Le bon sens populaire et le Chrono Bus

marsiglia

Le bon sens populaire se nourrit de dictons, dit-on. « Qui paie Odette s'enrichit », « A bon armateur chalut »... Et bien d'autres encore.

Rassurez vous, ce n'est pas de moi, mais ce sont les paroles d'une chanson « les proverbes nous emmerdent » d'Allain Leprest, chanteur que j'adore (court moment culturel, on a les références que l'on peut). Alors, que penser du cultissime proverbe : « gouverner c'est prévoir ». Pourquoi me direz-vous cette introduction ?

C'est que dernièrement, ma circulation autoroutière a été entravée par la réfection de la chaussée entre le pont de la Planque et le pont de Lamagnon (route de Gémenos). Certes cette voie nécessitait quelque attention, si peu. Mais !!

Eh oui, il y a un mais, des questions sans réponses de ma part sont venues me perturber. C'est pour cette raison, que je sollicite votre avis.

Nous savons (de Marseille) qu'elle sera utilisée par le futur Chronos Bus, prévu il me semble pour le début des années 2020. Fallait-il donc dépenser l'argent des contribuables pour faire ces travaux ?

Deux hypothèses en relation avec notre proverbe :

  • On peut nous rétorquer que la rénovation intègre le futur projet, et que cela est donc de l'anticipation programmée. Et alors là, chapeau messieurs. J'avoue que je n'y crois pas trop.
  • On peut imaginer que rien n'a été prévu dans ce sens, et que nos gestionnaires sont un peu justes.

Y-a-t-il d'autres possibilités ? C'est là que votre avis m'intéresse.

Car, cela pose la question de la réalité du Chronos Bus. Ces travaux ne pouvaient-ils pas être intégrés à la réalisation du Chronos Bus ? Donc prévoir toutes les infrastructures qui vont avec (nous l’espérons), telles que les cheminements piétonniers, les pistes cyclables, etc.

Le Chronos Bus n'est il pas une fois de plus de l'enfumage qui hélas a des conséquences importantes sur la desserte nécessaire de la zone des Paluds ?

Rappelons que la finalité du tramway, outre la rénovation du centre ville, était de favoriser l'échange de déplacements alternatifs entre ce centre ville et la zone industrielle. Cette réalisation avait une réelle vision pour l'avenir.

Bon sens, mais c'est bien sûr (pour les plus vieux d'entre nous) !

Maurice Marsiglia

Gerard Gazay un maire attentionné

Daniel Fontaine

On connaissait l’amour du Maire pour les enfants des écoles publiques mangeant à la cantine.

On connaissait l’attachement du Maire pour les associations de solidarité et en particulier pour le SPF et les Restos du Cœur.

Pour nos petits, on supprime le service public de restauration, pour les seconds, on les expulse et on leur offre l’indignité !

Mais on ne connaissait pas encore, même si on s’en doutait, l’attention du Maire pour les aides ménagères à domicile.

Les aides ménagères à domicile, ce sont les personnes qui, plusieurs fois par semaine, se rendent chez les personnes âgées pour les aider à faire leur ménage, pour les accompagner dans leur achats et surtout, aussi, pour leur apporter quelques heures de compagnie, de bonheur partagé. Combien de liens d’amitié se sont, ainsi, tissés.

Ce service est un service public. 56 aides à domicile le composent. Il octroie 8000 heures de présence par mois. Il a, par l’équipe municipale précédente, était conforté, son personnel a été majoritairement titularisé.

Et Gérard Gazay et son adjointe déléguée ont décidé de porter toute leur attention à ce personnel dévoué.

Désormais, ce ne sont plus que 5000 heures par mois qui seront réservées à ces interventions à domicile, près de cent bénéficiaires verront leur aides supprimées, près de 18 personnels vacataires seront licenciés, plus aucun nouveau dossier ne sera traité et les files d’attente seront orientées vers le privé.

