La Brasserie des Congrès

La Brasserie des Congrès, à Aubagne, est située, comme une dizaine d'autres restaurants, sur le parvis du Centre de Vie Agora.

Si vous trouvez une place à l'ombre, entre avril et octobre, vous pouvez déjeuner en terrasse où, environ, 80 couverts vous attendent.

Si vous préférez l'intérieur, climatisation en été, chauffage douillet l'hiver, près de 150 places dans une immense salle, très sobre et très agréable vous accueillent dans des conditions parfaites.

Au centre de la salle, en cercle, parfaitement décoré, un buffet à volonté vous donne envie de manger, même les jours où l'appétit vous manque.

Toutes les formules sont possibles : buffet à volonté + dessert (13,50€); buffet + plat du jour + dessert ou fromage (17€). La carte vous permet d'élargir encore ces choix (salades multiples, pizzas, poissons, viandes, pâtes, ...).

Il vous faudra compter, seulement, entre 10 et 15€ pour manger très correctement avec des assiettes copieusement garnies.

C'est une valeur sûre pour un restaurant d'une zone d'activité ouvert pour le déjeuner du lundi au vendredi ou pour un repas entre amis.

N'allez pas rechercher un plat gastronomique, mais vous y trouverez toujours un repas de bonne qualité. Les plats sont magnifiquement dressées. Le personnel, très avenant, est chaleureux et professionnel. 

Vous pouvez y venir tous les jours en changeant de menus, les choix sont suffisamment variés et toujours agréables. Les prix très accessibles sont, bien sûr, adaptés à une clientèle fidèle de salariés de la zone qui en ont fait leur "cantine de luxe".

Auguste Duchemin

 

 

Articles récents

  • Rassemblé·e·s pour Aubagne : un programme à la hauteur de ses ambitions +

    C’est dans une salle du Bras d’Or remplie de plus de 400 personnes que la liste Rassemblé·e·es pour Aubagne a présenté l’ensemble des colistiers de Magali Giovannangeli. Au menu de ce rendez-vous devant une foule galvanisée, il y avait également une présentation des grands axes du programme pour faire entrer Lire la suite
  • La BACAL ou les fourches caudines de la création locale aubagnaise +

    La BACAL (Bourse d'Aide à la Création Locale) est destinée, sur demande préalable, aux créateurs aubagnais. L'année dernière, les employés de la Médiathèque d’Aubagne et moi (N.D.L.R : la plasticienne Rodia Bayginot qui signe ce texte), pour un projet art et sciences aux prolongements pédagogiques évidents, avons tenté la solution BACAL Lire la suite
  • Barthélémy, la candidate de Macron, a présenté ses "projets" +

    Ce jeudi 13 février à l'Espace des Libertés, Sylvia Barthélémy a présenté ses promesses pour le prochain mandat devant un peu moins de 350 personnes dont une bonne trentaine "d'extérieurs" à Aubagne. Une salle correctement garnie, sans plus, à l'image de la campagne de la candidate et, sans doute, de Lire la suite
  • Bilan Gazay : Bien vivre ensemble +

      Il est des missions dont l’ingratitude suscite la compassion. Mettons-nous à la place de l’individu chargé de rédiger le bilan de Gazay en matière de politiques de solidarité. Que dire, que valoriser, alors que le mandat municipal en la matière navigue entre le vide sidéral et le trou noir ? Lire la suite
  • Bilan Gazay : Coulrophobie ! #lakulturdegazay +

    Le bilan du mandat présente glorieusement d’incroyables détournements… On est partagé entre le rire et les larmes. Dans le domaine culturel et du festif, le Maire s’approprie et s’attribue de nombreux événements qui ont été élaborés, applaudis longtemps avant son arrivée. Un truc à avoir peur des clowns… ça s'appelle Lire la suite
  • Une liste qui nous ressemble et qui nous rassemble +

    La sinistre parenthèse Gazay touche à sa fin. Dans un peu plus d’un mois, les Aubagnaises et les Aubagnais pourront, par les urnes, manifester leur besoin de changement et de renouveau dans une Ville qui n’a cessé, depuis bientôt six ans, de décliner et de se replier sur elle-même. Lire la suite
  • Bilan Gazay : Engagée dans l'écologie positive +

      Depuis que Nicolas Hulot a disparu des radars, nous cherchions, avec une fébrile impatience, le nouvel héraut de la cause écologiste. Greta Thunberg ? Trop jeune, trop agitée. Michel Serres ? Trop vieux, trop intello…et surtout, décédé l’année dernière. José Bové ? Trop militant, trop agressif. Et puis, pourquoi aller chercher très Lire la suite
  • 1