C'est Noël

joyeux noel

Une année va bientôt s'achever, Noël est là !

La Rédaction de Mèfi.tv vous souhaite de belles fêtes de fin d'année. Qu'elles soient un peu de bonheur pour chacun d'entre nous, qu'elles soient un moment de retrouvailles avec sa famille, avec soi, avec l'autre.

Nous serons bien sûr de veille dans cette période de veillées, avec sans doute un peu moins d'activité que d'habitude. Mais nous restons à l'écoute de l'actualité d'ici et d'ailleurs, à votre écoute !

Nos bonnes résolutions pour 2018 : rester vigilants et dénoncer chaque fois que l'injustice fait mine de vouloir frapper sur ce beau territoire du Pays d'Aubagne.

2018 sera l'année où nous ferons notre maximum pour donner la parole à tous ceux qui veulent s'exprimer sur Aubagne comme elle va, même à ceux qui pensent que Mèfi! en fait des fois un peu trop.

Toute la Rédaction vous souhaite de trouver le bonheur que chacun a en soi.

Avoir le point ou pas : une tribune de Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon discours de Marseille

J’ai dit au fil d’une discussion avec les journalistes qui m’accompagnaient à Athènes que « pour l’instant, Macron a le point ». « Pour l’instant » n’y fit rien, même si j’ai dit déjà la même chose à TF1 il y a quinze jours. Ici, 24 heures plus tard j’aurais reconnu avoir « perdu une bataille » ! Rien de moins ! Et ainsi de suite d’une rangée de moutons médiatiques à l’autre. Et comme la joie n’a pas de frontière, j’ai même retrouvé l’information telle que reformatée par les machines à buzz française dans la presse espagnole. Le buzz a donc fonctionné, étouffant aussitôt tout le reste de ce que j’ai dit et fait en Grèce. Nouvelle vérification du fait que la sphère médiatique ne rend pas compte de l’actualité mais la fabrique dans un format sensationnaliste correspondant au niveau de culture qu’elle suppose rencontrer chez ses lecteurs. Je dirai que son but n’est pas d’informer mais d’empêcher de penser.

Car mon propos n’était pas celui d’un commentateur mais celui d’un protagoniste engagé dans une lutte pour la défense de ce qu’il croit fondamental. Je ne pousserai pas l’impudence jusqu’à rappeler qu’un plus illustre que moi fit en son temps la distinction entre perdre une bataille et perdre une guerre. Et fonda toute sa stratégie sur ce constat. Combien sauraient de quoi je parle dans ces médias ? Que comprennent-ils à une nuance ? Mon intention est d’interpeller les miens, ceux de ma famille politique et sociale. Comment je sais que Macron a le point aujourd’hui ? Parce qu’il peut se permettre d’avancer sur tant de front sociaux sans ralentir. Comment est-ce possible alors qu’il n’a pas de base sociale pour sa politique dans le pays ? Voilà la question que je pose. Je le fais non pour poser une question mais pour faire comprendre qu’il faut une réponse concrète.

La forme et la tactique de résistance à la politique du gouvernement ne peut plus rester enfermée dans le « chacun de son côté ». Il est plus que temps d’organiser la jonction des efforts entre le mouvement social, associatif et les forces politiques de la résistance au coup d’État social. Je prends la responsabilité de le dire haut et fort avant qu’il ne soit trop tard. Et je ne vois pas d’intérêt à appliquer des piqûres de ciment en niant ce que tout le monde sait et voit. Quand la CFDT invite a une réunion qui se finit dans un bistrot parce que la centrale a refusé de prêter une salle à ceux qui ne sont pas de son avis et qu’elle congédie, un seuil dans le dérisoire n’est-il pas franchi ? Et combien d’autres choses à pointer. Comme ces négociations séparées de certaines branches professionnelles, cruel démenti du système syndical confédéré où la force du collectif est poussée à s’émietter.  Ne pas accepter de le voir, c’est renoncer à imaginer la réponse à la question : comment inverser le cours des événements ? Voilà la seule question qui vaille. C’est celle que je pose.

Bien-sûr, le 16 novembre, il faut être dans la mobilisation syndicale. Comme à chaque étape, « La France insoumise » mobilise aux côtés des syndicats alors que l’inverse n’est jamais vrai. Personne, y compris parmi ceux qui donnent des leçons, ne mobilise autant. Mais on ne peut en rester là, tel est mon message. Contre les ordonnances, il ne s’agit pas de faire un baroud d’honneur. Il s’agit de mener une lutte avec clarté sur l’objectif et les moyens de l’atteindre : faire reculer le pourvoir, sauver nos acquis sociaux et une  manière de vivre en société ! C’est de cela dont on parle. Le 23 septembre, dans mon discours place de la République, conformément aux conclusions de notre groupe parlementaire, j’avais fait le geste de nous mettre en retrait en appelant les syndicats a diriger tout le mouvement et en proposant une marche générale avenue des Champs Élysées. La suite, nous l’avons sous les yeux. La stratégie qui a échoué face à El Khomri a encore moins bien marché face à Macron. Je ne vois aucune raison de faire semblant de ne pas l’avoir vu.