Décidemment, l’attention de Gérard Gazay n’a pas de limite.

La médaille en chocolat de la solidarité, qui lui a été attribuée, était vraiment bien méritée !

 

Daniel Fontaine

Maire honoraire d'Aubagne

Petite musique lancinante

Non je ne vais pas parler de la fête de la musique considérablement amoindrie...

Je ne parlerai pas non plus des fifres et tambourins que j'aime mais qui ont furieusement remplacé les audaces de musiques actuelles !

Pas non plus de l'existence salutaire d'artistes locaux qui continuent à créer, malheureusement encore trop en sourdine !

En fait la petite musique lancinante dont je veux parler n'a rien à voir avec l'harmonie des notes et le plaisir des oreilles. Mais alors vraiment rien !

Il s'agirait plutôt de propos cacophoniques bien que banalisés et sans doute trop peu audibles pour nos concitoyen/ne/s.

De manière récurrente on entend notre maire et ses adeptes (heureusement assez peu nombreux)

Pour qualifier l'action municipale ils/elles prononcent inlassablement, quitte à nous lasser, "assainissement des comptes", "transparence", "rayonnement de la ville", "sécurité"... Ils osent même les mots de démocratie et solidarité, convivialité ! Quand on connait la réalité bien morose de cette ville aujourd'hui et les pratiques tellement opposées à ces termes qu'utilise la municipalité, on se dit que les vieilles recettes consistant à déclarer et agir en sens contraire, sont bien à l'ordre du jour ici ! La preuve par tout ce que dénoncent les élus de notre opposition, les citoyen/ne/s qui subissent cette politiques, les agents en souffrance, les colonnes de Mèfi et l'entrée de Marseille dans notre commune sous l'œil bienveillant du Maire... Utiliser un champ lexical qui rassure alors qu'on met en danger l'humanité, voilà qui n'est pas neuf mais qui peut tromper encore un temps !

Voilà comment ils qualifient l'opposition alternative : "vous êtes dans la politique politicienne", "vous êtes les extrêmes", "vous n'avez rien compris"...  Adepte de Nicolas Sarkosy et membre convaincu à défaut d'être éminent de "les républicains", le maire emploie le terme "politique politicienne" attribué aux autres : ça laisse rêveur, surtout après deux ans d'un mandat où les mensonges sont légion (restauration scolaire, associations, finances...) ! Deux ans où les pratiques sont les mêmes que celles des politiciens rejetés par l'opinion publique : recrutement des amis, austérité pour la majorité, luxe pour une minorité...

On connait la musique! 

Quant au qualificatif "extrême" qui voudrait marginaliser un courant de pensée qui refuse de se courber sous les effets de l'air du temps, posons-nous quelques instants.

Extrêmes, celles et ceux qui veulent que l'argent public serve les habitants pour leur bien vivre ? Revendiquer les droits fondamentaux ?

Extrêmes, celles et ceux qui ne veulent pas que l'on casse les services qui y contribuent et avec eux les femmes et les hommes qui y travaillent ?

Extrêmes encore, celles et ceux qui pensent que nous souffrons d'un déficit assourdissant de démocratie ?

Extrêmes aussi celles et ceux qui pensent toujours qu'un autre Monde est possible ? Qu'il est dans celui-là et qu'il commence dans les villes, y compris dans la nôtre sourdement repliée et fermée sur elle même ? (sauf pour l'argent des multinationales !)

Il est extrêmement réjouissant de voir qu'ailleurs, il y a celles et ceux qui allument des réverbères d'espoir, en Espagne par exemple, jouent une partition différente et bien loin de cette politique poussiéreuse, atone, si pauvre en notes symphoniquement créatives ! 

Et, du coup, on peut reprendre le goût des belles choses, des audaces indignées, des morceaux choisis et pas subis, le concert doit commencer à se travailler en rires et en chants!

