UMP tellement décomplexée qu'elle écrit comme le F'Haine

Non, vous ne vous trompez pas ! Cette tribune n’est pas signée par la Majorité UMP d’Aubagne mais bien par la Majorité FN de Fréjus ! Tout y est : la longue introduction sur la « dette abyssale » dont est responsable la précédente équipe (en l’occurrence il s’agissait de l’UMP…), la nécessaire baisse des dépenses de fonctionnement, la non augmentation des impôts… Le tout agrémenté de références à la sécurité et assaisonné d’autosatisfaction. Remplacez le mot Fréjus par Aubagne, oubliez le dernier paragraphe et vous avez un texte en tout point identique à la communication de la nouvelle majorité municipale aubagnaise. Visiblement, M. Gazay ne s’est pas contenté de récupérer les voix du FN pour être élu, il s’est aussi approprié les mots…

David Jame

Indiscrétion

 
"De sources bien informées", nous venons d'apprendre que l'année Marcel Pagnol en 2015 (modestement appelée MP2015 ), sera annoncée à... Paris. Mais pas n'importe où : cela aura lieu au FOUQUET'S ! 
Sarkozy sort de ce corps ! Les restrictions budgétaires, bien sûr, mais pas pour tout le monde.
 
L'information divulguée (dénoncée ?) dans Mèfi les fera-t-elle changer d'avis ?
 
Antoine Monticellu

Aubagne ville morte : opération réussie !

Dimanche 16 h 30, la foule prend d'assaut les stands colorés et animés...

 

Encore une initiative qui a perdu de son ampleur. Le week-end de la biennale de l'Art Santonnier a été morose, avec un faible public, à peine 4 à 5 000 personnes d'après les responsables de la filière argile, juste un peu plus qu'une semaine "normale".

Bien sûr, le temps, du samedi surtout, n'a pas aidé. Mais toutes les biennales ont connu le froid, les orages, le mistral....et le beau temps de décembre. Toutes furent une réussite, un grand moment de fêtes et de partages, de présence de plusieurs dizaines de milliers de visiteurs venus d'ailleurs mêlés aux milliers d'aubagnais-es.

Ce ne fut pas le cas ce week-end: des stands expatriés au cours Barthélémy, posés sans imagination, sans aucune décoration, pas de liens entre les divers espaces de la ville, presque aucune troupe d'animation, des parkings de délestage et des navettes, désespérément vides,  peu de visiteurs extérieurs, un chiffre d'affaire en berne.

Aucune communication digne de ce nom dans la ville, rien, absolument rien à l'extérieur, pourtant, même Cuges pour son marché de Noël a investi dans des insertions publicitaires. Il n'y a pas de miracle, quand personne n'est informé personne, à part les habitués du marché, ne vient.

Redisons le, l'investissement dans la communication cela rapporte: 40 000 visiteurs (chiffre de 2012), c'est 1,2 million d'euros investi dans le commerce local.

On peut rajouter l'absence de décoration de Noël: de triste ronds-points, des illuminations sans éclat (quand on choisit le blanc, il faut que cela soit massif et souligné par de la couleur!).
 
Même la patinoire a perdu plus du tiers de sa surface et deux semaines de présence. 
 
Cette année Noël ce sera, "le grand waouh" avait annoncé l'élue à l’événementiel. Ce sera le "grand flop".
 
Certainement les partisans des restrictions budgétaires seront satisfaits, mais cela va conduire, inexorablement, à faire d'Aubagne une ville morte. En 9 mois, l'opération est quasiment réussie.
 
Antoine Monticellu

La Gratuité c’est dangereux !

Si vous êtes un spectateur fidèle des séances du conseil municipal aubagnais et si vous ne goûtez que modérément les interventions affligeantes de certains élus de la nouvelle majorité, vous devez attendre comme moi avec impatience celles de M. Bruno Foti, adjoint à l’éducation, avec l’espoir que son statut d’enseignant-chercheur à l’Université d’Aix-Marseille lui permette de remonter le niveau !

