Municipales 2020 : peut-on parler du personnel communal ?


Municipales 2020 : peut-on parler du personnel communal ?

Après la proposition d'une charte des élus (lire ici) par Bob Acad, la réflexion sur une croissance zéro pour Aubagne (lire ici) par Joseph Lèsperd, c'est au tour d'Antoine Monticellu de nous faire des propositions concernant le personnel communal pour la prochaine mandature. Nous lui laissons la parole, en rappelant que ces propositions versées au débat pour les prochaines élections municipales n'engagent que leurs auteurs.

Depuis 2014, Gazay a réussi le tour de force de réduire le nombre global d'agents municipaux de 6%, dans le même temps où la masse salariale a augmenté de 11%. Et pourtant les salaires de la quasi totalité du personnel n'a pas varié. Quel est donc le problème ?

Pour répondre à cette question, il faut regarder la structure des emplois et les salaires par catégorie . En fait depuis 2014, Gazay n'a cessé, chaque année, d'embaucher des cadres de catégorie A (le sommet de la hiérarchie de la fonction publique territoriale) avec des salaires de plus en plus élevés. Allant jusqu'à recruter deux administrateurs hors classe (le sommet du sommet) réservés, en général, à des institutions de plusieurs milliers de salariés comme les Conseils Régionaux ou Départementaux.

Il me semble qu'après 2020, il faudrait s'inscrire dans une autre démarche. Aujourd'hui, le nombre de cadres A avoisine les 80. Sans aucun doute et sans AUCUNE conséquence pour la population, on pourrait réduire ce nombre d'au moins 1/3 et limiter le montant des hauts salaires. Avec une économie de 2 à 3 millions d'euros annuels pour la ville.

Réduire d'un tiers le nombre de cadres A et limiter leurs salaires

La moitié de cette somme serait réinvestie dans les budgets de fonctionnement des services ce qui représenterait une augmentation de près de 15% pour répondre aux besoins de la population sans toucher à la fiscalité.

L'autre moitié servirait pour recruter des agents supplémentaires (entre 5 et 10 chaque année, entre 30 et 60 pour une mandature) dans des secteurs où ils font cruellement défaut : propreté et entretien de la ville, maintenance quotidienne des bâtiments communaux, entretien des écoles et encadrement des enfants, animation et présence dans les quartiers. Avec cette même enveloppe et donc à budget global constant, il serait sans doute souhaitable, aussi, de revaloriser les primes de compétence municipale pour les catégories C.

Sans oublier, la nécessité de re-municipaliser la restauration scolaire en reprenant le budget généreusement distribué à la Sogérès/Sodexo.

Pour tous les autres secteurs, à quelques exception près, les effectifs devraient être maintenus.

La citoyenneté au coeur de la gestion du personnel

Bien sûr, tout cela mériterait (méritera ?) une négociation globale, ouverte et transparente avec l'ensemble des organisations syndicales.

Dans le domaine de la démocratie, il faudrait installer le principe que toutes les propositions présentées dans les instances représentatives du personnel (CT, CAP, etc ...) qui seraient rejetées par l'ensemble des représentants syndicaux ne pourraient pas être retenues.

Dans chaque service, le personnel devrait se réunir au moins une fois par an (en séparant les catégories A, B et C) avec un relevé des propositions qui serait rendu public et transmis à tous les élu.e.s, y compris d'opposition.

On peut compter sur les agents communaux et les organisations syndicales pour compléter, amender, modifier ces pistes. L'objectif est bien de valoriser le rôle de chacun.e et de leur donner une place centrale dans la mise en oeuvre de la politique municipale.

La citoyenneté (je me refuse personnellement à utiliser les mots de "démocratie participative" dont le sens a été particulièrement galvaudé et n'a servi qu'à des gesticulations sans effet dans le mandat précédent en ce qui concerne les agents communaux), la citoyenneté, donc, doit être au coeur de la gestion du personnel.

Antoine Monticellu

 

 

Recherchez sur Mèfi!

LE RAMI DES MAMIES

  • Les Mamies déboussolées de la zapette +

    Les Mamies déboussolées de la zapette Les gilets jaunes ont remplacé les feux de l'amour. On les voit sur toutes les chaînes d'infos. Pour se tenir Lire la suite
  • Gilets jaunes, gilets rouges +

    Gilets jaunes, gilets rouges Gilets jaunes, depuis presque un mois, la couleur jaune envahit la carte de France, les carrefours, les écrans et les Lire la suite
  • Les mamies : les municipales, si près, si loin +

    Les mamies : les municipales, si près, si loin Oui les municipales, on commence à en parler. Nos Mamies sont bien sensibles à ça. Et même si tout n'est Lire la suite
  • Les mamies : MDR +

    Les mamies : MDR Par moment, une franche bonne rigolade, ça fait du bien. Même si derrière on peut se poser des questions sur Lire la suite
  • Les mamies: décrochage +

    Les mamies: décrochage Une de nos mamies a pu partir en vacances. C'est peu me direz vous, une sur cinq. Mais elle, elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

TRIBUNE

  • Contre-édito du Maire (janvier 2019) +

    Contre-édito du Maire (janvier 2019)   Dans quelques jours, les cérémonies des vœux aux Aubagnais puis aux partenaires institutionnels et économiques de notre ville, vont me permettre, aux côtés des élus du Conseil municipal, de me rappeler la réalité de la vie à Aubagne et de ses administrés. Lire la suite
  • 1

CHRONIQUES CINÉ

  • Bohemian Rapsody +

    Bohemian Rapsody Et par la faute de votre chroniqueur préféré, Mèfi a failli ne pas parler de Bohemian Rapsody. Bohemian Rapsody, un chef d’œuvre qui, pendant plus de deux heures va passionner, émouvoir, enthousiasmer le spectateur. C’est l’histoire du groupe Queen et de son chanteur vedette Freddie Mercury. Groupe mythique, chanteur de Lire la suite
  • 1

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

GUIDE DUCHEMIN

  • L'inattendue, restaurant, tapas, cave à vin +

    L'inattendue, restaurant, tapas, cave à vin L'Inattendue est tout à la fois un restaurant "traditionnel", un bar à tapas et une cave à vin. Officiellement situé au 8 rue Hoche, c'est plus simplement un des restaurants de la si belle place Joseph Rau. Lire la suite
  • 1

Réflexion[S]

Gazay prépare le béton

Peut-être que le panneau ci-dessus ne vous dit rien ? C'est là qu'il y a quelques mois Kaufman & Broad nous annonçait la construction de 4 bâtiments en R+2 et R+3, juste en face de la médiathèque, à l'angle du chemin de Riquet et de la... Lire la suite...

Rue Rastègue : immeubles en péril imminent

Le drame de la rue d'Aubagne, à Marseille, a mis en lumière la nécessité de prendre des mesures drastiques immédiates, partout, pour empêcher que cela ne se reproduise. A Aubagne, qu'en est-il ? Lire la suite...

Deux soirées de la ville : deux échecs

Le 20 décembre, la ville d'Aubagne organisait deux soirées. La première, c'était la traditionnelle soirée de Noël pour le personnel communal et la deuxième, un temps festif pour les lycéens et les étudiants. Pour l'une et encore plus pour... Lire la suite...

Mèfi ! sur Facebook