Envoyez et envoyons l'Autre musique !!!

Magali Giovannangeli

Jacqueline Sauvage : je suis en colère !

J'ai entendu, comme vous toutes et tous, la décision de justice qui décide, vendredi 12 août 2016, de maintenir Jacqueline Sauvage en prison. Son mari l'avait battue pendant 47 ans, il avait violé ses filles. Au bout de cet enfer conjugal, elle avait décidé de le tuer.

Devant une mobilisation citoyenne exceptionnelle, cette femme de 68 ans obtenait, en janvier dernier, une grâce présidentielle partielle. Cela ouvrait la porte à une demande de libération conditionnelle. C'est cette demande que le tribunal d'application des peines de Melun vient de rejeter.

Le fondement de la décision est basée sur le fait qu'elle n'accepte pas d'être une coupable et qu'elle pense être (trop ?) une victime. Les juges considèrent qu'elle est "encouragée à se cantonner dans un positionnement de victime, sans remettre en cause son fonctionnement psychique personnel".

Mais bien sûr qu'elle est victime ! Ne pas le crier, c'est accepter une justice digne du Moyen Âge. Aucune lecture du Code de Procédure Pénale ou de la Constitution ne pourra me convaincre du contraire. Aucune explication rationnelle ne fera baisser ma colère. C'est, tout simplement inacceptable. Et je ne l'accepte pas.

J'ai entendu et lu : "Heureusement que la justice n'est pas perméable à l'opinion". J'ai entendu et lu : "C'est la parole présidentielle qui est bafouée". J'ai entendu ou lu : "C'est un réflexe de défense corporatiste des magistrats".

Mais je m'en fous de tout ça ! Quel message envoyons-nous à toutes les femmes victimes de violences conjugales, déjà terrorisées à l'idée de dénoncer ce qu'elles subissent ?

Je vais signer la pétition sur "Change.org" et participer à toutes les initiatives qui vont pouvoir faire exprimer ma colère.

Claude Bernardi

Convivialité et Solidarité à la sauce UMP

Vive la Convivialité, vive la Solidarité ! Dans ces périodes d’incertitudes et de repli sur soi, on ne peut qu’applaudir celles et ceux qui, à Aubagne comme dans le monde, depuis plus de 20 ans réunissent leurs voisins, leurs amis, pour cultiver ensemble les liens de voisinage.

Bravo aux bénévoles qui, chaque année, se dévouent pour que la Fête des Voisins soit, dans leurs quartiers, un succès !

Et voilà qu’on s’accapare leur générosité pour en faire un acte de basse politique !

Gérard Gazay et Atanase Périfan invitent ces bénévoles à la remise à la Ville d’Aubagne du label européen «Ville conviviale, ville solidaire 2016».

Mais qui sont ces deux invitants ?

Gérard Gazay, on le connait : en temps qu’élu solidaire et convivial, on fait mieux !

Liquidateur du service public ; censeur de la Fête de la Paix ; agresseur de la vie associative locale et de la culture vivante ; destructeur de l’Espace des Solidarités et maintenant chasseur de Kebab.

Atanase Périfan, on le connait moins : Président de fédération européenne mais aussi tête de liste UMP aux dernières élections municipales dans le 20e arrondissement de Paris, supporter inconditionnel de Valérie Pécresse aux dernières régionales.

Quitte peut-être à choquer mais je crois que nos bénévoles aubagnais sont les otages d’une piètre opération politicienne ! Si on est d’accord avec cette affirmation, qu’on se le dise !

Daniel Fontaine

Bruxelles Brexit

« Cruel duel celui qui oppose Paris névrose et Bruxelles abruti qui se dit que bientôt
Ce sera fini
L'ennui de l'ennui
Tu vas me revoir Mademoiselle Bruxelles
Mais je ne serai plus tel que tu m'as connu
Je serai abattu courbatu combattu
Mais je serai venu. »

Au lendemain du « Brexit » (Britain exit), la petite musique européenne a changé de ton pour accompagner l’un des tournants politiques de l’Union européenne. Jamais aucun pays n’avait fait acte d’un départ volontaire. Le vieux continent s’est soudain souvenu que l’Europe des peuples existe, y compris pour lui dire non.