Lors du conseil du 2 décembre, nous avons été gâtés, l’universitaire a présenté plusieurs délibérations dont celle fixant à 1,7% l’augmentation des tarifs des activités d’éducation et de restauration. Et le niveau s’est en effet élevé de plusieurs crans quand l’adjoint au maire s’est risqué à assortir ses propos d’une citation de haute volée (car Monsieur a des lettres !) : « La Gratuité c’est dangereux ! »[1].

Cette sentence imparable venait en réponse à une intervention de Denis Grandjean, élu d’opposition, qui pointait le fait que rendre payantes les activités péri éducatives du vendredi après-midi c’était rompre la gratuité de l’école publique instaurée en 1881 par les lois Ferry (Jules pas Luc !). Faut-il alors déduire de la réponse de M. Foti que celui-ci considère l’école publique gratuite comme dangereuse ? Etrange point de vue pour un universitaire du XXIème siècle…

Mais l’idée n’est pas nouvelle. Voilà ce que disait, en 1880, Monseigneur Freppel, évêque et député d’Angers, lors des débats sur les lois Ferry à l’Assemblée Nationale : « Les hommes n’apprécient guère ce qu’ils ne paient pas ; ils cesseront d’avoir de l’intérêt pour une instruction donnée à leurs enfants sans sacrifice pécuniaire de leur part ».
Plus de 130 ans plus tard, l’Histoire a tranché : l’attachement, jamais démenti, du peuple français à l’école publique gratuite, laïque et obligatoire a démontré combien ce point de vue était erroné.

Monseigneur Freppel disait aussi : « … Ne craignez-vous pas, qu’après avoir réclamé pour les enfants le droit de recevoir gratuitement le pain de l’intelligence, on ne finisse par réclamer pour eux, le pain du corps, qui, après tout, ne leur est pas moins nécessaire ».

Et là, Monseigneur avait raison ! C’est bien de ça qu’il devrait s’agir aujourd’hui. De l’extension de la gratuité, non de son recul ! De son extension à tout ce qui est indispensable à la vie des humains en société : l’eau, la santé, les transports en commun, la restauration scolaire, les services culturels, le logement social…

« Une gratuité construite » comme dit Paul Ariès, « économiquement, politiquement, socialement, culturellement construite» car rendre gratuit un service, ce n’est pas nier son coût, mais seulement se débarrasser de son prix. Et l’on sait dans le pays d’Aubagne que ce type de construction est possible, l’Agglo l’a démontré en 2009 lorsqu’elle a rendu les bus gratuits.

Cela voudrait-il dire que la gratuité peut devenir une arme redoutable pour transformer notre société fondée sur le profit ?

En effet.

C’est pourquoi elle fait si peur aux conservateurs.

Et ce depuis plus de 130 ans… de Mgr Freppel à M. Foti.

Olivier Bosch

 

[1] Si le haut niveau de cette maxime ne fait aucun doute, son origine reste néanmoins sujette à caution. Est-elle tirée d’un livre de Daniel Picouly comme annoncé ou des « Brèves de comptoir » de Jean-Marie Gourio ?

Compte rendu alternatif du Conseil municipal

EN DIRECT DU CONSEIL MUNICIPAL - Séance du 2 décembre 2014

 

L’heure étant à l’austérité, je me contenterai d’un seul papier pour vous conter cette séance du mardi 2 décembre. Et laissant le soin de l’analyse de fond à d’autres camarades bien plus qualifiés que moi, je ne résiste pas à la facilité de vous proposer un nouveau « casting » et un verbatim (avec les vraies phrases des vrais élus).

 

LE CASTING

  • Gérard Gazay :

Très inspiré dans son interprétation d’Ubu Roi (sans l’humour de Jarry…), il a présidé la séance au gré de ses humeurs. Et visiblement, la cyclothymie le guette. Tour à tour agressif puis mielleux, excité puis somnolant, démonstratif puis lénifiant, il semble toujours aussi peu à l’aise dans sa fonction de Maire. Il a tendance à « surjouer » le personnage comme s’il n’arrivait pas à l’habiter. Notons un progrès cependant : il a laissé les rapporteurs présenter leurs délibérations (cf. notre chronique du 26 septembre). Peut-être un lecteur attentif de Mèfi ?

