Angèle : les «Cartouns» tournent le film sur la scène du Comœdia


 

Les comédiens de la Compagnie Cartoun Sardines s'amusent à jouer sur scène le tournage d'Angèle, le film de Marcel Pagnol de 1934 adapté du roman de Jean Giono, Un de Baumugnes.

Un rail de travelling encercle une plateforme mobile. L'ensemble deviendra tour à tour les différents décors du film : la maison, la colline et le chemin, la cave ou la chambre d'hôtel... Dans de vertigineux tours de « manège », les comédiens sur le « chariot » jouent l'équipe de tournage, caméra et perche-micro simulées, pendant que d'autres, au centre, sur la plateforme, jouent les scènes du film. Puis on alterne, on se redistribue les rôles, on passe de celui de machiniste à celui d'acteur, on commente, on inverse les plans, on galèje,  le rail du travelling surmonté de son chariot devient soudain le chemin et la charrette tirée par le cheval de Clarius...

Pris dans le tourbillon du jeu des acteurs et de la scénographie, on se laisse posséder par ces mouvements combinés et incessants et, curieusement, on se pose une question : l'illusion, au cinéma -le vrai- produite par cette technique de prise de vue que l'on appelle : caméra contrariée - qui nous donne à voir des seconds plans qui changent de dimension pendant que le premier plan lui ne bouge pas- est-elle ici fortuite ou préméditée ?

Du « Cartoun Sardines » comme on aime

Les six comédiens prennent un malin plaisir à déjouer les codes, à vivre le théatre comme une joyeuse débandade dans une cour de récréation. Ils jouent des personnages certes mais aussi un arbre, une porte, un objet ou un animal de la ferme. La partition musicale du spectacle, écrite par Pierre Marcon, sublime le jeu. On retiendra cette transposition délirante de la scène dans le film où Albin appelle Angèle au son de son harmonica. Ici, c'est par un show endiablé, à la Elvis, sous des lights trépidants. Bref, du théâtre à la Cartoun Sardines. Décalé. Comme on aime.

Un style, une époque, une région, une poésie

Cette parfaite alchimie entre jeu des comédiens et dispositifs scéniques, cette « mécanique  théâtrale » bien huilée, pourrait n'être que ludique et accessoire et ce serait déjà du spectacle, mais l'intention ne s'arrête pas là. Avec beaucoup d'humour et de la distance par rapport à l'oeuvre originale mais dans un très grand respect du genre, du texte et des ressorts du drame, la pièce mise en scène par Patrick Ponce [1] attire notre attention sur d'autres aspects.
En 1934 nous sommes au début du cinéma parlant et c'est l'ambiance d'un tournage que la Compagnie nous fait partager, le tournage à La Treille et dans le décor naturel des barres de Saint-esprit. Les acteurs et les équipes techniques participaient alors à une aventure commune et découvraient ensemble les possibilités nouvelles offertes par le cinéma pour transmettre des émotions et raconter une histoire.

La pièce pointe le doigt sur ce qui aujourd'hui est pour nous banalisé et ce à quoi on ne prête plus attention : le gros plan, la contre-plongée, le travelling… Autant de techniques nouvelles qui étaient sur les plateaux à l'époque des découvertes cinématographiques et à l'origine d'un enthousiasme et d'une convivialité forte chez les acteurs et les techniciens.

« Avec Angèle, nous pénétrons dans l'authenticité d'un style, d'une époque, d'une région, d'une poésie » nous confie Patrick Ponce.

Un émotion intacte avec quand même un « parti pris » de résistance

Et puis il y a les thèmes : le déshonneur, l'autorité du chef de famille… Les Cartouns s'affranchissent et rafraichissent certaines scènes pour leur donner, avec humour, une résonance plus en phase avec les valeurs de notre époque - On retient cet « écart » de la compagnie, par rapport à l'oeuvre originale, qui dans cette création émancipe Philomène, la mère d'Angèle, de sa soumission au pouvoir du mari -

On préserve également l'émotion de certaines scènes du film. La truculence scénique se met alors en pause pour mieux focaliser sur l'intensité de certaines séquences, en particulier celle de la visite de Saturnin à Angèle, dans la chambre d'hôtel à Marseille ou encore ce moment où Clarius, fusil en mains, cède à la demande d'Albin «Je prends la fille et l'enfant » et « Quand il aura fini de grandir, au milieu de ses frères et sœurs, on ne saura pas lequel c'est » dit Albin. Moments clés de la pièce, selon moi, comme preuve de fidélité à l'oeuvre de Pagnol.