Et ce n’est pas n’importe quel pays : l’Angleterre, pays membre fondateur, habitué aux âpres négociations, n’ayant jamais voulu de l’euro, pourvoyeur d’accord sur mesure, faisant fi des principes de solidarité. Ironie du sort qu’elle vient de jeter, par ce vote, le Royaume uni se disloque lui aussi !

Les conséquences immédiates de ce référendum n’ont pas tardé à se manifester : les entreprises britanniques cotées en bourse ont vu leur valeur chuter, tout comme le cours de la Livre Sterling. La première place boursière européenne vient de perdre son statut. L’anglais pourrait tout autant perdre celui de langue de travail officielle de l’Union européenne.

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres et la bourse de Paris a fait savoir qu’elle accueillerait avec plaisir les entreprises internationales, notamment britanniques. Pour François Hollande, l’Angleterre reste un partenaire économique et commercial privilégié. Et quelques économistes nous promettent une crise bien plus grave que celle de 2008. L’Angleterre endosse le rôle de parfait bouc émissaire d’une prédiction qui est en fait antérieure aux résultats du référendum britannique.

Que reste-t-il aux citoyens de cette Europe qui n’a d’union que le nom ? Un grand cynisme marqué par les propos du Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker[1] qui est lui-même au centre d’un scandale fiscal impliquant 340 multinationales. Ou encore les aveux de Nigel Farage, leader du parti pour l’indépendance du Royaume Uni (UKIP), quant à sa capacité à honorer l’une de ses promesses de campagne. Les fonds versés à l’Union européenne ne pourront donc pas servir à l’amélioration du système de santé. Et la possibilité d’un référendum organisé en France prend des relents nauséabonds lorsqu’il devient un argument de campagne pour Marine Le Pen. Elle assimile patriotisme et liberté, tout comme elle amalgame démocratie et repli sur soi.

La victoire de la Vox Populi ouvre sans doute un espoir à d’autres rêves… Mais le système politico-financier a peut-être plus d’un tour de passe-passe dans son sac pour ne rien changer, bien au contraire.

« C’est la fête des anciens combattants d’une guerre
Qui est toujours à faire ».

Bruxelles, paroles et musique de Dick Annegarn (1974)

José Da Silva

 

[1] « nous n’avons pas besoin de plus ou moins d’Europe, mais d’une meilleure Europe ».

Il n'y a plus de temps à perdre

Ce gouvernement libéral a remporté une victoire à la Pyrrhus. Il a fracturé la gauche et porté un coup fatal au socialisme qui ne s'en relèvera pas. Du moins sous cette forme-là.

Le Front de Gauche trop occupé à s'entredévorer s'est disloqué, le PCF souffre et se délite, l'extrême gauche proteste et proteste encore et le centre ne me fait même plus rire. 

Et c'est bien pour cela que je suis optimiste. Oui, toutes les conditions sont réunies pour qu'un mouvement politique nouveau voit le jour, défendant des valeurs de gauche. Etre de gauche ou de droite, n'en déplaise aux suivistes de la mode, ce n'est pas la même chose et ce, depuis toujours.

Il n'y qu'à jeter un oeil - et même des x- sur le programme des candidats à la primaire de droite. C'est d'une violence inégalée. Communistes du XXIème siècle, socialistes authentiques, hommes et femmes de gauche (syndicalistes, monde associatif, sympathisants, chômeurs, précaires, jeunes et retraités...) établissons ensemble, pourquoi pas sur Aubagne, une plateforme commune qui nous permettra de nous rassembler, dans le respect de chacun, et de créer une force de propositions alternatives à notre adversaire commun : la droite décomplexée et son extrême.