  • Sylvia Barthélémy :

Une suggestion au responsable du Protocole municipal, le distingué Philippe Mémoli* : Installez Madame Barthélémy sur une mezzanine ou sur un fauteuil d’arbitre (style tennis). Elle ne semble pas avoir compris qu’elle était Conseillère Municipale de la Majorité. Est-ce parce qu’elle n’est pas associée au fonctionnement de la Ville ? Ou parce que ses relations avec M. Gazay sont glaciales ? Ou peut-être tout simplement le spleen d’une 3ème défaite municipale en qualité de tête de liste ? Toujours est-il que Mme Barthélémy commente, juge, distribue les bons et les mauvais points en toute extériorité… et dans le vide.
(*Je vous conseille son site internet, cela donne une idée du personnage.)

  • Alain Rousset :

En voilà un pour qui le Conseil Municipal se joue davantage avec les yeux qu’avec les mots. D’une discrétion absolue (ses prises de paroles sont rares… et laborieuses), il scrute les faits et gestes de la salle, à l’affut de la possible compromission d’un employé municipal ou d’un représentant associatif avec les «socialo-communistes». Son regard panoramique nous offre à imaginer ce que sera Aubagne lorsque les caméras de vidéosurveillance seront installées.

  • Joelle Melin :

Obsédée par la tutelle budgétaire, qui tend à remplacer la peur de l’immigré dans les propos de l’élue FN, elle a voté la quasi-totalité des délibérations avec la droite locale. Ah si, quand même, une saillie contre le prochain concert de l’Orchestre National de Barbes organisé par la MJC. Pour le reste, le discours «décomplexé» de M. Gazay et de ses affidés est tellement proche des «standards» du Front National, que Mme Melin semble avoir du mal à se positionner. Pas vraiment dans l’opposition, pas tout à fait dans la Majorité.

  • Gérard Rampal :

Absent du Conseil Municipal, l’élu socialiste a donné procuration au représentant du MODEM Jean-Marie Orihuel. Elle doit être sympa l’ambiance à la section locale du PS….

  • Giovanni Schipani :

Le jeune (ou présumé tel) élu UMP est visiblement très heureux de siéger en Conseil Municipal. Clins d’œil permanents à ses amis dans la salle, intervention qui se veut cinglante à l’égard de l’ancien Maire, il pratique la politique comme on pouvait l’imaginer dans sa version caricaturale il y a cinquante ans. « Qu’on ait 20 ans, qu’on soit grand-père, quand on est c… »

  • Vincent Rusconi :

Il ne peut pas s’en empêcher… Vertement repris par la Directrice de cabinet après ses écarts lors du dernier Conseil municipal, il a joué la sobriété dans son intervention préliminaire en présentant la convention entre la Police Municipale et la Police Nationale. Et puis voilà que, sans prévenir, il dérape de nouveau, en indiquant qu’il avait eu accès à des mails de la Police Nationale critiques à l’égard de l’ancienne majorité municipale. On savait que M. Rusconi aimait bien jouer le rôle de sheriff, on ignorait qu’il s’essayait à celui d’agent secret…

  • La Direction Générale :

Nouveauté dans l’organisation du Conseil Municipal, la Direction générale de la Ville est désormais tenue d’assister au grand complet et derrière les élus aux séances dudit conseil. Les mines tristes et les regards absents de mes anciens collègues ne trahissent pas un enthousiasme débordant pour ce privilège…

  • Laurent Colombani :

La bonne surprise de la soirée ! Inconnu au bataillon (pour moi en tout cas), il a présenté avec pédagogie et sans outrance une délibération relative à l’aménagement du territoire. Souhaitons que ce compliment dans Mèfi ne le conduise pas à être convoqué dans le bureau du Premier adjoint pour intelligence avec l’ennemi…

