Jeudi c'est "L'insoumis" !

C’est ce jeudi 15 mars à La Penne-sur-Huveaune que « L’insoumis », le film que Gilles Perret a consacré à la campagne présidentielle 2017 de Jean-Luc Mélenchon, sera projeté sur le grand écran de l’Espace de l’Huveaune.

Lire la suite...

Village des santons : visiteurs en chute libre

Le "Village des santons" qui a l'ambition de devenir "La plus grande crèche du monde" a été inauguré le 17 novembre 2017, dans les anciens locaux de la CPAM.

Comme prévu, le mois de décembre a été un grand succès de participation. Selon les chiffres communiqués par l'Office du Tourisme (OdT), plus de 15 000 visiteurs pour le mois des santons et de Noël.

La moyenne des visites pour ce dernier mois de 2017 se situe entre 5 et 600 par jour d'ouverture. Mais, dès le mois de janvier, toujours à partir des chiffres communiqués par l'OdT, cette moyenne a été divisée par 5, puis en février par 10 et enfin, les premiers jours de mars font état d'une moyenne divisée par 25 sur décembre.

Attention danger ! Il y a besoin d'imaginer des animations, il y a besoin d'une communication, de qualité et qui "modernise" l'initiative, qui aille bien au-delà du territoire d'Aubagne. Tout ce que Gazay et son équipe ne savent pas faire.

Et l'inscription au Guinness des records, c'est pour quand ?

Joseph Lèsperd

Stages de Comédie Musicale

 
 comedies musicales
 
Nous avons reçu  l'annonce ci-dessous. Notre vocation, c'est aussi de faire connaître toutes les initiatives culturelles, économiques, citoyennes, environnementales et autres des associations, collectifs, partis, syndicats ou individus de notre territoire et d'ailleurs. C'est donc très naturellement et avec plaisir que nous publions cet appel de Camille et Marielle.

La musique donne rendez-vous au Cinéma à Aubagne

Depuis 19 ans, le Festival International du Film d’Aubagne arrive avec le printemps pour titiller nos oreilles et nos yeux et nous donner d’intenses émotions. Entre rencontres professionnelles, concerts, diffusions de courts et longs métrages, rencontres de personnalités de renom, la programmation offre à rêver et ouvre grand les esprits des spec’acteurs de tous âges.

Lire la suite...

Petit Monde de Pagnol : l'avis des Amis du Vieil Aubagne

petit monde destruction

L'annonce de la décision du maire de raser le kiosque du Petit Monde de Marcel Pagnol a suscité sur nos publications et ailleurs de nombreuses réactions, commentaires et propositions. Avant cela, l'association des "Amis du Vieil Aubagne" avait donné son avis. Nous pensons qu'il est nécessaire de le faire très largement connaître.

Lire la suite...

Destruction du Petit Monde de Pagnol : la faute aux handicapés !

Gazay et son équipe ont décidé de raser le kiosque à musique de l'Esplanade De Gaulle et de déplacer les scènes des films de Pagnol reproduites avec des santons qui faisaient de cet espace le lieu le plus fréquenté d'Aubagne. Devant le nombre et la diversité de celles et ceux qui protestent, l'AJJ de mars tente une manipulation de communication assez remarquable.

Lire la suite...

Aubagne quel (dés)amour !

L'idée était belle : lancer MP2018 avec une grande fête populaire pour la Saint Valentin où tout le monde s'embrasse... On pense encore à la grande clameur de MP2013 et à l'engouement de notre population du cours Foch jusqu'au Mont Julien à Cadolive.

Lire la suite...

L'Insoumis à La Penne

 

Le 15 mars à l'Espace de l'Huveaune de La Penne sera projeté "L'Insoumis" le film réalisé par Gilles Perret (La Sociale, Les Jours Heureux) autour de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. La soirée est organisée par le groupe d'appui de la France Insoumise Aubagne Garlaban, l'Assemblée des Insoumis d'Ici et d'Ailleurs (AIIA) ainsi que par les groupes d'appui d'Auriol, de La Bouilladisse et de Roquevaire. Avant de revenir sur le déroulement de cette soirée dans un prochain article, nous vous proposons ci-dessous l'interview du réalisateur.

 


 

Décider de suivre un candidat à la présidentielle pendant trois mois n’est pas un choix anodin. Quel a été le déclic ?

A l’origine de presque tous mes documentaires, il y a une rencontre marquante avec un personnage qui déclenche l’envie d’un film. Je ne connaissais pas personnellement Jean-Luc Mélenchon avant que je fasse son interview pour les besoins du film Les Jours heureux et qu’il vienne voir La Sociale. J’ai tout de suite été frappé par sa personnalité et le ton très direct qu’il a donné à nos discussions. C’est un affectif. Dès les premiers échanges, on sent qu’on a affaire à quelqu’un qu’on peut aimer ou détester, mais qui ne laisse surtout pas indifférent. Et, en ce sens, c’est un vrai personnage de cinéma.

