La bonne gestion de Gazay

Qui va payer les chalets du marché de Noël qui sont arrivés sur l'Esplanade De Gaulle ? L'adjointe aux finances, au conseil municipal de décembre, a affirmé avec beaucoup de conviction que "Cette année, madame Barthélémy n'avait pas financé la ville d'Aubagne". Cette dépense n'est inscrite dans aucun budget des services de la ville. Est-ce le privé ?
 
Malgré toutes les dépenses supplémentaires en personnel (le salaire conséquent du DGS, le responsable au protocole, le responsable "Aubagne en direct", la spécialiste de la fourrière, les ASVP, le N°2 - N°1 ? - des services techniques, etc, etc), le chapitre "charge du personnel" de la délibération financière votée n'a pas évolué par rapport au budget prévisionnel.

Les élus de la nouvelle majorité n'ont pas su, apparemment, obtenir une subvention de plus de 400 000 € demandée au Conseil Général et inscrite au budget 2014. Aucune recette n'a été retirée à la délibération du dernier conseil municipal.

Et il se dit que les services ont été avertis que les dépenses de décembre, voire une partie de novembre, seraient imputées sur le budget 2015... et pour 2015, on cherche, toujours 3,5 millions d'euros pour atteindre l'équilibre.

Doit-on attendre le contrôle de la Chambre Régionale des Comptes pour en savoir plus ? Ou les élus de l'opposition vont-ils interroger les services de la préfecture ? Certainement, aussi, le compte administratif 2014 nous en dira plus.

Dans tous les cas, celles et ceux qui ont voté Gazay pour sanctionner la politique financière de l'ancienne majorité, elles et ils se sont fait avoir comme des bleus !

Antoine Monticellu

Noël blanc fait grise mine

L'ouverture du Noël blanc le 5 Décembre s'est faite sous la pluie... Le lendemain, ouverture de la Biennale de l'Art Santonnier, pluie et grisaille ont marqué aussi la journée... Il n'y a bien que le quotidien La Provence qui, dans son article du dimanche 7 pouvait se réjouir des couleurs des parapluies... On se contente de ce que l'on peut !

Lire la suite...

Du nouveau à gauche ?

 
Deux événements, à quelques jours de distance, méritent qu'on se pose la question et qu'on y regarde d'un peu plus près. Le jeudi 4 décembre, sur France 2, "Des paroles et des Actes",  Jean-Luc Mélenchon (PG), Cécile Duflot (EELV) et Benoît Hamon (PS) ont pu confronter leurs points de vue.
 
Le lundi 8 décembre, à Marseille, à l'initiative du club " Gauche Avenir ", Emmanuelle Cosse (EELV), Pierre Laurent (PCF) et Marie Noëlle Lienemann (PS) ont débattu des chemins d'une autre alternative.
 

Incroyable : Gazay réduit la mobilité des handicapés !

carte de stationnement

Depuis des années, les titulaires de la carte stationnement européenne, délivrée aux personnes à mobilité réduite (handicapés, personnes âgées...) bénéficiaient d'un abonnement gratuit pour les 5 parkings souterrains d'Aubagne, leur permettant de se déplacer avec facilité ou d'être accompagnés dans leurs démarches de la vie courante.

Lire la suite...

Le mal des transports

Le Préfet chargé de la mise en œuvre de la Métropole était l'invité de France 3 Région à 19h. Il a affirmé qu'il était nécessaire de rattraper les retards pris sur la politique des transports dans l'Aire Métropolitaine. Et pendant qu'il parlait, en fond d'écran, des images (magnifiques !) de notre tramway aubagnais en train de circuler  défilaient...

Sait-il bien que le projet a été rayé de la carte des transports par le maire UMP d'Aubagne et par la Présidente UDI de l'Agglo ? De quoi donner à tous ceux (et ils sont nombreux) qui utilisent le Tram, et à tous ceux qui ne l'utiliseront jamais dans sa prolongation jusqu'aux Paluds... le mal des transports !

Depardon : en toute humanité

depardon expo 2

Le Mucem accueille jusqu'au 2 mars les photos de Raymond Depardon. Une exposition qu'il serait dommage de laisser passer tant elle fait du bien à l'âme. Impressions

Lire la suite...

UMP tellement décomplexée qu'elle écrit comme le F'Haine

Non, vous ne vous trompez pas ! Cette tribune n’est pas signée par la Majorité UMP d’Aubagne mais bien par la Majorité FN de Fréjus ! Tout y est : la longue introduction sur la « dette abyssale » dont est responsable la précédente équipe (en l’occurrence il s’agissait de l’UMP…), la nécessaire baisse des dépenses de fonctionnement, la non augmentation des impôts… Le tout agrémenté de références à la sécurité et assaisonné d’autosatisfaction. Remplacez le mot Fréjus par Aubagne, oubliez le dernier paragraphe et vous avez un texte en tout point identique à la communication de la nouvelle majorité municipale aubagnaise. Visiblement, M. Gazay ne s’est pas contenté de récupérer les voix du FN pour être élu, il s’est aussi approprié les mots…

David Jame

Indiscrétion

 
"De sources bien informées", nous venons d'apprendre que l'année Marcel Pagnol en 2015 (modestement appelée MP2015 ), sera annoncée à... Paris. Mais pas n'importe où : cela aura lieu au FOUQUET'S ! 
Sarkozy sort de ce corps ! Les restrictions budgétaires, bien sûr, mais pas pour tout le monde.
 
