Nuit Debout : révolte ou révolution ?

nuitdebout

Alors que Nuit Debout quitte la place de la Bastille, l'intellectuel Patrick Farbiaz qui est l'un des piliers du mouvement assure que Nuit Debout n'est pas mort. Willyse, qui a connu ses premières heures à Paris, nous livre son vécu des nuits qu'elle a passées debout.

“C'est une révolte ? Non sire, c'est une révolution” répondait le duc de Liancourt à Louis XVI. Il est quasi intégré pour tout un chacun que révolte et révolution ne sonnent pas pareil.

L'une est politique, l'autre serait émeute, l'une renverse, l'autre doit être contenue. Déjà la différence de définition faisait sens à l'heure de notre fameuse Révolution, à l'ombre de notre Déclaration des Droits de l'Homme. Déjà la différence de terme était donnée par ceux qui faisaient la politique, par ceux qui détenaient le pouvoir. Et maintenant, où en est-on ?

Alors, le mot qui fait peur, on le lâche... Nuit Debout. Nuit Debout c'est quoi ?

Personne individuellement ne pourrait avoir la prétention de définir Nuit Debout. Nuit Debout, c'est d'abord un mouvement collectif. Nuit Debout c'est tout d'abord un ensemble de commissions spécialisées qui se réunissent et communiquent sur des problèmes actuels afin d'échanger, de proposer des alternatives ou des solutions. Ce sont des humains qui se rassemblent dans l'espoir d'un nouvel ordre mondial, d'une possibilité de construire ensemble. Nuit Debout, c'est un lieu où tout le monde peut se nourrir, où tout le monde peut parler à tout le monde, c'est un lieu de rencontre, un lieu de vie en soi. 

Nuit Debout, ou pas, des mouvements se créent, s'organisent, un peuple peu à peu se soulève.

Hannah Arendt écrivait : “Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible”. Alors peut être ne sommes nous pas normaux. Nous ne sommes pas issus des mêmes origines sociales, nous n'avons pas les mêmes normes, mais nous avons des valeurs, des principes en commun. Ce qui importerait, ce n'est peut-être pas de définir Nuit Debout de telle ou telle façon, mais plus simplement d'en restituer son caractère particulier, son réel désir de changement. Arrêter de se fier aux médias, chiens de garde disciplinés de nos gouvernants. Nuit Debout, ce n'est pas ce qu'on en dit, mais ce qu'on en fait. Des jardins écolos, des avocats qui se mobilisent pour les plus démunis, la défense des réfugiés ou des plus précaires, tout passe par l'action, son action propre, selon sa perception. Une révolte s'étouffe, une révolution s'étend. Il ne tient qu'à chacun de transformer révolte en révolution, à son niveau, à son échelle...
 
Alors pour résumer, la rapeuse marseillaise Keny Arkana, défenseuse du mouvement des Indignados proche de Nuit Debout, nous dit :  “il ne faut pas confondre l'espoir dans lequel gagne le moins mauvais et l'espoir dans lequel gagne un projet de transformation de notre réalité”.

Qualifiez-nous d'utopistes, de fous ou de marginaux, mais ne vaut-il pas mieux allumer une lumière plutôt que de maudire les ténèbres chacun dans son coin...

Willyse

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1