Bruxelles Brexit


« Cruel duel celui qui oppose Paris névrose et Bruxelles abruti qui se dit que bientôt
Ce sera fini
L'ennui de l'ennui
Tu vas me revoir Mademoiselle Bruxelles
Mais je ne serai plus tel que tu m'as connu
Je serai abattu courbatu combattu
Mais je serai venu. »

Au lendemain du « Brexit » (Britain exit), la petite musique européenne a changé de ton pour accompagner l’un des tournants politiques de l’Union européenne. Jamais aucun pays n’avait fait acte d’un départ volontaire. Le vieux continent s’est soudain souvenu que l’Europe des peuples existe, y compris pour lui dire non.

Et ce n’est pas n’importe quel pays : l’Angleterre, pays membre fondateur, habitué aux âpres négociations, n’ayant jamais voulu de l’euro, pourvoyeur d’accord sur mesure, faisant fi des principes de solidarité. Ironie du sort qu’elle vient de jeter, par ce vote, le Royaume uni se disloque lui aussi !

Les conséquences immédiates de ce référendum n’ont pas tardé à se manifester : les entreprises britanniques cotées en bourse ont vu leur valeur chuter, tout comme le cours de la Livre Sterling. La première place boursière européenne vient de perdre son statut. L’anglais pourrait tout autant perdre celui de langue de travail officielle de l’Union européenne.

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres et la bourse de Paris a fait savoir qu’elle accueillerait avec plaisir les entreprises internationales, notamment britanniques. Pour François Hollande, l’Angleterre reste un partenaire économique et commercial privilégié. Et quelques économistes nous promettent une crise bien plus grave que celle de 2008. L’Angleterre endosse le rôle de parfait bouc émissaire d’une prédiction qui est en fait antérieure aux résultats du référendum britannique.

Que reste-t-il aux citoyens de cette Europe qui n’a d’union que le nom ? Un grand cynisme marqué par les propos du Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker[1] qui est lui-même au centre d’un scandale fiscal impliquant 340 multinationales. Ou encore les aveux de Nigel Farage, leader du parti pour l’indépendance du Royaume Uni (UKIP), quant à sa capacité à honorer l’une de ses promesses de campagne. Les fonds versés à l’Union européenne ne pourront donc pas servir à l’amélioration du système de santé. Et la possibilité d’un référendum organisé en France prend des relents nauséabonds lorsqu’il devient un argument de campagne pour Marine Le Pen. Elle assimile patriotisme et liberté, tout comme elle amalgame démocratie et repli sur soi.

La victoire de la Vox Populi ouvre sans doute un espoir à d’autres rêves… Mais le système politico-financier a peut-être plus d’un tour de passe-passe dans son sac pour ne rien changer, bien au contraire.

« C’est la fête des anciens combattants d’une guerre
Qui est toujours à faire ».

Bruxelles, paroles et musique de Dick Annegarn (1974)

José Da Silva

 

[1] « nous n’avons pas besoin de plus ou moins d’Europe, mais d’une meilleure Europe ».

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Le RCA impérial ! +

    En Ligue 1, après la défaite de Monaco à Lyon (3 à 2), le PSG, vainqueur de Dijon (1 à 2) en jouant une dizaine de minutes sur les 90 de la rencontre, compte maintenant, après seulement 9 journées, 6 points d'avance sur son dauphin. La promenade de santé continue. Lire la suite
  • Demain Aubagne, il est temps +

    Jeudi 12 octobre, à la terrasse de "L'Antalya Kebab", place Joseph Rau, au cœur d'Aubagne, des militants engagés et des élus d'opposition ont annoncé, pour le 14 octobre, le lancement d'un site web participatif "Demain Aubagne" qui se veut ouvert à toutes les Aubagnaises et à tous les Aubagnais... et Lire la suite
  • Marche blanche pour l'hôpital d'Aubagne +

    Mardi 10 octobre, en pleine journée d'actions dans la fonction publique, l'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître sa décision pour l'hôpital d'Aubagne : ce sera la fermeture du service de réanimation. Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : Une dette publique, c'est quoi ? (2ème partie) +

    Pour mieux comprendre ce qu'est une dette publique, nous vous conseillons la lecture d'un livre écrit par Christophe Alévêque, humoriste et comédien mais pas que..., et Vincent Glenn, auteur de plusieurs essais sur l'économie, qui s'intitule "On marche sur la dette"(1). Lire la suite
  • Mardi 10 octobre : expression de colère des agents municipaux +

    Le 10 octobre, à l'appel de 9 organisations syndicales de la fonction publique, des millions de fonctionnaires ont fait grève, 400 000 d'entre eux ont manifesté dans les rues de leur commune. A Aubagne, au-delà des revendications nationales, les agents municipaux ont manifesté leur colère face à la politique menée Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 11 +

    François II a repris les manettes de la communication et il faut bien dire qu'il brosse les donneurs de leçon, les parvenus, les ambitieux et les petits chefs dans le sens du poil. Les médias se scandalisent faussement à propos de l'utilisation d'un vocabulaire vulgaire mais ce sont plus les Lire la suite
  • L'ARS décide la fin du service réa en 2020 +

    L'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître hier, mardi 10 octobre, au directoire de l'hôpital et à La Provence sa décision concernant le service de réanimation : il doit être fermé en 2020. Lire la suite
  • 1