L'information divulguée (dénoncée ?) dans Mèfi les fera-t-elle changer d'avis ?
 
Antoine Monticellu

Aubagne ville morte : opération réussie !

Dimanche 16 h 30, la foule prend d'assaut les stands colorés et animés...

 

Encore une initiative qui a perdu de son ampleur. Le week-end de la biennale de l'Art Santonnier a été morose, avec un faible public, à peine 4 à 5 000 personnes d'après les responsables de la filière argile, juste un peu plus qu'une semaine "normale".

Bien sûr, le temps, du samedi surtout, n'a pas aidé. Mais toutes les biennales ont connu le froid, les orages, le mistral....et le beau temps de décembre. Toutes furent une réussite, un grand moment de fêtes et de partages, de présence de plusieurs dizaines de milliers de visiteurs venus d'ailleurs mêlés aux milliers d'aubagnais-es.

Ce ne fut pas le cas ce week-end: des stands expatriés au cours Barthélémy, posés sans imagination, sans aucune décoration, pas de liens entre les divers espaces de la ville, presque aucune troupe d'animation, des parkings de délestage et des navettes, désespérément vides,  peu de visiteurs extérieurs, un chiffre d'affaire en berne.

Aucune communication digne de ce nom dans la ville, rien, absolument rien à l'extérieur, pourtant, même Cuges pour son marché de Noël a investi dans des insertions publicitaires. Il n'y a pas de miracle, quand personne n'est informé personne, à part les habitués du marché, ne vient.

Redisons le, l'investissement dans la communication cela rapporte: 40 000 visiteurs (chiffre de 2012), c'est 1,2 million d'euros investi dans le commerce local.

On peut rajouter l'absence de décoration de Noël: de triste ronds-points, des illuminations sans éclat (quand on choisit le blanc, il faut que cela soit massif et souligné par de la couleur!).
 
Même la patinoire a perdu plus du tiers de sa surface et deux semaines de présence. 
 
Cette année Noël ce sera, "le grand waouh" avait annoncé l'élue à l’événementiel. Ce sera le "grand flop".
 
Certainement les partisans des restrictions budgétaires seront satisfaits, mais cela va conduire, inexorablement, à faire d'Aubagne une ville morte. En 9 mois, l'opération est quasiment réussie.
 
Antoine Monticellu

La Gratuité c’est dangereux !

Si vous êtes un spectateur fidèle des séances du conseil municipal aubagnais et si vous ne goûtez que modérément les interventions affligeantes de certains élus de la nouvelle majorité, vous devez attendre comme moi avec impatience celles de M. Bruno Foti, adjoint à l’éducation, avec l’espoir que son statut d’enseignant-chercheur à l’Université d’Aix-Marseille lui permette de remonter le niveau !

Lors du conseil du 2 décembre, nous avons été gâtés, l’universitaire a présenté plusieurs délibérations dont celle fixant à 1,7% l’augmentation des tarifs des activités d’éducation et de restauration. Et le niveau s’est en effet élevé de plusieurs crans quand l’adjoint au maire s’est risqué à assortir ses propos d’une citation de haute volée (car Monsieur a des lettres !) : « La Gratuité c’est dangereux ! »[1].

Cette sentence imparable venait en réponse à une intervention de Denis Grandjean, élu d’opposition, qui pointait le fait que rendre payantes les activités péri éducatives du vendredi après-midi c’était rompre la gratuité de l’école publique instaurée en 1881 par les lois Ferry (Jules pas Luc !). Faut-il alors déduire de la réponse de M. Foti que celui-ci considère l’école publique gratuite comme dangereuse ? Etrange point de vue pour un universitaire du XXIème siècle…

Mais l’idée n’est pas nouvelle. Voilà ce que disait, en 1880, Monseigneur Freppel, évêque et député d’Angers, lors des débats sur les lois Ferry à l’Assemblée Nationale : « Les hommes n’apprécient guère ce qu’ils ne paient pas ; ils cesseront d’avoir de l’intérêt pour une instruction donnée à leurs enfants sans sacrifice pécuniaire de leur part ».
Plus de 130 ans plus tard, l’Histoire a tranché : l’attachement, jamais démenti, du peuple français à l’école publique gratuite, laïque et obligatoire a démontré combien ce point de vue était erroné.