Par ailleurs, j’ai toujours été un passionné de politique et avoir la possibilité de me glisser à l’intérieur d’une campagne électorale, c’était un rêve qui trouvait là l’occasion de se réaliser.

On n’imagine pas Jean-Luc Mélenchon accepter facilement d’être filmé à tout instant d’une campagne si importante. Comment l’avez-vous convaincu ?


Nous nous sommes donné rendez-vous un matin dans un bistrot proche de chez lui. Je lui ai fait part de ma vision du tournage : être partout avec lui, ne pas rester à la porte comme les journalistes qui s’apprêtaient à le suivre. J’ai précisé que je travaillerais seul, au plus proche, pour être vraiment dans l’intimité de sa campagne.

Pas facile pour lui d’accepter de se faire filmer de cette façon à un moment où tout est exacerbé et où les enjeux sont énormes. Il fallait une confiance réciproque et un respect mutuel. Il a commencé par me lister tout ce qui allait mal se passer : les complications qui naîtraient, sa difficulté présumée à me consacrer du temps, son caractère, etc. Devant mon indifférence face à ces faux problèmes, il a fini par me dire : « Puisque c’est toi, d’accord ! » — mes films et mon point de vue assumé semblaient lui convenir. J’ai conclu en promettant que si ça ne se passait pas bien lors du tournage j’arrêterais et que ce ne serait pas très grave. Et finalement tout s’est très bien passé, au-delà de mes espérances.

Le candidat, ou son équipe, vous ont-ils malgré tout fixé des limites, ou certaines règles se sont-elles spontanément imposées à vous ?


Tout d’abord, il était clair qu’il n’y aurait rien sur sa vie privée. Il ne rigole pas avec ça. Ensuite, il ne fallait pas que je l’entrave dans son travail, dans ses moments de réflexion. Nous étions convenus que je passerais par Sophia Chikirou, sa conseillère en communication, pour savoir si je pouvais ou non venir le filmer. Mais, très rapidement, nous avons eu un rapport beaucoup plus direct, et j’ai pu être présent, sans filtre, à tous les moments importants de cette campagne.

Vos précédents films ont fait resurgir des pans méconnus de notre Histoire contemporaine — l’action du Conseil National de la Résistance dans Les Jours heureux, la création de la Sécu dans La Sociale. Filmer l’Histoire en train de s’écrire vous a-t-il procuré une excitation nouvelle, en tant que cinéaste ?


Je crois que j’avais besoin de faire un film « ici et maintenant », de filmer moi-même, sans archives, sans musique. C’était d’ailleurs ce que j’avais fait sur certains de mes films précédents, moins connus que ceux que vous citez. A fortiori, filmer l’histoire politique en train de se faire était une formidable occasion qui s’offrait à moi.

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, parmi les principaux candidats, me semblait être celui qui portait le plus haut les questions sociales et environnementales, qui sont au cœur de ma filmographie. J’y voyais un prolongement logique de mon travail de documentariste.

Aviez-vous en tête quelques fillms fameux sur des candidats à la présidentielle : Une partie de campagne, de Depardon, par exemple, sur Valéry Giscard d’Estaing en 1974 ?


Bien sûr que j’avais en tête ce documentaire, tout comme Le Président d’Yves Jeuland. Pour ce qui est du film sur Giscard, il s’est fait à une période où il n’y avait pas de communicants. Aujourd’hui, la communication politique est partout. Les caméras sont encadrées, surveillées et les responsables politiques très contraints dans leur façon d’être. Je crois que Jean-Luc Mélenchon sort du lot. Dès qu’il accorde sa confiance, c’est « open bar ». Il fonctionne beaucoup à l’affect, si bien que, finalement, je pense m’être souvent retrouvé dans la même proximité que celle que pouvait avoir Depardon avec Giscard. Sauf que Jean-Luc Mélenchon ne gagne pas à la fin...

Malgré le rythme très soutenu de la campagne, il se dégage de votre film une impression de relative sérénité. Avez-vous choisi de gommer les moments de stress ou avez-vous été vous-même surpris par cette « force tranquille » ?