Le tryptique Hollande-Valls-Macron nous traite de gauche passéiste, de "gauche de la gauche". Non, non et non ! Nous ne représentons pas la gauche de la gauche, nous sommes de gauche, tout simplement.

Ce sont eux qui ont sciemment déplacé le curseur. "Ils" ne sont plus à la droite de la gauche, "ils" se sont métamorphosés en adeptes de la droite libérale prônant des baisses de charges sans contrepartie et vantant les mérites de la flexisécurité sur fond de destruction progressive du code du travail qui pourtant encadre et protège les salariés des prédateurs de la finance et de la déréglementation.

Le temps est venu de choisir son camp, clairement et sans ambiguïté. Bientôt, il sera trop tard et les plaies ne pourront plus être cicatrisées. Je me suis battu toute ma vie pour une union de la gauche, sincère, démocrate, laïque et républicaine. Et j'ai toujours appelé nos camarades socialistes à venir nous rejoindre pour mener le combat social, celui de la justice et de l'égalité.

Nos adversaires sont déterminés. Il enchaînent les victoires électorales et détiennent de plus en plus de leviers institutionnels pour peser sur le quotidien de nos concitoyens. Mesurons nos actes aux conséquences qu'ils créent.

André Danchesi, militant communiste

Articles récents

  • Cuges: Guignol est de retour +

    S’il existait une rubrique théâtre dans Mèfi !, les séances du conseil municipal de Cuges les Pins tiendraient le haut de l’affiche. Et ceux qui ont assisté à la représentation de lundi  soir n’ont pas été déçus. Lire la suite
  • Réenchanter la ville ! +

    Un voeu pour 2017 ? Réenchanter la ville ! Voilà l'une des petites phrases écrites ce 15 janvier au Cercle de l'Harmonie à l'occasion des alter-voeux organisés conjointement par l'association Aubagne à venir et par les élus d'opposition. Lire la suite
  • Rencontre débat sur le thème de la mobilité métropolitaine +

    L'Agenda de la mobilité métropolitaine a été présenté mi-décembre 2016. Il balaye une longue période à venir où nombre de projets sont proposés et programmés. Rencontre débat le 21 janvier à 14h à La Penne sur Huveaune. Certes beaucoup de ces projets sont intéressants pour ne pas dire indispensables. Nous pensons, en Lire la suite
  • Manchester by the sea +

    Manchester by the sea Manchester by the sea c’est l’histoire de la famille Chandler. Elle habite Manchester, une petite ville côtière de l’est des Etats Unis. Lee (Casey Affleck) est technicien polyvalent dans l’entretien d’immeubles ; replié sur lui-même, irascible, il porte un lourd secret. A la mort de son frère, il devient tuteur de Lire la suite
  • Gazay / Barthélémy : la rupture ! +

    Tout le monde sait depuis les élections municipales de 2008 que Gazay et Barthélémy se haïssent. En 2014, leur alliance de circonstances n'avait pour but que de battre l'équipe de Daniel Fontaine pour se partager les postes et les indemnités qui vont avec. La mairie pour Gazay, l'Agglo pour Barthélémy. Lire la suite
  • De bons résultats pour nos équipes ce week-end +

    L'AFC n'a pas pu participer à la fête, mais tous les résultats de ce week-end sont bons et porteurs de perspectives encourageantes. Lire la suite
  • Pépinières d'Artistes : FuzzyLogic lauréat 2017 +

    La Pépinières d'Artistes est une spécificité aubagnaise créée à une époque où il était de bon ton d'aider les jeunes créateurs. Ce "dinausore" a survécu aux diverses coupes sombres qu'a subies la culture ces dernière année et c'est une très bonne chose. En 2017, elle récompense FuzzyLogic, un artiste électro Lire la suite
  • 1