Chroniques ciné

Parasite

 parasite

Deux mondes se côtoient : celui des Riches, celui des Pauvres (les parasites). Ils ne se connaissent pas, ignorent tout l’un de l’autre. Et les parasites vont arriver à pénétrer le monde des riches. 

Parasite, c’est tout à la fois, une comédie, un thriller, un film d’horreur, une satire sociale. Remarquable mise en scène, images percutantes, choix judicieux de musiques… virtuosité cinématographique. Le cinéma coréen, habitué à analyser les rapports sociaux, va, ici, perturber nos regards d’Occidentaux.

Le jury cannois a été unanime pour attribuer, à Parasite, la Palme d’Or, la critique presse l’a suivi dans son choix. Ne discutons pas l’avis de spécialistes mais octroyons nous le plaisir de revoir Douleur et Gloire, le dernier Almodovar, Palme d’Or de la Beauté et de l’Emotion !

Antoine Césano

le Jeune Ahmed

 le jeune ahmed

Avec Le jeune Ahmed, les frères Dardenne, comme à l’accoutumée, ne sont pas des adeptes de la facilité. Ahmed (13 ans), sous l’emprise de son imam va sombrer dans la radicalisation et rien ne l’arrête dans sa détermination. Sa mère, ses frères et sœurs, sa professeure, ses éducateurs, la tendresse de la jeune paysanne chez qui il est formé, ne sauront le stopper. Film grave, rude, où le spectateur, à tous moments, espère et désespère.

Les frères réalisateurs ne jugent pas mais témoignent avec lucidité. Une mise en scène sobre et glaçante, récompensée à Cannes, valorise de jeunes acteurs dirigés de main de maitre. Remercions les frères Dardenne d’être des témoins militants de l’Histoire.

Antoine Césano

Douleur et Gloire

douleur et gloire

Comment parler en quelques mots d’un chef d’œuvre ? Beauté, délicatesse, tendresse, émotion, générosité s’entremêlent avec éclat. Almodovar se raconte, de sa plus tendre enfance à aujourd’hui ; sa vie intime et le cinéma ne font qu’un. Almodovar aime parler de Femmes, ici, l’Homme est au centre mais la mère est omniprésente, à la fois tendre et sévère.

Douleur et Gloire est une œuvre d’art où décors, couleurs, jeux de lumières sont à l’écoute de remarquables acteurs. Mais les chefs d’œuvres se racontent-ils ? Non, il faut les voir !

La Palme d’Or, à Cannes, pour Douleur et Gloire, personne ne trouverait à redire.

Antoine Cesano

 

L’Adieu à la nuit

l'adieu a la nuit

Aborder la question de l’adhésion à l’islamisme radical est un sujet complexe. André Téchiné a choisi de ne pas juger. L’amour unit ses personnages : Alex (Kacey Mottet Klein) va s’unir à Lila (Oulaya Amamra) en s’engageant jusqu’à la mort dans le Jihad, Muriel (Catherine Deneuve) adore son petit fils, ne comprend pas et n’accepte pas sa radicalisation.

Le ranch de la grand-mère, la maison de retraite où travaille Lila sont les lieux calmes et paisibles où se déroule le drame. Pas de violences verbales, pas de pleurs ; la famille , le travail, l’environnement s’effacent devant l’endoctrinement.

Un film poignant, juste, émouvant où les acteurs collent à leurs personnages (Catherine Deneuve est comme d’habitude magistrale) ; André Téchiné réalise avec « l’Adieu à la nuit » une œuvre lucide et interpellante.

Antoine Césano

La Lutte des Classes

la lutte des classes

La lutte des classes… La « laïque » face à la « catho », les Pauvres face à ceux que l’on croit « Riches ». Sofia(Leila Bekhti) et Paul (Edouard Baer) sont des bobos de gauche, l’une est avocate, l’autre est musicien hard rock ; ils veulent la meilleure éducation républicaine pour Corentin (Tom Levy), mais l’école publique est l’école du Peuple, l’enfant est mal accepté, les parents voudraient qu’il y soit bien !

Le réalisateur, Michel Leclerc, va nous faire vivre, avec émotion et finesse, les affres d’un couple progressiste, ébranlé, déboussolé, confronté à la complexité de la société. Beaucoup de tendresse, d’humour, de l’empathie pour cette belle famille, de l’espoir dans une société multiforme qui, grâce à l’école du quartier, trace le chemin du vivre ensemble.

La Lutte des Classes, une comédie percutante, sans concession, optimiste, servie par des acteurs attachants, à voir séance tenante.

