Chroniques ciné

Sorry, we missed you

sorry we missed you

Il y a trois ans, Ken Loach affirmait que Moi, Daniel Blake serait son dernier film. Mais comment ce réalisateur militant pouvait il rester silencieux devant les ravages causés par un libéralisme débridé ? Avec Sorry, we missed you, c’est l’ubérisation de la société qui est mise en cause.

Ricky, le père d’une famille soudée, va s’endetter pour acquérir un camion lui permettant de devenir livreur à son compte ; son patron le convainc qu’en travaillant dur, l’argent va couler à flot, il va pouvoir devenir propriétaire de son logement ! Abby , sa femme, aide à domicile, va devoir pour cela, vendre sa voiture, outil de travail et leurs enfants vont subir de plein fouet, une lente descente aux enfers.

Cette petite famille, digne, bouleversante, est au cœur du film. On partage son combat, sa souffrance, sa volonté émouvante de tenter, unie, de faire face…. Pas sûr qu’à la sortie de Sorry, we missed you, on ait encore envie, de commander par internet et de se faire livrer à domicile !

Antoine Cesano

 

 

Joker

 

Dès les premières minutes, le spectateur, scotché sur son fauteuil, est englouti dans l’univers sombre, terrifiant, inhumain de la ville de Gotham (New York) des années 70-80. Arthur Fleck, homme sandwich-clown essaie d’y survivre mais cette société qui méprise et maltraite les pauvres va l’engloutir.

La folie et la lucidité du personnage et ses éclats de rire incontrôlables et angoissants composent un mélange détonant dont le spectateur ne sort pas indemne et la fin de la projection apocalyptique a des résonances tellement actuelles !

Une mise en scène exceptionnelle, un scénario où poésie et terreur se côtoient, un acteur, Joaquim Phoenix (Joker) à l’interprétation hors du commun font de JOKER un film inqualifiable.

Antoine Cesano

 

 

Fête de famille

fete de famille

Andréa ( Catherine Deneuve) veut fêter joyeusement son anniversaire. Ce n’est pas la pluie qui gâchera ce rassemblement familial mais l’arrivée tumultueuse de la fille ainée (Emmanuelle Bercot) et l’apparente sérénité du repas vole en éclats.

Chacun y va de son histoire, les psychiatres ont des clients potentiels ! Romain ( Vincent Macaigne), le fils cadet, est un de ceux qui tient la corde.

Film d’un grand classicisme qui se veut « cocasse, comique et tragique » selon Cédric Kahn ( réalisateur et acteur). Les trente dernières minutes nous permettront , peut être, de nous souvenir de Fête de famille dans quelques semaines.

Antoine Cesano

 

 

La vie scolaire

la vie scolaire

Le collège et la cité populaire ne sont séparés que par un boulevard et l’un et l’autre sont intimement liés. Grand Corps Malade et Medhi Idir vont nous faire partager l’année scolaire d’une jeune CPE débarquée de son Ardèche, de l’équipe enseignante et de leurs élèves.

Les relations dans la communauté éducative ne sont pas simples mais personne ne baisse les bras. Quelle belle leçon de vie ! On frémit, on s’interroge, on s’émeut, on rit, on partage : tout sonne juste et vrai. Les réalisateurs ont choisi, pour la projection de la première de leur film, le collège où se déroule l’action : une belle récompense pour la centaine de jeunes acteurs amateurs ou figurants.

« L’Ecole est l’avenir de tous nos enfants, de l’humanité » déclare Grand Corps Malade. Merci à toute cette belle équipe de nous offrir, au moment de la rentrée scolaire, avec La Vie Scolaire, un cocktail de fraicheur, d’intelligence et de fraternité.

Antoine Cesano

 

 

Once Upon A Time... in Hollywood

once upon a time in hollywood

Quand on aime le cinéma, on ne peut qu’être en admiration devant l’œuvre de Tarantino et Once upon a time... In Hollywood est l’événement attendu de la rentrée cinématographique de Septembre.

Le créateur de Kill Bill a décidé de nous entrainer dans l’histoire du cinéma américain des années 60. Il ne lésine pas sur la durée de sa réalisation : 2h40 ! Il fait appel à des acteurs magiques : Brad Pitt, Léonardo Di Caprio, Al Pacino.

Mélancolie et nostalgie, avec une grande dose d’humour, tentent de nous passionner et finissent par nous lasser. Comme à son habitude (voir Inglourious Basterds), Tarantino s’arrange avec l’Histoire et ce ne sont pas les vingt dernières minutes époustouflantes, autour d’une Sharon Tate candide et ressuscitée, qui sauvent le film. 

