Les femmes et le philosophe


les femmes et le philosophe : le phénomène du manspreading

Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège et donc que l'on impose, et c'est là le nœud du problème, à sa voisine le contact de notre cuisse ou une position inconfortable afin de l'éviter.

Raphaël Enthoven dénonce le fait que la nomination même de ce "phénomène" désigne l'homme comme unique responsable de cette pratique dans les transports en commun. 

Il considère que "genrer un problème, c'est le creuser au lieu de le résoudre" avant de faussement s'interroger : "L'homme est par essence un malotru qui s'étale sur ses voisins ?" 

La vérité est qu'au lieu de penser en philosophe ce matin-là, Monsieur Enthoven a joué les susceptibles en saisissant l'étendard soit disant déchiré et branlant du Genre Masculin donnant du grain à moudre, l'espace d'un instant, aux théories de "féminisation de la société" d'un certain Eric Zemmour. Je considère qu'en l'occurrence "genrer" ce problème, c'est commencer à le résoudre car cela permet de désigner la catégorie des "bourreaux" et celle des victimes. 

Philosopher, commenter, palabrer

L'ennuyeux dans cette affaire c'est justement le réveil soudain de Monsieur Enthoven et son intérêt tout aussi soudain pour le sujet du manspreading. A tout vouloir commenter, on finit par sombrer inévitablement dans une forme de "palabrage" vain et moralisateur. S'il peut être brillant parfois, dans le cas présent, sa réaction ne démontre qu'une chose : sa condition d'homme ne lui permet pas de comprendre le vécu de ces femmes confrontées, entre autres, à ce type de comportement.

D'ennuyeux, il devient franchement agaçant lorsqu'il soutient, les yeux dans les yeux, que le manspreading n'est pas un phénomène uniquement masculin. Je ne sais pas quel bus, quel métro, quel train prend Raphaël Enthoven mais je n'ai jamais croisé de femme assise dans l'un de ces transports en commun, les jambes béatement écartées à la vue de tout un chacun, recherchant ou se moquant du contact avec son voisin ou sa voisine. 

Le mépris de ceux qui luttent "en bas"

Quant au moment où le philosophe s'éprend de ce sujet, il est tout aussi dérangeant. La veille de la publication des articles sur le sujet, que faisait Monsieur Enthoven ? Pour se permettre de jouer au nuancé, à l'arbitre, au modéré, était-il sur le terrain à défendre les droits des femmes ? C'est d'autant plus insupportable pour celles et ceux qui, dans les associations, luttent véritablement contre ces comportements abusifs  de voir un philosophe, imbu de son savoir, venir porter sa bonne parole faisant fi de toute réalité et, plus grave, de toute connaissance, et donc de crédibilité.

Sur RMC, dans l'indétrônable émission "Les Grandes Gueules", à peu près dans le même registre, la nouvelle députée France Insoumise Danièle Obolo a été mise en difficulté par des journalistes de studio à propos de la réalité du sexisme ordinaire dont sont victimes les femmes. Olivier Truchot nous a dit, du haut de sa chaise à roulette, qu'on ne pouvait décemment pas comparer le "simple" harcèlement de rue dont sont victimes des femmes (sifflements, remarques désobligeantes ...) et ce qui se passait dans le quartier de la chapelle-pajol à Paris où les femmes sont clairement persona non grata ... Effectivement, on ne peut pas comparer les formes de harcèlement, les hiérarchiser encore moins. Cela a autant de sens que de comparer les crimes contre l'Humanité, à la manière d'un Dieudonné, que les Grandes Gueules ont d'ailleurs vivement critiqué au moment de la polémique. Si la franchise les caractérise souvent, pour la cohérence, on repassera !

L'insulte verbale, la remarque désobligeante, l'étalement de soi dans les transports en commun sans se soucier de la voisine, la main aux fesses, la remarque sexiste d'un responsable hiérarchique, la gifle, les sifflets (...) sont tous à mettre sur le même plan : celui de l'atteinte à la dignité d'autrui, à tout le moins. 

Patriarcat

La réaction de Raphaël Enthoven est toute entière imbibée du patriarcat ambiant qui fonctionne autour d'une logique infaillible : les femmes sont une minorité amie et soumise. Il n'est donc pas question que l'homme endosse l'entière responsabilité d'un comportement au mieux impoli au pire franchement pervers. 