  • Léo Mournaud :

Pas chanceux Léo ! La Ligue de Football prend un malin plaisir à fixer les matches de l’OM les soirs de Conseil Municipal. De fait, il a rarement décroché ses yeux de son Smartphone. Circonstances atténuantes, même lorsqu’il n’y a pas de foot, Léo Mournaud ne semble pas concerné par les débats…

  • Les Commerçants :

Un «esprit boutiquier» planait autour de ce Conseil Municipal. Imaginez Mmes Pellen, Rampal, Pretot philosophant sur le devenir du centre ville à partir des prismes respectifs de leurs commerces et de leurs chiffres d’affaires. Quelque chose a changé à Aubagne. Et ça fait un peu froid dans le dos….

  • Albert Novarino-Villecroze :

Un témoin digne de confiance m’a indiqué que le numéro 2 du FN local avait répondu à l’appel de son nom lors de l’ouverture de la séance. Il n’est donc ni fantôme ni momie. Dans un monde parallèle peut-être ?

 

LES MOTS POUR LE DIRE

  • Jeanine Levasseur, à propos de la vente d’une partie du patrimoine immobilier de la Ville à des opérateurs privés : « On vend à des gens qu’on a eu l’occasion de faire travailler ». C’est censé nous rassurer ?
  • Jeanine Levasseur toujours, répondant à une intervention de Stéphanie Harkane : « Vous êtes une ancienne élue… ». Quelqu’un peut-il expliquer à Mme Levasseur qu’en démocratie, le fait d’être dans l’opposition n’empêche pas d’être élu(e).
  • Gérard Gazay au moment du décompte des voix de la délibération 5 : « Mon compte est bon ! ». Pas tout à fait, mais on y travaille…
  • Gérard Gazay justifiant le recrutement de M. Raffin comme Directeur Général des Services : « le précédent DGS n’a pas souhaité rester ». Je confirme Gérard, je confirme…
  • Sylvia Barthélémy, participant au débat sur la décision budgétaire modificative : « Si je comprends bien, en six mois tout s’est effondré ? » Il n’est donc pas interdit à Mme Barthélémy de bien comprendre….
  • Gérard Gazay à Joelle Melin : « Vous avez des représentants dans votre Groupe, ils peuvent participer aux Commissions ». Pas sympa de se moquer de M. Novarino-Villecroze…
  • Gérard Gazay à propos de la baisse de subvention au CCAS : « Je félicite la directrice du CCAS pour avoir économisé 75.000€ ». Pas sûr que les ménages aux ressources modestes, auxquels cet argent public est destiné, s’en félicitent aussi…
  • Gérard Gazay toujours sur le même sujet : « Les 75.000€ de baisse du CCAS ne signifient pas que nous diminuons nos action à l’encontre des personnes défavorisées ». A ce stade là, ce n’est même plus du lapsus révélateur…
  • Joelle Melin à Gérard Gazay : « Le mépris ne remplace pas l’autorité ». Et au FN, l’autorité on connaît…
  • Philippe Amy lors de son intervention sur une délibération relative à des évènements culturels : « Moi, je suis un élu satisfait ». On est content pour lui ! Les acteurs culturels d’Aubagne eux, sont au mieux angoissés, au pire désespérés….

 

David Jame



Mèfi! combien de divisions ?

Quand on est repéré comme rédacteur de Mèfi! on n’échappe pas souvent à la question : ça marche ce site ? Vous avez combien de lecteurs ? Ils lisent quoi ?

Jusqu’à présent nous étions bien désemparés pour répondre à ces questions. Il y a bien la page Facebook qui nous permettait d’obtenir quelques maigres indications. En moyenne plus de 800 internautes (des utilisateurs uniques dans le jargon des fanas du web) passent par notre page Facebook chaque jour avec des pointes à plus de 2.500 notamment pendant le conflit des Atsem.

