Chroniques ciné

Docteur Strange

Une fois n'est pas coutume. Notre mardi cinéma sera consacré à un blockbuster venu tout droit de la galaxie Marvel.

Docteur Strange est un super héros un peu à part : il tient ses pouvoirs des sciences occultes. Après un accident de la route qui lui fait perdre ses mains (dommage pour un neurochirurgien), il part pour le Népal dans l'espoir de retrouver son intégrité physique. Ce qu'il y trouve le plonge dans un univers fantastique : le multivers.

Assez fidèle à la BD, le Stephen Stange du film gagne en humour. L'interprétation de Benedict Cumberbatch est impeccable. Les studios Marvel ont d'ailleurs attendu qu'il soit libre pour lancer la production du film. Ils ont bien fait.

Les effets spéciaux sont à couper le souffle, même si le genre a beaucoup donné de ce côté là. Côté scénario, c'est un peu moins vrai. L'histoire est coupée en deux. La première partie est consacrée à l'initiation du Docteur. Dans la seconde commence la bataille avec le super méchant Dormammu exilé dans la dimension noire et qui ne rêve que d'en sortir.

Le blockbuster de Scott Derrickson (Délivre‑nous du mal, Sinister) est superbement servi par la musique de Michael Giacchino (La haut, Vice Versa, Star Trek...). C'est une réussite du genre.

Benoit Jancet

 

 

Moi, Daniel Blake

Moi, Daniel Blake, Palme d’or 2016 à Cannes. Ken Loach et son scénariste Paul Laverty à nouveau couronnés. Il ne pouvait pas y avoir plus juste récompense !

Moi, Daniel Blake, c’est l’histoire simple de deux êtres humains écrasés par la société anglaise. Histoire banale de deux exclus dont on aurait pu jamais entendre parler. Ken Loach est sorti d’une retraite annoncée pour les magnifier. Daniel, ébéniste, malade, inapte au travail…est obligé d’en trouver, Katie mère de deux enfants est aspirée par la misère. Leurs routes vont se croiser et ensemble ils vont s’épauler, faire face. Magnifiques, émouvants, fraternels, ils vont affronter les rouages d’une administration toujours thatchérienne. Les plus humbles, les plus conscients vont les aider : la solidarité a, ici, un sens.

Ken Loach, l’insoumis, est aidé dans son entreprise par son scénariste, Paul Laverty, une complicité de trente ans. Ils avaient ensemble triomphé à Cannes avec le remarquable Le vent se lève. Ils réalisent, ici, un chef d’œuvre exceptionnel ! A voir absolument et à recommander aux vrais amis .

Antoine Cesano

 

Ma vie de Courgette

Courgette, c’est le « petit nom » que sa maman lui a donné… Lorsque Courgette est amené dans un orphelinat après le décès de sa maman qui aimait un peu trop l’alcool, il exige que chacun des enfants le prénomme ainsi…

Ce film d’animation nous plonge dans la vie de gamins abîmés par des adultes malveillants avec humour,  délicatesse et poésie. On retiendra de ce bijou l’espoir que nous offrent ces gamins qui ont compris que l’amour et la solidarité pouvaient permettre de mieux vivre ensemble et d’être heureux.

La vie de courgette fait partie de ces films qui vous hantent  et que vous avez envie de faire découvrir au plus grand nombre.

Frida Lacot

 

 

Miss Pérégrine et les enfants particuliers

Un conte fantastique de Tim Burton qui annonce, ici, son retour.

Jacob découvre,  à la mort de son grand père, un monde mystérieux qui le conduit dans un lieu magique : la maison  de Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers.

Et nous voilà embarqués, pendant plus de deux heures, dans une aventure hors du commun où Miss Pérégrine et les Enfants, par leur pouvoir magique, ne cessent de nous émerveiller. Jacob le « terrien » va découvrir sa propre particularité et nous montrer combien les différences sont porteuses d’espoirs.

Beaucoup d’humour, de beaux effets spéciaux (la mise à flots du bateau fantôme !), de splendides décors, de somptueux costumes et des personnages attachants aident à accepter un scénario un peu trop alambiqué.

Un divertissement familial, peut être, plus accessible aux adultes qu’aux enfants.

Antoine Cesano

 

Juste la fin du monde

Un long métrage de Xavier Dolan, Grand Prix du festival de Cannes, d’après la pièce de Jules Lagarce.

Après douze ans d’absence, Louis retourne dans son village natal.

Il va y retrouver sa mère, son frère et sa femme, sa sœur. Il souhaite leur annoncer sa mort prochaine mais amour, jalousie, incompréhension, frustration, vont, pour lui si différent des autres, rendre difficile cette annonce.