La création (c'était une première) d'Angèle au Comoedia samedi dernier par la Compagnie Cartoun Sardines, vient, après une résidence de 3 semaines sur place, un peu comme il y a quelques années avec la trilogie de la compagnie belge Marius (certains s'en souviennent encore) nous dégourdir joyeusement d'un rapport et d'un regard peut-être un peu trop ankylosés par un film, vu, revu, diffusé, rediffusé, jusque sur les places publiques les soirs d 'été.

Une oeuvre salutaire donc aujourd'hui à Aubagne.

  

Jean-Luc Dimitri

  

[1] Patrick Ponce est directeur de Cartoun Sardines. Il a réalisé la conception, l'adaptation et la mise en scène de la pièce.

 

Séances de rattrapage pour ceux qui n'étaient pas au Comoedia :

Vendredi 5 octobre 20h30 Théâtre Jean Le Bleu à Manosque
Jeudi 18 octobre 20h Théâtre Jacques Coeur de Lattes (Près de Montpellier)
Samedi 8 décembre 20h30 Théâtre de Fos sur mer
Du mardi 5 au samedi 9 février 2019 à 20h Théâtre des Bernardines Marseille.
Mardi 14 mai 2019 à 20h Théâtre de la Chaudronnerie La Ciotat 

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

LE RAMI DES MAMIES

  • Gilets jaunes, gilets rouges +

    Gilets jaunes, gilets rouges Gilets jaunes, depuis presque un mois, la couleur jaune envahit la carte de France, les carrefours, les écrans et les Lire la suite
  • Les mamies : les municipales, si près, si loin +

    Les mamies : les municipales, si près, si loin Oui les municipales, on commence à en parler. Nos Mamies sont bien sensibles à ça. Et même si tout n'est Lire la suite
  • Les mamies : MDR +

    Les mamies : MDR Par moment, une franche bonne rigolade, ça fait du bien. Même si derrière on peut se poser des questions sur Lire la suite
  • Les mamies: décrochage +

    Les mamies: décrochage Une de nos mamies a pu partir en vacances. C'est peu me direz vous, une sur cinq. Mais elle, elle Lire la suite
  • Les Mamies : feinte, tir et but +

    Les Mamies : feinte, tir et but Moment d'extase en ce mois de juillet, on oublie tout le reste. La France est championne du monde. De football, Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Un appel de la CGT des Territoriaux d'Aubagne +

    Après l'intervention télévisée du "Méprisant" de la République lundi soir, le syndicat CGT des Territoriaux de la ville d'Aubagne lance un appel à continuer et amplifier la mobilisation des salarié.e.s dans un communiqué que nous publions intégralement ci-dessous : Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 16 +

      Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, les allusions à l'épisode révolutionnaire de 1789 surgissent dans les discussions tantôt sous les traits de Marie-Antoinette, tantôt sous ceux de Louis XVI ou encore dans les revendications et les actions qui forgent l'histoire de ce mouvement qui a pris, comme Lire la suite
  • La dèèèèèèèèèteueuh +

    A chaque réunion du conseil municipal qui vote le budget, Mèfi revient sur la réduction de la dèèèèèète puisque Gazay en avait fait son objectif quasi unique dès le début de son mandat. Le conseil municipal sur le budget a lieu ce mercredi 12 décembre, c'est donc le moment d'un Lire la suite
  • Résultats des élections professionnelles à la métropole +

    Comme partout en France, les élections professionnelles ont eu lieu le 6 décembre à la métropole dont dépendent aujourd'hui les agents de l'ex-agglo du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. Nous vous donnons les principales caractéristiques des résultats de ces élections. Lire la suite
  • Les Veuves +

    Elles sont quatre et viennent de perdre leurs maris dans un braquage. Elles deviennent à leur tour « braqueuses » et prennent leurs avenirs en main. Dans l’Amérique d’aujourd’hui, Steve Mac Queen nous entraine dans une folle équipée. La corruption des Politiques y est dénoncée, la Femme, face à son destin, magnifiée Lire la suite
  • La Librairie du Lycée fermée définitivement +

    Ce matin, 7 décembre, la patronne de l'établissement l'a confirmé à un rédacteur de Mèfi : "La Librairie du Lycée est fermée définitivement". Lire la suite
  • Gazay habillé pour plusieurs hivers +

    Les élections professionnelles de la fonction publique ont eu lieu ce jeudi 6 décembre dans toute la France, et en mairie d'Aubagne. Les résultats, ici, sont sans équivoque, c'est un triomphe pour la CGT. Nous y rajoutons que c'est, aussi, un véritable camouflet pour Gazay qui en créant un syndicat Lire la suite
  • 1