Once upon a time : l’annonce du crépuscule du réalisateur de Django Unchained ? Un souhait : surtout pas !

Antoine Cesano

 

 

Parasite

 parasite

Deux mondes se côtoient : celui des Riches, celui des Pauvres (les parasites). Ils ne se connaissent pas, ignorent tout l’un de l’autre. Et les parasites vont arriver à pénétrer le monde des riches. 

Parasite, c’est tout à la fois, une comédie, un thriller, un film d’horreur, une satire sociale. Remarquable mise en scène, images percutantes, choix judicieux de musiques… virtuosité cinématographique. Le cinéma coréen, habitué à analyser les rapports sociaux, va, ici, perturber nos regards d’Occidentaux.

Le jury cannois a été unanime pour attribuer, à Parasite, la Palme d’Or, la critique presse l’a suivi dans son choix. Ne discutons pas l’avis de spécialistes mais octroyons nous le plaisir de revoir Douleur et Gloire, le dernier Almodovar, Palme d’Or de la Beauté et de l’Emotion !

Antoine Césano

le Jeune Ahmed

 le jeune ahmed

Avec Le jeune Ahmed, les frères Dardenne, comme à l’accoutumée, ne sont pas des adeptes de la facilité. Ahmed (13 ans), sous l’emprise de son imam va sombrer dans la radicalisation et rien ne l’arrête dans sa détermination. Sa mère, ses frères et sœurs, sa professeure, ses éducateurs, la tendresse de la jeune paysanne chez qui il est formé, ne sauront le stopper. Film grave, rude, où le spectateur, à tous moments, espère et désespère.

Les frères réalisateurs ne jugent pas mais témoignent avec lucidité. Une mise en scène sobre et glaçante, récompensée à Cannes, valorise de jeunes acteurs dirigés de main de maitre. Remercions les frères Dardenne d’être des témoins militants de l’Histoire.

Antoine Césano

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Municipales : que vont faire les gilets jaunes d'Aubagne ? +

    Mercredi 13 novembre, les gilets jaunes d'Aubagne qui depuis un an se retrouvent au péage de Pont de l'Etoile s'étaient donné rendez-vous pour réfléchir aux conditions et à la forme de leur présence pour les futures élections municipales à Aubagne. Lire la suite
  • La Provence en campagne +

    Mercredi 13 novembre, la réunion du conseil municipal avait à son ordre du jour le vote du Rapport d'Orientations Budgétaires 2020. A 4 mois des élections municipales, c'était bien sûr pour les divers groupes d'élus l'occasion de rentrer en campagne. Dans son compte rendu du 14 novembre, La Provence en Lire la suite
  • Des cantines bio à Aubagne +

    La nourriture de nos bambins est un sujet très en vogue partout en France. Certaines municipalités ont tenté le 100 % bio pour le plus grand bonheur des familles et des enfants. Les médias en font leur cheval de bataille, alors pourquoi pas à Aubagne ? Lire la suite
  • Le Napollon, un restaurant à connaître +

    "Le hasard fait bien les choses" dit-on. Pas sûr que cela soit toujours vrai. Mais le hasard qui nous a conduit au restaurant situé sur le bord de la RN 96 à Napollon et qui s'appelle "Le Napollon" a réussi son coup. Lire la suite
  • Audace écologique et proximité, c'est oui ! +

      Oui à un service public bâti pour l'audace écologique. Oui à une restauration scolaire en circuit court, en production locale et bio. Oui aux associations aubagnaises qui se battent sans relâche pour l'avenir de notre ville, de notre planète. Lire la suite
  • Budget d'Aubagne : des chiffres qui parlent +

    La réunion du conseil municipal de mercredi 13 novembre va voter une énième rectification budgétaire. Aucun intérêt en soi, sauf pour relever quelques chiffres qui illustrent parfaitement la politique de Gazay. Nous en avons noté quelques-uns. Lire la suite
  • L'AFC et le RCA vainqueurs ce week-end, l'OM dauphin du QSG +

    En Tennis, l'équipe de France féminine a remporté la Fed Cup ce dimanche face à l'Australie (3 à 2) grâce au succès dans le double décisif de la paire Kristina Mladenovic - Caroline Garcia (6-4 ; 6-3). En Ligue 1, Nice et Bordeaux font match nul en ouverture de la 14ème journée. Lire la suite
  • 1