Un thème complexe à traiter, Dolan s’y hasarde, suscitant passion ou ennui. Une pléiade d’artistes, Gaston Ulliel, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Nathalie Baye, Léa Seydoux, tentent de tirer leur épingle du jeu avec plus ou moins de bonheur, dans un huis-clos familial où on a souvent l’impression d’être l’étranger.

On est loin du remarquable Mommy.

Antoine Cesano

 

 

Fuocoammare

Fuocoammare,la chanson la plus populaire sur l’ile de Lampedusa, territoire italien de 20 kilomètres carrés, à 200 km de la Sicile.

Lampedusa a accueilli 400 000 migrants en 20 ans, 15 000 sont morts noyés au large de ses côtes. Gianfranco Rosi, dans Fuocoamare a voulu témoigner.

Camera au poing, il a, pendant un an, parcouru les rues de l’ile, rencontré ses habitants dans leur vie quotidienne, côtoyé pendants plusieurs semaines, les sauveteurs de la marine nationale italienne. Ici pas d’acteurs mais des enfants, femmes, hommes, naufragés, sauveteurs filmés dans leur environnement, dans leurs rencontres dramatiques. Ici pas d’effets de style, d’images superficielles : la camera interpelle l’indifférence, appelle à la prise de confiance, s’insurge, sans le dire, contre l’intolérable.

On comprend que Fuocoamare ait obtenu l’Ours d’or à Berlin et que l’Italie veuille en faire son porte-drapeau lors de la future cérémonie des Oscars !

Antoine Cesano

 

NB : une occasion de fréqueuter le cinéma l’Alhambra et d’y apprécier son accueil chaleureux.

Comancheria

Après la mort de leur mère, deux frères attaquent les succursales d’une banque qui souhaite s’emparer de leur modeste héritage.

C’est sans compter sur l’acharnement de deux vieux rangers texans qui partent à leur recherche. Et nous voilà entrainés dans le Comancheria, région tampon entre le Mexique et le Texas. Il n’y a ni Bons ni Méchants mais deux duos qui, dans leur poursuite impitoyable, traversent l’Amérique profonde : Indiens miséreux, Mexicains méprisés, petit peuple américain à la dérive, banques incontournables vers qui les regards réprobateurs se tournent.

Mi western moderne, mi thriller, Comancheria nous tient de bout en bout en haleine. De très belles images, une musique country omniprésente accompagnent des acteurs campant solidement leurs personnages.

À voir en version originale.

Antoine Cesano

 

Plus d'articles...

  1. FRANTZ
  2. Divines
  3. Toni Erdmann

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Partie de campagne +

      C’est ce que proposent les animatrices et les animateurs de l’appel pour Aubagne, le dimanche 24 juin prochain au Parc Jean Moulin dès 11h30. Une auberge espagnole où chacun amène ce qu'il est et ce qu'il a... Lire la suite
  • Handicapés : moins de gratuité pour les parkings +

    Depuis la mise en place de la Délégation de Service Public pour les parkings souterrains, la ville fournissait un badge qui assurait la gratuité totale des parkings pour les handicapés à 80% et non imposable sur le revenu. Gazay vient de décider de retirer ce badge. Lire la suite
  • Privatisation du rail en Grande-Bretagne +

    Trains supprimés par centaines, usagers très mécontents, un fiasco total de la réforme des horaires, tel est le constat alarmant que font les élus et la population de Grande-Bretagne après la privatisation du réseau ferré. C'est sans doute pour cela que Macron et son gouvernement veulent aller vite... avant que Lire la suite
  • Les jeunes veulent quitter Marseille +

    Selon un sondage Ifop-La Marseillaise, 67% des jeunes de 18 à 30 ans se disent prêts à quitter Marseille. Renaud Muselier, président LR de PACA, député et 1er adjoint au maire de Marseille pendant de très nombreuses années et même ministre, se dit "désolé mais pas étonné par les résultats". Lire la suite
  • Selon l'OCDE, en France les pauvres restent pauvres +

    "Sommes-nous revenus à l'époque des ordres figés de l'Ancien Régime ? ", c'est la question que l'on peut se poser après la publication du rapport de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) rendu public vendredi 15 juin. On peut lire en effet que dans les pays de l'OCDE, "les revenus, Lire la suite
  • Elections européennes : ça se prépare +

    Après avoir désigné Ian Brossat, adjoint au maire de Paris, comme tête de liste, le secrétaire national du PCF vient de s'adresser aux organisations de gauche, hors Parti Socialiste pour leur proposer "une plate-forme commune et la construction d'une liste large en vue des élections européennes". C'est un truc politicien Lire la suite
  • GRATUITE, LA MARCHE EN AVANT +

      Les organisateurs du débat sur la gratuité des transports en commun pour le territoire métropolitain peuvent être satisfaits. Les échanges qui ont eu lieu lors de cette soirée étaient d'un très bon niveau malgré une participation qui n'a pas atteint leur espérance d'une cinquantaine de personnes. Lire la suite
  • 1