Monseigneur Freppel disait aussi : « … Ne craignez-vous pas, qu’après avoir réclamé pour les enfants le droit de recevoir gratuitement le pain de l’intelligence, on ne finisse par réclamer pour eux, le pain du corps, qui, après tout, ne leur est pas moins nécessaire ».

Et là, Monseigneur avait raison ! C’est bien de ça qu’il devrait s’agir aujourd’hui. De l’extension de la gratuité, non de son recul ! De son extension à tout ce qui est indispensable à la vie des humains en société : l’eau, la santé, les transports en commun, la restauration scolaire, les services culturels, le logement social…

« Une gratuité construite » comme dit Paul Ariès, « économiquement, politiquement, socialement, culturellement construite» car rendre gratuit un service, ce n’est pas nier son coût, mais seulement se débarrasser de son prix. Et l’on sait dans le pays d’Aubagne que ce type de construction est possible, l’Agglo l’a démontré en 2009 lorsqu’elle a rendu les bus gratuits.

Cela voudrait-il dire que la gratuité peut devenir une arme redoutable pour transformer notre société fondée sur le profit ?

En effet.

C’est pourquoi elle fait si peur aux conservateurs.

Et ce depuis plus de 130 ans… de Mgr Freppel à M. Foti.

Olivier Bosch

 

[1] Si le haut niveau de cette maxime ne fait aucun doute, son origine reste néanmoins sujette à caution. Est-elle tirée d’un livre de Daniel Picouly comme annoncé ou des « Brèves de comptoir » de Jean-Marie Gourio ?

Recherchez sur Mèfi!

GUIDE DUCHEMIN

  • Le Napollon, un restaurant à connaître +

    Le Napollon, un restaurant à connaître "Le hasard fait bien les choses" dit-on. Pas sûr que cela soit toujours vrai. Mais le hasard qui nous a conduit au restaurant situé sur le bord de la RN 96 à Napollon et qui s'appelle "Le Napollon" a réussi son coup. Lire la suite
  • 1

CHRONIQUES CINÉ

  • Sorry, we missed you +

    Sorry, we missed you Il y a trois ans, Ken Loach affirmait que Moi, Daniel Blake serait son dernier film. Mais comment ce réalisateur militant pouvait il rester silencieux devant les ravages causés par un libéralisme débridé ? Avec Sorry, we missed you, c’est l’ubérisation de la société qui est mise en cause. Ricky, le père d’une famille Lire la suite
  • 1

LE RAMI DES MAMIES

  • Les Mamies ne sont pas dupes +

    Les Mamies ne sont pas dupes L'automne est là, les feuilles tombent, surtout les feuilles d'impôt. Mais nos Mamies ne réagissent pas toutes de la même Lire la suite
  • Les Mamies et le 24 septembre +

    Les Mamies et le 24 septembre Fin septembre, il va y avoir beaucoup de choses. De là à mettre en péril la partie quotidienne de rami Lire la suite
  • Les calculettes des Mamies s'affolent +

    Les calculettes des Mamies s'affolent Ronde de milliards d'un côté, grignotage pour ne pas dire plus sur les plus démunis comme les chômeurs ou les Lire la suite
  • Les mamies : toujours et encore les élections municipales +

    Les mamies : toujours et encore les élections municipales   Oui, après le temps des sondages, les différents protagonistes pour les prochaines élections municipales pointent le bout de leur Lire la suite
  • Les Mamies, on paye ou on paye pas ? +

    Les Mamies, on paye ou on paye pas ?   On en parle de partout et de plus en plus, la Métropole, le Sénat, n'en jetez plus la cour Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Mèfi ! sur Facebook

TRIBUNE

  • Contre-édito du maire (avril 2019) +

    Contre-édito du maire (avril 2019) Le maire et son adjoint Giovanni-en-Provence font le point sur l'édito du mois d'avril. - T'as vu ? J'ai réussi à l'endormir l'autre rigolo de Mèfi avec ses contre-éditos bidons ! En Mars, y a rien eu ! - Faut dire, Monsieur le maire, qu'il n'y a pas que lui que vous réussissez à endormir Lire la suite
  • 1

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Réflexion[S]

Pour une vision globale des transports

  Les transports, c'est bien souvent le début d'une journée de travail et bien souvent la fin d'une journée de travail. Les transports, c'est un outil de lien social. C'est donc un élément essentiel à améliorer sans cesse pour... Lire la suite...

Les transports à Aubagne : le scandale continue

Une concertation préalable sur le Chronobus a lieu actuellement sur le territoire d’Aubagne. De quoi parle-t-on ? Lire la suite...

Le Collectif Voie de Valdonne (V2V) mobilise

Le Collectif Voie de Valdonne avait invité les médias locaux (La Provence, La Marseillaise et Mèfi) à une nouvelle conférence de presse pour faire un point sur le dossier Valtram ou Train/Tram. Incontestablement cette association est... Lire la suite...