Convergence(s)


"Convergences", joli nom que le Secours Populaire Français a choisi pour sa revue.

En ces heures de refus de l'expulsion des associations caritatives et humanitaires de l'espace Ambroise Croizat, il résonne dans nos têtes et fait réfléchir. 

Réfléchir et penser les résistances et les alternatives, avec l'objectif d'une traduction en actes visibles, voilà qui nous sied bien ! 

Le refus des logiques et des actes malfaisants et des injustices insupportables du libéralisme est largement partagé. Bien que cela ne se vérifie pas forcément en mouvement de masse partout et dans notre région, il existe de nombreux foyers de luttes et de mobilisations en germe ou avérées. Ainsi, il y a sans doute une vraie et forte sympathie pour "nuit debout " et la magnifique tentative de proposer un autre Monde à partir d'une loi travail du gouvernement qui continue à ne pas passer dans l'opinion publique.

Aubagne est dans cette situation : des petites ou plus importantes mobilisations contre les coups portés par la municipalité aux droits, plus ou moins visibles mais remportant la sympathie voire l'adhésion du plus grand nombre.

Il faut dire que les sujets ne manquent pas ! La privatisation illégitime et accélérée de la restauration scolaire, l'expulsion des associations de solidarité, les services municipaux malmenés et méprisés, le logement social bafoué, la ville sans vrai projet, les écoles négligées, culture indigente, égalité et fraternité en recul... La liste est longue !

Et comment ne pas penser aux méfaits d'une métropole que les amis politiques du maire dirigent et qui décideront tôt ou tard d'en finir avec la gratuité des transports comme elle décidera de considérer qu'Aubagne perde son originalité et sa personnalité bâties depuis des décennies ? Les déclarations incantatoires du maire ne suffiront pas à convaincre de son opposition à ce monstre institutionnel.

A peine deux ans après le début du mandat sont apparues pétitions, rassemblements, nouvelles associations, les syndicats se sont renforcés, les témoignages de citoyennes et de citoyens se diffusent. Cette ville qui a perdu sa joie de vivre dans l'espace public par absence d'initiatives municipales populaires et intelligentes peut et va la retrouver avec ce qui fonde l'humanité : s'indigner et le montrer, résister et créer, progresser en fait !

Car au fond, de "nuit debout" à Aubagne qui bouge, la volonté commune, c'est le désir de démocratie et de justice pour toutes et tous, et ici, vu le manque criant, on peut supposer que l'exigence augmentera ! 

Rien n'est plus beau en politique que de créer, à partir des intelligences en présence, une intelligence collective basée sur le débat, la confrontation, la construction. En paroles... et en actes! Ici comme partout dans le monde, même si temporairement on l'oublie.

C'est là que "convergence(s)" prend tout son sens ! Tous les ruisseaux, les fils d'eau, les rus, composés de toutes celles et tous ceux qui décident d'éliminer la peur et la résignation, peuvent former des affluents de rivières et de fleuves.

De convergence(s) passons à confluences !

Alors parions sur l'espoir, les sourires, les différences et travaillons à construire les possibles d'un autre monde aubagnais !

Magali Giovannangeli

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1