Petite musique lancinante


Non je ne vais pas parler de la fête de la musique considérablement amoindrie...

Je ne parlerai pas non plus des fifres et tambourins que j'aime mais qui ont furieusement remplacé les audaces de musiques actuelles !

Pas non plus de l'existence salutaire d'artistes locaux qui continuent à créer, malheureusement encore trop en sourdine !

En fait la petite musique lancinante dont je veux parler n'a rien à voir avec l'harmonie des notes et le plaisir des oreilles. Mais alors vraiment rien !

Il s'agirait plutôt de propos cacophoniques bien que banalisés et sans doute trop peu audibles pour nos concitoyen/ne/s.

De manière récurrente on entend notre maire et ses adeptes (heureusement assez peu nombreux)

Pour qualifier l'action municipale ils/elles prononcent inlassablement, quitte à nous lasser, "assainissement des comptes", "transparence", "rayonnement de la ville", "sécurité"... Ils osent même les mots de démocratie et solidarité, convivialité ! Quand on connait la réalité bien morose de cette ville aujourd'hui et les pratiques tellement opposées à ces termes qu'utilise la municipalité, on se dit que les vieilles recettes consistant à déclarer et agir en sens contraire, sont bien à l'ordre du jour ici ! La preuve par tout ce que dénoncent les élus de notre opposition, les citoyen/ne/s qui subissent cette politiques, les agents en souffrance, les colonnes de Mèfi et l'entrée de Marseille dans notre commune sous l'œil bienveillant du Maire... Utiliser un champ lexical qui rassure alors qu'on met en danger l'humanité, voilà qui n'est pas neuf mais qui peut tromper encore un temps !

Voilà comment ils qualifient l'opposition alternative : "vous êtes dans la politique politicienne", "vous êtes les extrêmes", "vous n'avez rien compris"...  Adepte de Nicolas Sarkosy et membre convaincu à défaut d'être éminent de "les républicains", le maire emploie le terme "politique politicienne" attribué aux autres : ça laisse rêveur, surtout après deux ans d'un mandat où les mensonges sont légion (restauration scolaire, associations, finances...) ! Deux ans où les pratiques sont les mêmes que celles des politiciens rejetés par l'opinion publique : recrutement des amis, austérité pour la majorité, luxe pour une minorité...

On connait la musique! 

Quant au qualificatif "extrême" qui voudrait marginaliser un courant de pensée qui refuse de se courber sous les effets de l'air du temps, posons-nous quelques instants.

Extrêmes, celles et ceux qui veulent que l'argent public serve les habitants pour leur bien vivre ? Revendiquer les droits fondamentaux ?

Extrêmes, celles et ceux qui ne veulent pas que l'on casse les services qui y contribuent et avec eux les femmes et les hommes qui y travaillent ?

Extrêmes encore, celles et ceux qui pensent que nous souffrons d'un déficit assourdissant de démocratie ?

Extrêmes aussi celles et ceux qui pensent toujours qu'un autre Monde est possible ? Qu'il est dans celui-là et qu'il commence dans les villes, y compris dans la nôtre sourdement repliée et fermée sur elle même ? (sauf pour l'argent des multinationales !)

Il est extrêmement réjouissant de voir qu'ailleurs, il y a celles et ceux qui allument des réverbères d'espoir, en Espagne par exemple, jouent une partition différente et bien loin de cette politique poussiéreuse, atone, si pauvre en notes symphoniquement créatives ! 

Et, du coup, on peut reprendre le goût des belles choses, des audaces indignées, des morceaux choisis et pas subis, le concert doit commencer à se travailler en rires et en chants!

Envoyez et envoyons l'Autre musique !!!

Magali Giovannangeli

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1