Covid-19 : la culture en première ligne

covid19 la culture en premiere ligne

En ce moment de crise sanitaire exceptionnelle, personne ne peut faire abstraction du fait que ce ne sont ni les patrons du CAC 40, ni les 1% de ceux qui possèdent plus que les 99% restants qui "tiennent la baraque", mais les médecins, infirmiers-éres, aides soignant-e-s, brancardiers, hôtesses de caisse, fonctionnaires, transporteurs routiers, agriculteurs, etc... Les "jours d'après", pour reconstruire le monde, il ne faudra pas l'oublier. Pourtant, aujourd'hui et maintenant, nous ne pouvons pas faire l'impasse d'un monde en danger : le monde de l'art et des artistes, le monde de la culture.

Avec une facilité qui fait froid dans le dos et une absence de réactions, de débats et de controverses sur l'essentiel des chaînes d'infos (qui nous ont pourtant abreuvés de paroles en boucle pour nous répéter mille fois la même chose), le président de la république a annoncé qu'il faudra attendre la mi-juillet pour réfléchir à la tenue des Festivals et que les salles de spectacle, les musées, les cinémas, les théâtre resteront fermés jusque là.

Nous n'avons pas de crainte pour les "millionnaires" du cinéma ou de la chanson, mais pour des milliers d'artistes cela veut dire des carrières stoppées, voire brisées, des reconversions momentanées pour au moins 18 mois ou définitives, la décision de "changer de métier" et ne plus "faire l'artiste". Et cela ne voudra pas dire que la mort des artistes, cela voudra dire un recul sans précédent de l'art et de la culture. Un vrai recul de civilisation, au local comme au national.

Des carrières stoppées ou brisées, des reconversions momentanées ou définitives

Aimé Césaire disait : "La culture qui est passion et raison, intelligence, désir et volonté tout ensemble, la culture c'est au nom de quoi et ce pourquoi une civilisation se choisit" et André Malraux complétait par : "La culture, c'est ce qui répond à l'homme quand il se demande ce qu'il fait sur terre".

Alors soyons clair, nous avons entendu Macron affirmer qu'aucune entreprise ne sera laissée de côté "quoi qu'il en coûte", nous avons entendu la décision de verser des "primettes" de 500 à 1500€ au personnel qui a continué à travailler pour que la France tourne, nous avons entendu la décision de la distribution d'une aumône de 150€ "aux plus démunis", nous avons apprécié les aides forfaitaires, les reports "de charges", les prêts garantis par l'Etat aux entreprises, mais il faudra, aussi, et de façon massive aider financièrement les artistes pour que personne ne renonce.

Et cela est aussi vrai localement, à Aubagne. Le budget municipal doit être totalement repensé. Pour verser une prime de 1000€ aux agents territoriaux et réévaluer leurs rémunérations mensuelles, des aides financières et logistiques considérables doivent être mobilisées pour les commerçants, les artisans et les entreprises d'ici (arrêtons de faire rire la France entière avec la proposition du maire qui annonce que les commerçants n'auront pas à payer la redevance des terrasses sur le domaine public pendant le temps ... où ils ne l'ont pas occupé), nos agriculteurs devront trouver, ici, et de manière pérenne, de quoi écouler leurs productions et de les multiplier par deux ou par trois, mais il faut aussi s'engager pour que toutes et tous nos artistes locaux puissent avoir la possibilité de continuer leurs activités ... "quoi qu'il en coûte". TOUTES et TOUS nos artistes, sans aucune exception, sans tri ni choix.

Poursuite des activités des artistes locaux "quoi qu'il en coûte"

Cela va coûter cher au budget communal ? Oui ! Cela va faire remonter Aubagne sur la plus haute marche des "villes les plus endettées de France" ? Oui ! Ce sera notre fierté. La fierté de choisir la vie et la ville face aux boutiquiers de la comptabilité et de la dèèèèète. La fierté, ici, de choisir l'humain face à l'argent.

On pourra dire aux adeptes de l'austérité financière et humaine : "Oui, nous sommes la ville la plus endettée de France, mais nous avons un théâtre, une MJC, La Distillerie, un pôle culturel, un conservatoire, des expos de peintures, de photographies, un musée de la céramique et du santon, Argilla, des spectacles vivants pleins les rues, des immenses concerts pour la Fête des mères, pour la fête de la Paix, un magnifique feu d'artifice pour le 14 juillet, des initiatives culturelles dans toutes les maisons de quartiers, une dizaine d'écoles de danse, des compagnies de théâtre, des peintres dans la rue, et plein d'autres choses ... et on pourrait même faire une grande parade avec des dizaines de milliers d'Aubagnaises et d'Aubagnais comme ça a déjà eu lieu pour les 1000 ans d'Aubagne ! ... sans pouvoir faire revenir, hélas, Manu Dibango".

