Expo peinture : Le cercle des Ensorcelé.E.s


A priori, aucun rapport entre les toiles qui recouvrent le plafond du Cercle de l'Harmonie[1] et celles accrochées aux murs. Les unes, aux couleurs flashy, sont un tissage factice des araignées d'Halloween. Les autres, le vrai sujet de la soirée de vendredi : les peintures de Rodia, Isabelle et Noptud.

Aucun rapport « à priori », mais le hasard du calendrier a bien fait les choses puisque : « Cela nous donne l'occasion de revendiquer anticonformisme, tolérance, humanisme et liberté d'expression » nous confient les artistes. Par ces temps chaotiques ne ressentons nous pas dans ces termes une réaction à la menace partout présente de nouveaux procès en sorcellerie ?

Les âmes ensorcelées

Les peintures qui nous sont présentées, chacune dans un langage spécifique, ont quand même un point commun, tout comme leurs créateur·trice·s.

« Ces œuvres là ne sont pas « zen », une certaine gaîté apparente ne pouvant cacher les turpitudes et les interrogations d'âmes humaines que, dans un autre temps, on aurait dites ensorcelées » confient à nouveau les artistes.

Les sujets abordés et les approches techniques dans les œuvres proposées réunissent certes mais distinguent, fort heureusement, les gestes des un·e·s et des autres.

Isabelle Ehrhardt interroge la « figure » du sauvage. Est-ce l'homme primitif mais vivant ou l'homme moderne répondant aux critères marchands de notre société ? « Une ombre sans âme, une silhouette dénuée de personnalité » écrit Isabelle. Ce visage prend forme à partir de l'iconographie revisitée des dieux aztèques, du sorcier, de la magie. Isabelle pose sur la toile des masses de couleurs vives qui la guident ensuite vers les frontières dessinées du visage. Ou, inversement, ce sont les traits et les lignes qui forcent la couleur à apparaître. Sur les murs cela nous donne une série de regards dignes et libres. Le « sauvage » impose le respect.

Noptud, lui, s'impose les règles que l'on imagine présider dans l'antre d'un sorcier. Un certain état émotionnel doit tout d'abord être recherché avant d'aller « cuisiner » dans la « marmite » et la palette de ses couleurs les formes à venir. Un état de transe nécessaire nous dit-il. Il envoie sur ses toiles de formats différents des saillies colorées au service d'une abstraction lyrique. Il y a du nerf, de l'énergie dans les tableaux du peintre. De la poésie et du cosmique aussi.

Nous sommes peut-être un peu plus familiarisés avec la peinture de Rodia Bayginot. Elle nous propose ce soir 3 grands formats carrés et d'autres plus petits. L'écriture automatique, la graphie, comme point de départ et la superposition des interventions de l'artiste sur la toile donnent naissance à une vibration. Une force se dégage. Une lumière ombragée. Des formes baroques s'imposent prudemment au centre du tableau. « L'œuvre de Rodia Bayginot permet un fantastique voyage d'exploration autour d'un univers intime toujours côtoyé, jamais visité et dont la circonférence restera incertaine et le centre inconnu puisque la femme (fée ou sorcière) en est l'axe de gravité »[2].

Et voila qu'avec cette dernière citation le féminin apparaît et qu'une célébration des vraies sorcières (pas celles d'Halloween) pourchassées à cause de leurs singularités, de même que l' insistant « E » majuscule du titre de l'exposition se revendiquant d'une écriture inclusive, sont aussi mis à l'honneur dans cette exposition au Cercle.

On n’en sortira pas sans avoir été absorbé et possédé. C'est du moins ce que souhaitent les artistes.

Le sort en est jeté.

 

Jean-Luc Dimitri

 

 

[1] Cercle de l'Harmonie. Cours Beaumond, Aubagne.

[2] Extrait : Rodia Bayginot : la force de l'image. De Jean-Paul Gavard Perret

LE RAMI DES MAMIES

  • Les Mamies déboussolées de la zapette +

    Les Mamies déboussolées de la zapette Les gilets jaunes ont remplacé les feux de l'amour. On les voit sur toutes les chaînes d'infos. Pour se tenir Lire la suite
  • Gilets jaunes, gilets rouges +

    Gilets jaunes, gilets rouges Gilets jaunes, depuis presque un mois, la couleur jaune envahit la carte de France, les carrefours, les écrans et les Lire la suite
  • Les mamies : les municipales, si près, si loin +

    Les mamies : les municipales, si près, si loin Oui les municipales, on commence à en parler. Nos Mamies sont bien sensibles à ça. Et même si tout n'est Lire la suite
  • Les mamies : MDR +

    Les mamies : MDR Par moment, une franche bonne rigolade, ça fait du bien. Même si derrière on peut se poser des questions sur Lire la suite
  • Les mamies: décrochage +

    Les mamies: décrochage Une de nos mamies a pu partir en vacances. C'est peu me direz vous, une sur cinq. Mais elle, elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Articles récents

  • MERCI ! +

      Facebook nous annonce que notre page "www.facebook.com/mefiaubagne", vient de dépasser les 5 000 "J'aime". Nous avons, à ce jour, 5 161 abonnés. Lire la suite
  • Suppression des gardiens au service des sports +

    Ce matin, lundi 14 janvier, le personnel du service des sports de la ville d'Aubagne s'est vu attribuer des badges pour assurer l'ouverture et la fermeture des stades et des gymnases. L'objectif est de supprimer les postes de gardiens. Lire la suite
  • Défaites pour tout le monde sauf pour le RCA +

    En Ligue 1, le QSG reprend sa route et déroule devant Amiens (0 à 3), Lille conforte sa seconde place en battant Caen (1 à 3), alors que Lyon ne peut faire que match nul face à Reims (1 à 1) et Saint Etienne s'impose à Guingamp (0 à 1). Lire la suite
  • Repas solidaire le 14 janvier +

      A l'initiative de Yannick Besset, propriétaire du restaurant "Les Arômes" à Gémenos, deux événements étaient programmés à Aubagne pour les plus démunis : un atelier culinaire et un repas gastronomique. Lire la suite
  • Ecole maternelle de Beaudinard : panne de chauffage +

    C'est au moment où il fait le plus froid que les pannes de chauffage arrivent. Après la piscine du Charrel, c'est, depuis lundi, le tour de l'école maternelle Louise Michel. Lire la suite
  • Deflesselles et le double langage ! +

    Dans La Provence du 9 janvier, Bernard Deflesselles, député de la 9ème circonscription (Aubagne - La Ciotat), présente ses vœux à la population. C'est l'occasion pour nous de revenir sur son activité parlementaire. Lire la suite
  • Ypnova : il dessine comme il slame +

    Plus connu du public des lieux dédiés à la poésie urbaine aux slams sessions et autres scènes ouvertes, initiateur aux côtés de son ami « Jilbois » de ce rendez-vous d’été devenu incontournable à Aubagne « Le grand slam du micro de bois », présent chaque mois de mars dans la ville avec ses Caramantrans Lire la suite
  • 1