La métropole Aix-Marseille prend le pouvoir

monstrople

Pendant des mois et des années, l'ancienne majorité de l'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile a mobilisé toutes les forces vives du territoire contre la métropole, élus toutes tendances confondues, associations, organisations syndicales et politiques et surtout citoyennes et citoyens.

Manifestations, rassemblements, jusqu'à aller en TGV spécial à Paris, pétitions, alertes dans la presse locale et nationale, meetings, conférences, débats, jusqu'à l'organisation d'un référendum sur l'ensemble des communes de l'agglo.

Depuis avril 2014, la nouvelle majorité sous la présidence de Barthélémy a considéré que la loi était là et qu'il fallait l'appliquer, jusqu'à anticiper de quelques mois l'existence de la métropole en souhaitant l'élection du maire de Marseille comme président de cette nouvelle structure.

La direction administrative du territoire découvre qu'elle ne décide plus rien

Pendant des mois et des années, les habitants de ce territoire, et les fonctionnaires de l'agglo en premier, avaient bien mesuré que la mise en place de cette "monstropole", ce serait la fin de l'autonomie de décisions de ce coin de Provence, que ce serait le diktat de Marseille, de ses élus et de son administration qui décideraient ce qui serait bon pour ici.

Il semble, pourtant, que la politique du chloroforme de la dernière période a éloigné ce danger de nombreux esprits. Mais la réalité reprend le dessus et éclate au grand jour.

A chacune des réunions du CODIR (direction administrative du territoire), celui qui est encore le DGS d'ici (pour combien de temps encore ?) rend compte des décisions de la direction administrative de la métropole pour annoncer un secteur nouveau où les services du conseil de territoire n'ont "plus la main". Les finances bien sûr, la gestion du personnel (même plus l'embauche des saisonniers), l'économie, les transports, l'agriculture... et même la communication où tout sera métropolitain, avec, éventuellement, un éclairage sur chacun des territoires. Tout cela s'accélère de mois en mois et va s'aggraver dans les années à venir.

Quasiment plus aucun chef de service ne sait comment est géré son budget, quels sont les objectifs de son secteur d'activité, quels projets il peut mettre en œuvre...

Une liste de projets pour chloroformer les oppositions

Peut-être vous souvenez-vous des futures réalisations d'Aubagne proposées aux financements de la métropole avant 2020 (lire : Papa Noël en juillet) ? Nous les rappelons : un centre de congrès, un musée de la céramique et du santon, un musée Pagnol, un palais des sports, un complexe nautique, un complexe sportif extérieur et un conservatoire.

Cette liste mérite d'être conservée, pour vérifier ce qui verra vraiment le jour. A notre avis quasiment rien, peut-être le centre de congrès si cela intéresse le Medef des Bouches du Rhône. Soulignons, aussi, que la ville avait "souhaité" récupérer la compétence argile. Où en est-on ? Plus de nouvelle, c'est Marseille qui décidera. Que vont devenir dans les prochaines années Argilla et la biennale des santonniers ?

La métropole s'installe. Comme on pouvait le craindre, plus rien ne sera décidé ici, à Aubagne en Provence, sans l'avis du maire, des élus et de l'administration de notre grande (très grande) voisine.

Antoine Monticellu

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1