Antoine Césano

 

 

Le chant du loup

le chant du loup

Nous voilà, pendant près de deux heures, à bord d’un sous marin nucléaire français, plongés au fond des océans. On se retrouve au centre de la vie quotidienne de ces engins de mort : promiscuité, esprit d’équipe, répondre aux ordres, être sourds aux contre-ordres. Au cœur de l’équipage, l’Oreille d’Or, le sous marinier, spécialiste dans l’analyse acoustique, dont les diagnostics des bruits des profondeurs sont fondamentaux pour les prises de décisions du commandant.

La grande qualité de ce film est de nous faire partager intensément, avec justesse, et sobriété, les moments dramatiques que vivent ces hommes, écartelés entre leurs analyses et sentiments personnels et l’obligation d’obéir aux ordres. Le moindre bruit ou le silence tient le rôle principal dans le Champ du loup, Mathieu Kassovitz et Omar Sy impressionnants d’humanité, s’effacent devant François Civil, l’acteur majeur de cette épopée.

Ici, pas d’happy end, la Civilisation française (à la différence de l’américaine) n’est pas la grande salvatrice, c’est tout à l’honneur d’Antonin Baudry, le réalisateur.

Antoine Cesano

 

 

Rebelles

rebelles

La vie les a rassemblées à travailler dans une conserverie de poissons, dans le nord de la France. L’une d’elles, ex Miss Nord Pas de Calais, est agressée sexuellement par son chef dont la fin tragico-comique est le premier éclat de rire d’une longue série. Nos trois héroïnes vont être entrainées dans des histoires complètement loufoques où leurs vies familiales s’entrechoquent avec un destin commun.

Violences sociales, violences faites aux femmes, violences sanglantes se mêlent dans une succession de gags plus hilarants les uns que les autres. L’intelligence du réalisateur, une musique collant au scénario, des actrices et acteur (Cécile de France, Yolande Moreau, Audrey Lamy, Simon Abkarian) dans une forme exceptionnelle et l’ombre de Tarantino font de Rebelles, un film jubilatoire à ne manquer sous aucun prétexte.

Antoine Cesano

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Les dogmes libéraux pour Aubagne ? +

    La Cour des Comptes et les Chambres Régionales des Comptes sont des juridictions financières. La Cour des Comptes en est l'institution financière supérieure et chaque CRC est présidée par un conseiller maître ou un conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec Maurice Marsiglia, militant associatif +

    Maurice Marsiglia : militant associatif « Je participe à toutes les initiatives de défense des services publics. J'ai souvenir de la chaîne humaine initiée par l'ancienne municipalité pour obtenir un équipement essentiel pour le développement de l'hôpital. Aujourd'hui, l'hôpital est gravement menacé dans ses missions par M. Gazay et la majorité actuelle Lire la suite
  • Rencontre Aubagne La Commune - CGT Territoriaux +

    Avant les départs en vacances, des représentants d'Aubagne La Commune et des syndicats CGT (cadres et agents) du personnel communal se sont rencontrés pour faire un état des lieux, en particulier, sur les attentes des uns et des autres. A l'issue de cette réunion, un communiqué nous a été transmis. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec David Jame, cadre de la fonction publique territoriale +

    David Jame, cadre de la fonction publique territoriale Je soutiens « Aubagne la Commune » parce que cette initiative citoyenne constitue le socle et la dynamique qui doivent permettre à notre ville de redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une ville solidaire, ouverte, créative et ambitieuse. Lire la suite
  • Aubagne La Commune : les rencontres se multiplient +

    Dans le même temps où les animateurs de "Aubagne La Commune" ont lancé une invitation à une quarantaine d'organisations, collectifs, syndicats, associations, mouvements et partis politiques pour une rencontre de travail le 24 septembre sur les municipales, le site du mouvement informe que des "échanges bilatéraux" ont continué à avoir Lire la suite
  • Festimôme 18ème édition : à 18 ans, on peut voyager seul ! +

    A 18 ans on peut voyager seul, mais on préfèrera cette année encore se déplacer en famille pour mieux partager les 50 spectacles, les dizaines d’animations et de jeux, les repas et pique-nique, pendant les 4 jours (4 jours !) d’un festival d’été qui a su trouver, au fil des années, Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec Gilles Lejeune, militant associatif +

    Je ne suis pas un porte-parole d'Aubagne La Commune mais un simple adhérent de ce Collectif oeuvrant à changer localement de gouvernance politique. Je suis résident à Aubagne depuis Juillet 2002 et jusqu'aux élections de 2014, je m'y trouvais parfaitement bien ! Lire la suite
  • 1