Aménagement du Centre-Ville d'Aubagne : plus personne n'y croit


Aménagement du Centre-Ville d'Aubagne : plus personne n'y croit

Lundi 17 décembre, le maire avait invité la population aubagnaise à une nouvelle rencontre (la 3ème en 2 ans) pour présenter les "projets de requalification et de modernisation du Centre-Ville". Au total, 58 personnes dont deux enfants, la presse (La Provence, La Marseillaise et Mèfi), une dizaine d'élu.e.s et autant de représentants de l'administration ont répondu présent. Autant dire quasiment personne.

On se souvient qu'en octobre 2016, plusieurs centaines de personnes dans la grande salle de l'Espace des Libertés avaient pu assister à un grand show du maire et de son directeur des services techniques qui nous annonçaient, alors, que plusieurs dizaines d'hectares du Centre-Ville allaient être transformés et embellis dans les heures qui suivaient la réunion.

Nous avions même eu droit à cette audacieuse annonce de la part de Gérard Gazay : "Maintenant que les planètes sont alignées (Traduisez : maintenant que la droite est au commande de la Région, du Département, de la métropole et de la Ville), tout est possible pour Aubagne".

Il aura fallu attendre avril 2017 pour que le 1er adjoint, avec toujours le même directeur des services techniques et toujours à l'Espace des Libertés, nous précise que cette fois tout commençait réellement.

Plus de deux ans après, il faut bien chercher pour trouver ce qui a changé : 270 mètres de chaussées rues Rastègue, Martinot et Moussard. Rien d'autre !

Aménagement du Centre-Ville d'Aubagne : plus personne n'y croit

On comprend pourquoi, cette fois, les Aubagnais.e.s étaient conviés dans une petite salle de l'Espace des Libertés où on avait aligné 80 chaises dont plus de 20 sont restées inoccupées.

Après les quelques mots traditionnels de remerciement du maire "à celles et ceux qui ont bravé le froid pour venir" (il fallait bien trouver une excuse !), le technicien en chef nous décrivait le programme des travaux à venir.

Quelques mots préalables pour nous indiquer que l'essentiel de "la modernisation" du Centre-Ville (Bras d'Or, Antide Boyer, Foch, Gare et ailleurs...) a été confié à la métropole et se ferait "après 2020", après une vaste concertation (en fait, une grande campagne de communication). La Soléam qui s'est illustrée à Marseille, va-t-elle bénéficier de cette concession d'aménagement ? Sans doute. On peut donc penser que cela sera aussi efficace et rapide que pour lutter contre l'habitat indigne dans la capitale phocéenne.

Puis, toujours le même "technicien", resserre son propos sur les aménagements prévus par la ville d'Aubagne. Il nous parle du Cours Beaumond, de la rue de la République pour conclure qu'en fait la commune ne peut se pencher "pour l'instant" que sur la voirie ("c'est son seul domaine de compétence") de la Place de l'Horloge, Loulou Delfieu et Barthélémy (le cours !). On apprendra dans la soirée, à l'occasion d'une question sur les parkings, que même la place Sicard est exclue du projet ("Ce sera pour la métropole... et dans un temps pas encore défini" confiera le maire).

Avec des travaux "de la même ampleur" que pour Rastègue : il y aura des pavés sur la place de l'Horloge, deux plateaux traversants, les trottoirs seront élargis, de la végétation (peut être !) séparera Delfieu de Barthélémy et il n'y aura plus qu'une voie de circulation sur ces deux avenues.

En clair, on va refaire la voirie sur 200 mètres de plus. Peut-être le cap des 500 mètres au cours du mandat sera-t-il franchi. Pharaonique !

Le maire, qui sent bien que cela ne fait pas le compte et qui mesure le ridicule de la situation, se lance dans un discours d'un bon quart d'heure supplémentaire, totalement improvisé, pour nous expliquer qu'il faut beaucoup de temps aux projets pour aboutir et que cela avance "à la vitesse qui est possible", que la métropole de Marseille va venir s'occuper de tout et il nous refait le coup des transformations prévues au Bras d'Or, Antide Boyer, etc, etc... mais il faut avoir beaucoup de patience.

Il nous confirme, au passage, que le Macdo du Bras d'Or va partir, ce que Mèfi a déjà annoncé il y a deux ans. A la place, nous aurons droit à un vaste programme de logements. La bétonisation va envahir, aussi, le centre ville. On comprend pourquoi certains élus se sont reconvertis dans des agences immobilières.

Deux anecdotes significatives :

- le directeur des services techniques qui, venant de Marseille, découvre Aubagne tous les jours - il nous parle d'ailleurs du patrimoine d'Aubagne comme de celui du Vatican, en lisant le Guide Michelin et en regardant de vieilles cartes postales - ne se souvenait pas du nom du boulevard de la mairie (à moins que ce soit le nom de Jean Jaurès qui lui pose problème ?).

- dans une réponse faite à un participant, le même directeur affirmait "que l'argent public devait favoriser l'argent privé". 