Facebook c’est bien beau mais, mais Mèfi c’est avant tout le site ! Alors, pour obtenir des statistiques plus poussées nous avons activé, depuis le 28 octobre, les statistiques permises par Google. Et nous sommes donc en mesure de vous dévoiler nos audiences pour le mois de novembre !

En un mois, vous avez été 3.296 à passer au moins une fois sur le site pour un total de 26.537 pages vues !

Nous sommes très fiers de ces résultats. Pour un site d’informations locales en ligne depuis le 11 juillet c’est un vrai succès obtenu grâce à vous, au bouche à oreille, aux liens partagés sur Facebook, à ceux envoyés par mails…

Rassurez-vous nous allons vite redescendre de notre petit nuage et continuer, avec vos suggestions, à travailler d’arrache pied pour améliorer le site, le rendre encore plus lisible, facile à consulter, avec des infos, des analyses et du désenfumage pour tous. Notre ambition : en faire un incontournable du « paysage médiatique aubagnais ».

Mais nous ne renierons pas notre ADN originel de Média Enervant Farouchement Immodeste à moins que ce soit Manifestement Energique Férocement Inclassable ou Militant Epuisant Franchement Iconoclaste…

 La rédac 

 

Aubagne : la CGT très largement en tête

La CGT, FO, la FSU et la CFTC se disputaient les suffrages des agents du service public communal aubagnais lors des élections professionnelles de ce jeudi 4 décembre. Avec 57,83 % des votants et 6 sièges sur 8 au Comité Technique, la CGT sort très largement vainqueur de ces élections. La FSU en se classant deuxième organisation syndicale (18,51% et 1 siège) devance de neuf voix FO (17,29% et 1 siege) et constitue la seconde surprise de ce scrutin local. La CFTC (6,35% et aucun siège) rate le pari de son implantation. Quand on cumule les scores de la CGT et de la FSU, à plus de 75% les municipaux d'Aubagne ont choisi la voie de la résistance aux politiques locales de droite.

Lire la suite...

Lettre à mon moulin

La destruction du Moulin de la Peyronne, un des derniers moulins sur l'Huveaune pouvant être restauré, est au menu du prochain conseil communautaire qui aura lieu le 15 décembre 2014. Il est situé entre La Tourtelle et le dépôt du Tramway à l'arrière des logements de l'opération Terre de Garance.

La chose se répand sur la toile à bonne allure. Et c'est bien. La Fédération des Moulins de France s'en fait largement l'écho en le mettant à sa une. Et elle n'est pas la seule. La pétition a déjà attiré 596 personnes depuis le 27 novembre où le premier signataire a pétitionné à 4h24. C'est bien la preuve que nous avons affaire à des gens qui savent à quel point la sauvegarde de ce patrimoine est important.

La nouvelle municipalité se réclame pourtant de la sauvegarde du patrimoine, alors pourquoi pas celui-là qui est l'un des derniers vestiges de cette époque où la Vallée de l'Huveaune était industrieuse et prospère ? Une réhabilitation aurait le grand mérite de créer un point supplémentaire à l'attractivité patrimoniale d'Aubagne d'où des retombées naturelles pour l'économie aubagnaise.

L'Agglo d'Aubagne risque d'en décider autrement. La pièce la plus spectaculaire, une roue hydraulique monumentale et quelques éléments remarquables, seront déplacés pour les mettre on ne sait encore où, et cela pour la modeste somme de 180 000€. Et oui, il faut un gros camion !

Pourtant des bénévoles et des associations travaillent à la sauvegarde du moulin depuis des années ; une étude très détaillée sur l'intérêt de la réhabilitation a même été réalisée par Marie-Gaël Bardon dans le cadre de la formation Gestionnaire de petites et moyennes structures à l'AFPA de Marseille et rendu en Mars 2014 avec des partenaires tels que la Région PACA et l'Europe. Il ne manquait plus que l'engagement de l'Agglo, propriétaire du moulin...  