Lorsqu’on me parle de ce film, la première question qu’on me pose en général, c’est « Alors, il s’est énervé ? Ça a clashé ? Et ses colères ? ». Je suis désolé de décevoir mes interlocuteurs, mais dès que je suis passé de l’autre côté de la barrière médiatique, j’ai eu le sentiment d’avoir affaire à une équipe incroyablement soudée et sereine. Les seuls moments de tension que j’ai filmés sont tous dans le film. Peut-être cette sérénité s’explique-t-elle par la dynamique qui a toujours été bonne durant ces trois mois, et parce que les sondages n’ont cessé de monter : c’était propice à l’instauration d’une bonne ambiance. Jean-Luc Mélenchon disait lui-même que c’était la campagne la plus tranquille qu’il ait eu à mener.

Quelle distance peut-on garder quand on est embarqué au côté de l’un des protagonistes d’une campagne ? Est-ce surtout au montage que s’impose cette question ?


Il est vrai qu’une campagne, vécue de l’intérieur, a quelque chose de grisant, mais j’ai toujours essayé de garder une distance par rapport à mon sujet.

Le propos de ce film est de montrer ce que j’ai vécu de l’intérieur avec le maximum de sincérité et sans artifice. J’ai volontairement choisi au montage de n’utiliser ni voix off, ni musique, afin de laisser vivre les images brutes. Le résultat, je pense, c’est que ceux qui aiment Jean-Luc Mélenchon vont le trouver formidable et ceux qui le détestent vont continuer à le détester. Par contre, je pense que tous vont découvrir des facettes du personnage qui ne sont pas celles que l’on voit habituellement dans les médias.

Votre film montre à quel point Jean-Luc Mélenchon s’était convaincu qu’il allait gagner. Etait-ce intimidant ?

C’est vrai qu’à force de filmer un homme et son équipe au travail dans des lieux plutôt populaires et loin des dorures de la République, j’en oubliais un peu les enjeux. 
Mais parfois, en prenant du recul, je me disais effectivement que j’étais peut-être en train de filmer le prochain président de la République. Ça n’a pas été le cas mais pour faire un film avec du relief, des affects, de l’ambiance et du suspens, je crois que j’ai choisi le bon personnage et la bonne campagne...

Vous avez évoqué l’aspect clivant de la personnalité de Jean-Luc Mélenchon. Quel impact pensez-vous que cela puisse avoir sur la sortie du film ?

Je m’en rends compte quand je parle du film autour de moi ou sur les réseaux sociaux, ça « fighte » entre les « pro » et les « anti » ! (rires) Et ce, avant même que les gens aient vu le film.

Certains visages se ferment et des paroles pas très sympathiques sont parfois prononcées. Le plus incroyable est que cela se dirige aussi contre moi. Comme si j’avais l’habitude de faire des hagiographies ! Je ne m’y attendais pas à ce point... Ce que j’espère, c’est que le public fera la part des choses, et verra la différence entre le film, le personnage filmé, et moi. Mon rêve serait d’ailleurs que le film soit vu aussi bien par des gens de gauche que de droite.

Ce qui est certain, c’est que je n’ai pas choisi un personnage lisse, et il me semble que c’est ce qui fait aussi un intérêt fort du film.

 

Espace Art et Jeunesse : premier déficit

art culture mjc

Lors d'un précédent article ici même concernant l'E-A-J, nous annoncions que nous donnerions régulièrement des nouvelles de l'évolution de ce nouveau lieu culturel qui a pris la place d'une MJC liquidée par le maire en milieu d'année dernière. 

Lire la suite...

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

LE RAMI DES MAMIES

  • Les Mamies déboussolées de la zapette +

    Les Mamies déboussolées de la zapette Les gilets jaunes ont remplacé les feux de l'amour. On les voit sur toutes les chaînes d'infos. Pour se tenir Lire la suite
  • Gilets jaunes, gilets rouges +

    Gilets jaunes, gilets rouges Gilets jaunes, depuis presque un mois, la couleur jaune envahit la carte de France, les carrefours, les écrans et les Lire la suite
  • Les mamies : les municipales, si près, si loin +

    Les mamies : les municipales, si près, si loin Oui les municipales, on commence à en parler. Nos Mamies sont bien sensibles à ça. Et même si tout n'est Lire la suite
  • Les mamies : MDR +

    Les mamies : MDR Par moment, une franche bonne rigolade, ça fait du bien. Même si derrière on peut se poser des questions sur Lire la suite
  • Les mamies: décrochage +

    Les mamies: décrochage Une de nos mamies a pu partir en vacances. C'est peu me direz vous, une sur cinq. Mais elle, elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Articles récents

  • Iggy Pop à la médiathèque +

    Dans le cadre de ses « mercredis du doc », la médiathèque d’Aubagne, en partenariat avec Méridiens, nous propose de découvrir l’histoire des Stooges et de leur charismatique leader Iggy Pop dans « Gimme danger », un documentaire de Jim Jarmusch. Lire la suite
  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • 1