Tout était dit. La soirée n'était pas perdue puisque nous connaissons enfin la philosophie qui préside aux décisions municipales depuis avril 2014. Les promoteurs immobiliers, les géants du béton et les banques d'affaires ont de bonnes raisons d'applaudir aux destinées d'Aubagne.

Claude Bernardi

 

 

Recherchez sur Mèfi!

LE RAMI DES MAMIES

  • Les mamies : toujours et encore les élections municipales +

    Les mamies : toujours et encore les élections municipales   Oui, après le temps des sondages, les différents protagonistes pour les prochaines élections municipales pointent le bout de leur Lire la suite
  • Les Mamies, on paye ou on paye pas ? +

    Les Mamies, on paye ou on paye pas ?   On en parle de partout et de plus en plus, la Métropole, le Sénat, n'en jetez plus la cour Lire la suite
  • Les élections municipales arrivent : les mamies sondées +

    Les élections municipales arrivent : les mamies sondées Eh oui mes amis, une de nos Mamies a été contactée pour répondre à quelques questions concernant les futures élections Lire la suite
  • les Mamies et le ripolinage +

    les Mamies et le ripolinage Ce qu'il se passe dans les médias turlupine bien plus qu'il ne faudrait nos Mamies. Pourtant ce n'est pas les Lire la suite
  • Les Mamies déboussolées de la zapette +

    Les Mamies déboussolées de la zapette Les gilets jaunes ont remplacé les feux de l'amour. On les voit sur toutes les chaînes d'infos. Pour se tenir Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7

GUIDE DUCHEMIN

  • Une nouvelle équipe à la boulangerie-pâtisserie de la Tourtelle +

    Une nouvelle équipe à la boulangerie-pâtisserie de la Tourtelle Depuis le 3 juin dernier, Nicolas Bernard et son équipe vous accueillent dans la boulangerie-pâtisserie de la Tourtelle. Beaucoup de travaux ont été réalisés pour que la clientèle soit dans de bonnes dispositions. Lire la suite
  • 1

CHRONIQUES CINÉ

  • Parasite +

    Parasite Deux mondes se côtoient : celui des Riches, celui des Pauvres (les parasites). Ils ne se connaissent pas, ignorent tout l’un de l’autre. Et les parasites vont arriver à pénétrer le monde des riches. Parasite, c’est tout à la fois, une comédie, un thriller, un film d’horreur, une satire sociale. Remarquable Lire la suite
  • 1

Mèfi ! sur Facebook

TRIBUNE

  • Contre-édito du maire (avril 2019) +

    Contre-édito du maire (avril 2019) Le maire et son adjoint Giovanni-en-Provence font le point sur l'édito du mois d'avril. - T'as vu ? J'ai réussi à l'endormir l'autre rigolo de Mèfi avec ses contre-éditos bidons ! En Mars, y a rien eu ! - Faut dire, Monsieur le maire, qu'il n'y a pas que lui que vous réussissez à endormir Lire la suite
  • 1

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Les vieux fourneaux : ils reviennent +

    Les vieux fourneaux : ils reviennent Pour notre plus grands bonheur, cette bande de mamies et papis loufoques mais terriblement rebelles, reviennent avec ce tome 5 Lire la suite
  • Into The Wild de Jon Krakauer +

    Into The Wild de Jon Krakauer Chris MacCandless est un jeune étudiant qui, au lendemain de l'obtention de son diplôme, prend la route pour trouver, à Lire la suite
  • De l'inconvénient d'être né de Cioran +

    De l'inconvénient d'être né de Cioran    Emil Cioran dit Cioran est un philosophe né en Roumanie mais qui a vécu en France dès 1937. Dès lors il Lire la suite
  • Zéro de Conduite de Michel Onfray +

    Zéro de Conduite de Michel Onfray     Michel Onfray n'est pas connu pour dire les choses avec tact. Son ton monocorde fait presque tout passer Lire la suite
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson +

    Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson     Sylvain Tesson est communément présenté comme un écrivain aventurier, qui est "atteint" de cette passion extravagante de monter Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Réflexion[S]

COPIL Valtram : confirmation de l'enfumage électoral

Le 5 juillet a eu lieu le Comité de Pilotage du projet Valtram. Roland Blum, vice-président aux transports de la métropole Aix-Marseille présidait cette réunion. Elle a duré une heure. Le temps pour celles et ceux qui ont les yeux grands... Lire la suite...

Gazay à coeur menteur

Avec son édito dans l'AJJ du mois de juin, Gazay se trompe : Aubagne n’est pas "l’ile aux enfants". Comment peut-on faire confiance à un être humain qui ment de cette manière, et quels sentiments peuvent avoir les Aubagnais s’ils... Lire la suite...

Le collectif V2V inquiet pour le Valtram

Jean Pugens (sur la photo), porte parole du collectif Voie de Valdonne (V2V), et son comité donnaient une conférence de presse, ce lundi 2 juin au restaurant "Le Borsalino", pour faire le point un an après la création de l'association. Lire la suite...