Cette logique brise les murs de la décence si bien qu'un Donald Trump peut signer, entouré de ses amis masculins, un décret visant à "mieux" contrôler l'usage de leur corps par les femmes sans risquer l'opprobre, si bien qu'un musicien peut se mettre en scène au milieu de femmes dénudées et exhibées comme on exhibe des objets de valeur tout en s'attirant l'admiration de son public, si bien qu'une femme, qui n'a rien demandé ni suggéré, peut être réduite à sa seule attraction physique lors d'un entretien professionnel ou d'une interview journalistique, de sorte que son travail, son engagement ou son message, et donc sa dignité, passent en second plan. 

Je laisse, pour terminer cet article, la parole à John Stuart Mill, philosophe et économiste britannique du 19ème siècle : 

"Toutes les tendances égoïstes qu'on trouve chez les hommes, le culte de soi et le mépris des autres, prennent leur source dans l'organisation actuelle des relations entre les hommes et les femmes."

Alors changeons ! 

Camille Alexandre

Recherchez sur Mèfi!

GUIDE DUCHEMIN

  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • 1

CHRONIQUES CINÉ

  • L’Adieu à la nuit +

    L’Adieu à la nuit Aborder la question de l’adhésion à l’islamisme radical est un sujet complexe. André Téchiné a choisi de ne pas juger. L’amour unit ses personnages : Alex (Kacey Mottet Klein) va s’unir à Lila (Oulaya Amamra) en s’engageant jusqu’à la mort dans le Jihad, Muriel (Catherine Deneuve) adore son petit fils, ne Lire la suite
  • 1

TRIBUNE

  • Contre-édito du maire (avril 2019) +

    Contre-édito du maire (avril 2019) Le maire et son adjoint Giovanni-en-Provence font le point sur l'édito du mois d'avril. - T'as vu ? J'ai réussi à l'endormir l'autre rigolo de Mèfi avec ses contre-éditos bidons ! En Mars, y a rien eu ! - Faut dire, Monsieur le maire, qu'il n'y a pas que lui que vous réussissez à endormir Lire la suite
  • 1

LE RAMI DES MAMIES

  • Les élections municipales arrivent : les mamies sondées +

    Les élections municipales arrivent : les mamies sondées Eh oui mes amis, une de nos Mamies a été contactée pour répondre à quelques questions concernant les futures élections Lire la suite
  • les Mamies et le ripolinage +

    les Mamies et le ripolinage Ce qu'il se passe dans les médias turlupine bien plus qu'il ne faudrait nos Mamies. Pourtant ce n'est pas les Lire la suite
  • Les Mamies déboussolées de la zapette +

    Les Mamies déboussolées de la zapette Les gilets jaunes ont remplacé les feux de l'amour. On les voit sur toutes les chaînes d'infos. Pour se tenir Lire la suite
  • Gilets jaunes, gilets rouges +

    Gilets jaunes, gilets rouges Gilets jaunes, depuis presque un mois, la couleur jaune envahit la carte de France, les carrefours, les écrans et les Lire la suite
  • Les mamies : les municipales, si près, si loin +

    Les mamies : les municipales, si près, si loin Oui les municipales, on commence à en parler. Nos Mamies sont bien sensibles à ça. Et même si tout n'est Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7

Mèfi ! sur Facebook

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Réflexion[S]

Assises de l'environnement : l'ASDEL réagit

Nous avons assisté, au titre de l'association « Se déplacer en liberté » (l'ASDEL) aux assises de l'environnement. Parmi les cinq thèmes abordés celui de la mobilité nous a plus particulièrement intéressé. Lire la suite...

Les collines de Pagnol

Il y a 4 ans, je me promenais dans les collines et j'ai été obligé d'orienter des promeneurs perdus vers la grotte de Manon car des individus avaient arrachés les panneaux d'orientations posés par le "conseil général", c'est comme ça... Lire la suite...

L'ASDEL sur Radio Galère (88.4 FM) à 14 h

  Le lundi 29 avril à 14 heures, l'Association Se Déplacer En Liberté (ASDEL) bien connue dans le Pays d'Aubagne pour son expertise en matière de transport et de déplacements est invitée à s'exprimer sur Radio Galère 88.4 FM. Lire la suite...