La nouvelle présidente s'étant engagée à recueillir l'opinion du territoire par tous les moyens utiles, comme tous les amoureux de notre patrimoine, vous pouvez rejeter cette option en signant la pétition à l'adresse :

 http://www.petitions24.net/sauver_le_moulin_de_la_peyronne_aubagne

 

 Pierre Rodeville

 

 

La mairie de Marseille épingle les SDF avec un triangle jaune

Depuis le mois de novembre, la mairie de Marseille incite les sans-domicile à porter, de manière visible, une carte de secours. Un cordon est même distribué pour l’accrocher à un sac ou autour du cou. Mais problème, elle comporte un triangle jaune sur un côté.

Cette carte, dont 300 exemplaires, selon France 3, ont déjà été délivrés apporte des informations sur son porteur, comme ses allergies ou ses maladies chroniques, mais également la date de naissance, le médecin traitant, la personne à prévenir... Reste que ce triangle jaune est un symbole particulièrement dérangeant pour de nombreuses associations, comme la Ligue des droits de l'homme, qui relève la ressemblance entre cette carte et l'étoile jaune que les juifs étaient obligés de porter pendant la Seconde guerre mondiale...

Un collectif appelé "Le Jugement dernier", regroupant des personnes vivant dans la rue, appelle à manifester ce mercredi soir devant l'hôtel de ville de Marseille. « Sur ce badge [...] sera écrit le nom, le prénom de la personne et le numéro de sécurité sociale. Il y aura aussi les maladies chroniques que la personne a, comme le diabète, l'insuffisance cardiaque, mais aussi le VIH et la schizophrénie », s'insurge « Le jugement dernier ».

« Quelle est la logique de ce dispositif ? Qui donc pilote cette expérience, quel est le texte de loi qui l'encadre ? », interroge le collectif, qui dénonce une « discrimination » et « un dispositif qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire ».

Au-delà de la polémique du "triangle jaune", l'équipe mobile de la Croix-Rouge de Marseille, contactée par Europe 1, est dubitative sur le dispositif : « En maraude, les personnes dans la rue nous disent rarement leur nom même quand on les connait depuis longtemps, elles préfèrent donner un surnom », soulignent les bénévoles, en pointant la question des « libertés individuelles ». C'est délicat de demander à quelqu'un son numéro de sécurité sociale comme cela et puis porter cette carte autour du cou cela ressemble à une étiquette que l'on vous colle. »

Même réaction du côté du Secours Populaire de Marseille qui, ne voit pas vraiment « l'utilité » de cette carte pour des informations qui peuvent être facilement obtenues « en parlant, en dialoguant et en étant à l'écoute de la personne à la rue ».

Un hasard que cette mesure bureaucratique d’étiquetage d’une certaine catégorie de citoyens intervienne dans une municipalité UMP ? Pas certain, puisqu’elles sont devenues coutumières de cette stigmatisation des SDF. La mairie d’Antibes allant jusqu’à les chasser du centre-ville. A Aubagne la municipalité s'est pour l’instant contentée de "déplacer" la maraude à un endroit moins visible…

Gabi Monnier

La Laïcité n’est pas ce que vous croyez

A l'heure où la nouvelle municipalité UMP-UDI d'Aubagne organise sciement la présence du curé sur l'espace publique (lire Mèfi ici et ici à ce sujet) le "repaire du livre d'Aubagne" vous invite à une intéressante soirée débat ce jeudi 4 décembre à partir de 19 h 30 au Cercle de l'Harmonie (12 cours Beaumond) . Une rencontre-débat avec Pierre Dharréville* autour de son livre "la laïcité n'est pas ce que vous croyez".

La laïcité est le principe de séparation de l'État et de la religion. C’est un principe politique émancipateur fondé sur la liberté de conscience à l'abri de toute tutelle et de toute confiscation. La laïcité garanti les droits de tous, femmes et hommes, quels que soient leur genre, leurs revenus et leur religion s'ils en ont une.

Gabi Monnier

*Pierre Dharréville est journaliste et écrivain. Il est responsable des questions de démocratie au sein de l’Exécutif national du Parti communiste français et secrétaire de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône.