Et que personne ne s'angoisse. Aubagne remboursera sa dette, en son temps et à son rythme, pas à marche forcée pour faire plaisir aux banques et aux banquiers.

Antoine Monticellu

 

 

LE COIN DU LOL

  • Masques chaussettes +

    Masques chaussettes
  • bas les masques +

    bas les masques
  • Artistes +

    Artistes
  • Municipales 2020 premier tour +

    Municipales 2020 premier tour
  • Simple Item 11 +

    Simple Item 11
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

LE RAMI DES MAMIES

  • Sujet scabreux pour les Mamies +

    Sujet scabreux pour les Mamies Nos mamies, une fois n'est pas coutume, s'intéressent à l'art photographique. Il faut dire que l'actualité est particulièrement prolifique dans Lire la suite
  • Les Mamies se font du cinéma +

    Les Mamies se font du cinéma Et si la solution venait des salle obscures. Nos mamies qui suivent l'actualité de près ont entendu cette information selon Lire la suite
  • Les Mamies ne sont pas dupes +

    Les Mamies ne sont pas dupes L'automne est là, les feuilles tombent, surtout les feuilles d'impôt. Mais nos Mamies ne réagissent pas toutes de la même Lire la suite
  • Les Mamies et le 24 septembre +

    Les Mamies et le 24 septembre Fin septembre, il va y avoir beaucoup de choses. De là à mettre en péril la partie quotidienne de rami Lire la suite
  • Les calculettes des Mamies s'affolent +

    Les calculettes des Mamies s'affolent Ronde de milliards d'un côté, grignotage pour ne pas dire plus sur les plus démunis comme les chômeurs ou les Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Articles récents

  • Casier judiciaire : les candidats doivent s'engager ! +

    La confiance dans les élu-e-s est de plus en plus mise à mal. Depuis plus d'une décennie, les "affaires" qui ont défrayées la chronique des faits divers et qui impliquaient un élu-e n'ont pas cessé d'augmenter. Même si cela n'en concerne qu'une minorité, cela suffit à jeter le doute et Lire la suite
  • Mélin attaque Gazay +

    La député européenne RN Joëlle Mélin publie un communiqué où elle attaque la "gestion Gazay" sans ménagement. Lire la suite
  • Confirmation : Schipani est de retour +

    De temps en temps il arrive à Gérard Gazay de s'oublier et puis soudain de se dévoiler. Sa page Facebook, était ainsi particulièrement silencieuse depuis le début de la distribution des masques de la "famille Pretot". Soudain ce matin une vidéo publiée nous apporte son lot d'informations. Lire la suite
  • Gazay n'avance plus masqué : il ose tout... et Christine Pretot se réjouit +

    Gérard Gazay a sans doute cru, après le désastreux « masque-chaussette », que la commande des 50.000 masques réutilisables allait se dérouler sans vagues et redorer son blason. C’était sans compter sur la méfiance qui entoure ses actes. Il a tellement menti depuis 6 ans que tout ce qu’il fait, ou touche, Lire la suite
  • Insuffisances du maire d'Aubagne : les élus de gauche communiquent +

    Suite aux demandes avortées d'un véritable travail commun de tous les élus municipaux face à la crise sanitaire, les groupes de gauche au conseil municipal nous ont fait parvenir le communiqué ci-dessous. De leurs côtés, Sylvia Barthélémy pour le groupe UDI et Joëlle Mélin pour le RN ont fait parvenir Lire la suite
  • Aubagne : enfin, les "vrais" masquent arrivent +

    Huit jours après le déconfinement, la ville d'Aubagne va, enfin, du mardi 19 mai au samedi 23, distribuer un masque aux normes pour chaque Aubagnaise et chaque Aubagnais. Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités de retrait. Lire la suite
  • Alinéa Aubagne en cessation de paiement +

    Rien à voir avec le coronavirus, même si la crise sanitaire n'a fait qu'aggraver la situation, Alinéa, siège social Aubagne a été déclaré en cessation de paiement au Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • 1