Bruxelles Brexit


« Cruel duel celui qui oppose Paris névrose et Bruxelles abruti qui se dit que bientôt
Ce sera fini
L'ennui de l'ennui
Tu vas me revoir Mademoiselle Bruxelles
Mais je ne serai plus tel que tu m'as connu
Je serai abattu courbatu combattu
Mais je serai venu. »

Au lendemain du « Brexit » (Britain exit), la petite musique européenne a changé de ton pour accompagner l’un des tournants politiques de l’Union européenne. Jamais aucun pays n’avait fait acte d’un départ volontaire. Le vieux continent s’est soudain souvenu que l’Europe des peuples existe, y compris pour lui dire non.

Et ce n’est pas n’importe quel pays : l’Angleterre, pays membre fondateur, habitué aux âpres négociations, n’ayant jamais voulu de l’euro, pourvoyeur d’accord sur mesure, faisant fi des principes de solidarité. Ironie du sort qu’elle vient de jeter, par ce vote, le Royaume uni se disloque lui aussi !

Les conséquences immédiates de ce référendum n’ont pas tardé à se manifester : les entreprises britanniques cotées en bourse ont vu leur valeur chuter, tout comme le cours de la Livre Sterling. La première place boursière européenne vient de perdre son statut. L’anglais pourrait tout autant perdre celui de langue de travail officielle de l’Union européenne.

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres et la bourse de Paris a fait savoir qu’elle accueillerait avec plaisir les entreprises internationales, notamment britanniques. Pour François Hollande, l’Angleterre reste un partenaire économique et commercial privilégié. Et quelques économistes nous promettent une crise bien plus grave que celle de 2008. L’Angleterre endosse le rôle de parfait bouc émissaire d’une prédiction qui est en fait antérieure aux résultats du référendum britannique.

Que reste-t-il aux citoyens de cette Europe qui n’a d’union que le nom ? Un grand cynisme marqué par les propos du Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker[1] qui est lui-même au centre d’un scandale fiscal impliquant 340 multinationales. Ou encore les aveux de Nigel Farage, leader du parti pour l’indépendance du Royaume Uni (UKIP), quant à sa capacité à honorer l’une de ses promesses de campagne. Les fonds versés à l’Union européenne ne pourront donc pas servir à l’amélioration du système de santé. Et la possibilité d’un référendum organisé en France prend des relents nauséabonds lorsqu’il devient un argument de campagne pour Marine Le Pen. Elle assimile patriotisme et liberté, tout comme elle amalgame démocratie et repli sur soi.

La victoire de la Vox Populi ouvre sans doute un espoir à d’autres rêves… Mais le système politico-financier a peut-être plus d’un tour de passe-passe dans son sac pour ne rien changer, bien au contraire.

« C’est la fête des anciens combattants d’une guerre
Qui est toujours à faire ».

Bruxelles, paroles et musique de Dick Annegarn (1974)

José Da Silva

 

[1] « nous n’avons pas besoin de plus ou moins d’Europe, mais d’une meilleure Europe ».

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Unanimité contre le transfert du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne ? +

    Après avoir, en décembre 2016, prolongé pour 5 ans l'autorisation d'activité du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne, l'Agence Régionale de Santé faisait savoir au printemps 2017 qu'il fallait transférer ce service vers la clinique privée La Casamance. Pourtant rien n'est joué. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : Le Roi est nu +

    Fait rarissime qui traduit à lui tout seul la déliquescence de la majorité de Bernard Destrost, maire de Cuges les pins, le conseil municipal de lundi 26 juin a du être reporté faute de quorum. Seuls 12 élus de la majorité (sur 20) étaient présents, le quorum étant de 14 Lire la suite
  • Conseil de territoire inutile: la preuve ! +

    Depuis le 1er janvier 2016, le gouvernement Hollande/Valls avec l'accord du maire de Marseille, a supprimé  6 communautés d'agglomération du département des Bouches du Rhône (ici, la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile) pour créer une "monstropole", de 92 communes, 3173 km² et 1,83 millions d'habitants. Lire la suite
  • Les femmes et le philosophe +

    Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège Lire la suite
  • L'intersyndicale et les élus d'opposition +

    Les élus du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologiste » ont rencontré l’intersyndicale de l’hôpital vendredi soir. L’échange a permis de revenir sur la déclaration éloquente et étayée de l’intersyndicale après son rendez-vous avec l’ARS (voir notre article). Ils et elles en retiennent le mépris, on les comprend ! La discussion a Lire la suite
  • Du théâtre avant toute chose +

    Depuis 2009, l'atelier théâtre Zone&Cie explore les multiples facettes du théâtre contemporain en s'attaquant chaque année à une oeuvre exigeante de ce répertoire avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. On se souvient entre autres du travail original et inventif que la troupe et son metteur en scène ont réalisé par le passé sur "Jardinage humain" Lire la suite
  • Témoignage d'un salarié de la SPL "L'eau des Collines" +

    Après notre article sur les nouvelles plaques pour "L'eau des Collines", nous avons reçu ce témoignage d'un salarié qui vient de quitter cette Société Publique Locale qui n'a plus de "publique" que le nom.  Lire la suite
  • 1