Recherchez sur Mèfi!

LE COIN DU LOL

  • Municipales 2020 premier tour +

    Municipales 2020 premier tour
  • Simple Item 11 +

    Simple Item 11
  • Point information jeunes +

    Point information jeunes
  • Dernier bilan avant liquidation +

    Dernier bilan avant liquidation
  • Gazay le Hun +

    Gazay le Hun
  • 1
  • 2
  • 3

Mèfi ! sur Facebook

GUIDE DUCHEMIN

  • Le Garage Burger +

    Le Garage Burger Le restaurant "Le Garage Burger" est un établissement de restauration rapide que vous devez absolument connaître. Situé à la sortie d'Aubagne, sur la droite en allant vers Napollon au 610 sur la D96, si vous êtes d'Aubagne ou des alentours, il faut vous offrir un déjeuner dans cet endroit au Lire la suite
  • 1

LE RAMI DES MAMIES

  • Sujet scabreux pour les Mamies +

    Sujet scabreux pour les Mamies Nos mamies, une fois n'est pas coutume, s'intéressent à l'art photographique. Il faut dire que l'actualité est particulièrement prolifique dans Lire la suite
  • Les Mamies se font du cinéma +

    Les Mamies se font du cinéma Et si la solution venait des salle obscures. Nos mamies qui suivent l'actualité de près ont entendu cette information selon Lire la suite
  • Les Mamies ne sont pas dupes +

    Les Mamies ne sont pas dupes L'automne est là, les feuilles tombent, surtout les feuilles d'impôt. Mais nos Mamies ne réagissent pas toutes de la même Lire la suite
  • Les Mamies et le 24 septembre +

    Les Mamies et le 24 septembre Fin septembre, il va y avoir beaucoup de choses. De là à mettre en péril la partie quotidienne de rami Lire la suite
  • Les calculettes des Mamies s'affolent +

    Les calculettes des Mamies s'affolent Ronde de milliards d'un côté, grignotage pour ne pas dire plus sur les plus démunis comme les chômeurs ou les Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

CHRONIQUES CINÉ

  • 1917 +

    1917   Film à grand spectacle et gros budget. Sam Mendès ( Spectre, Skyfall ) est un habitué du genre. Pendant deux heures, nous allons suivre l’épopée hors du commun de deux jeunes soldats chargés d’aller informer le commandant d’un régiment anglais du risque d’anéantissement de son unité, s’il part à l’attaque. Les Lire la suite
  • 1

TRIBUNE

  • Contre-édito du maire (avril 2019) +

    Contre-édito du maire (avril 2019) Le maire et son adjoint Giovanni-en-Provence font le point sur l'édito du mois d'avril. - T'as vu ? J'ai réussi à l'endormir l'autre rigolo de Mèfi avec ses contre-éditos bidons ! En Mars, y a rien eu ! - Faut dire, Monsieur le maire, qu'il n'y a pas que lui que vous réussissez à endormir Lire la suite
  • 1

Réflexion[S]

Municipales : le collectif V2V fait entendre sa voie

Le collectif V2V et ses responsables ont invité la presse afin de rendre compte de la démarche qu’ils ont récemment entreprise en direction de candidat·e·s aux élections municipales directement concerné·e·s par le projet voie de Valdonne,... Lire la suite...

Barthélémy relance les Gargues, Gazay la suit

Le projet d'Aménagement des Gargues porté par la SAPAG (Société Aubagnaise Pour l'Aménagement des Gargues) vient, spectaculairement, de refaire surface. Barthélémy d'abord, puis Gazay, en ont fait un projet majeur de leur futur programme... Lire la suite...

Gazay sacrifie la jeunesse : le personnel communal s'y oppose

Suite à la décision de Gazay et de sa majorité (avec l'adjoint à la jeunesse ?), de déplacer le Point Information Jeunesse dans des locaux exigus, les syndicats CGT et FSU des Territoriaux s'interrogent sur le sens réel de ce transfert.... Lire la suite...