiative de l'épicerie sociale devait être inaugurée dans la semaine à la Résidence des Personnes Agées. Les agents concernés sont allés, cette semaine, acheter les fournitures nécessaires à Cultura. La ville, en effet, a un compte ouvert dans ce magasin. Une nouvelle fois, le choix des élus est une grande chaine et pas un commerce de centre ville (elle dit quoi Tintinpellen ? Et le président de CAP ?).

Mais la question est ailleurs. Arrivés à la caisse, les agents communaux se sont vu refuser la facture... d'un montant de 150 € ! Sur les fiches des caissières, il était écrit "Compte douteux". Il faut dire que la dette de la ville, depuis plusieurs mois malgré plusieurs relances, est de 2 900 €.

Morte de honte et par crainte de la réaction de l'élue, une responsable de service a même proposé de payer de sa poche. On vous le disait dans un précédent article, le personnel administratif va être obligé de venir avec ses stylos et son papier et les techniques avec leurs balais, leurs tournevis et leurs pelles.

Gazay ne sait pas gérer. Les Aubagnaises et les Aubagnais commencent à s'en apercevoir. Les fournisseurs de la ville, eux, le savent. En deux ans, en augmentant la dette, les tarifs et les impôts, en baissant toutes les subventions, en supprimant tous les travaux, en réduisant tous les services à la population, il a mis, en plus, la ville en cessation de paiement.

Antoine Monticellu

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1