Car de notre côté, dans l’hémicycle, nous nous sommes trouvés progressivement absolument seuls sur la barricade. Le débat du projet de loi de finance de la Sécurité sociale a pu être bouclé en quatre jours pourtant annoncés de longue date sans un seul instant de mobilisation spécifique. Une nouvelle fois, le dogme du « mouvement social indépendant de la politique » a montré sa limite. Je le dis parce qu’à ce rythme tous les acquis sociaux essentiels du pays vont y passer et nous aurons été cloués dans une double interdiction : interdit de critiquer « la seule politique possible » d’un côté, interdiction de discuter de l’organisation de la lutte de l’autre.

La « Charte d’Amiens » sans cesse invoquée une nouvelle fois aura eu bon dos. Il serait temps que nombre de ceux qui s’y réfèrent pour stigmatiser la présence des organisations politiques dans le combat social se demandent si ce document qui date de 1905 et résulte de la bataille entre marxistes et anarchistes au début du siècle précédent doit rester un dogme sans nuance 111 ans plus tard. Car ce texte fixe une stratégie d’unité ouvrière en tenant à distance les « sectes socialistes » (à l’époque, en 1905, il y a cinq partis socialistes) pour permettre le déclenchement de la « grève générale révolutionnaire »… Parmi les dirigeants du mouvement social actuel, qui a l’intention de préparer aujourd'hui une « grève générale révolutionnaire » comme cela est prévu dans la « charte d’Amiens »? Personne !

Il faut donc en finir avec cette hypocrisie. Il faut savoir faire équipe et savoir joindre les efforts de mobilisation entre la sphère politique et la sphère du mouvement social. Et je dis le mouvement social en pensant non seulement au syndicalisme mais à tout l’univers associatif, lui aussi laissé de côté à présent en dépit de ses propres efforts pour se mobiliser. Bref, nous avons besoin d’une convergence populaire. En tous cas je le dis clairement : les organisations politiques ont toute leur place dans la mobilisation et la conduite du mouvement de résistance sociale. La jonction entre elles et les organisations du mouvement syndical et associatif est indispensable face à la politique de Macron. Car cette politique vise en fait, à partir du terrain social, à une reconstruction politique générale de la société. Ce n’est donc pas seulement une « question syndicale » qui est posée. Ni la refonte du code du travail, ni la destruction de la Sécurité sociale ne sont des questions exclusivement syndicales. Ce sont des questions de société qui ont un contenu hautement politique comme nous ne cessons de le dire à la tribune de l’Assemblée et au pays.

Jean-Luc Mélenchon

Contre-édito du Maire (Décembre 2017)

contre edito gerard
 
Les lumières d'une ville solitaire
 
Les lumières brillent.
Elles éclairent, elles scintillent.
 
Les rues, les places, les décors de Noël, les chalets.
La crèche vivante, la grande parade de Noël, les santonniers.
 
Les lumières de Noël, c'est pratique.
C'est beau, c'est rigolo,
et surtout, je peux faire croire que j'suis écolo.
 
Les lumières de Noël, c'est magique.
Ça me rend généreux et solidaire,
envers les pauvres et les grand-mères.
 
Les lumières de Noël, c'est démagogique.
J'encense les bénévoles, que j'assomme de janvier à novembre,
Je ressuscite les céramistes, que j'avais enterré en août,
 
Les lumières de Noël, moi j'aime ça.
Le blabla c'est mon truc à moi.
 
Gérard, 
Classe de Madame Martin
Ecole Antide Boyer

Contre-édito du Maire (novembre 2017)

contre edito 11 17

Cultures à l'imparfait

A Aubagne (...), le maux Cultures s'emploit à l'imparfait.

Aprais le triomphe litéraire de la première et géniale éddition de la Dictet exceptionnel de Marcel Pagnol, avec ses pièges ortografiques brillamment posés par le généreux Nicolas Pagnol et l'ineffable Daniel Picouly, les amateurs de mots vont être comblés en ce moi de novembre hallucinant. L'un des grands défenseur de la glorieuse langue franssaise, Bernard Pivot le prolixe, nous propose d'aller l'écouté au magnifique Comoedia et de partager avec lui la même stupéfiante pacion - dévorante chez certains - puisqu'il nous dira commen "les mots l'ont mangé". 

Quelques prodijieux jours plus tard, ce sera au tour des fabuleux lauréas du Concours de Nouvels Marcel Pagnol 2017 d'être mis à l'honneur. Le plus jeune des sympathiques participants qui se sont essayer au dur exercice de la prause sur thème imposé n'a pas 18 ans et le plus ancien est né en 1938, ce qui constitue pour moi une incroyable surprise, convaincu que j'étais qu'à 80 balaies, on se bavait dessus et qu'à 18 ans, on étaient tout juste bon à se laissé embrigader par la FAGE, l'UNEF et la Confédération étudiante pour descendre dans la rue.

Avec Grains de Sel, ce sont des milliers, non des vague de millions de jeunes de nos territoires qui déferleront avec leurs familles enthousiastes dans la plus grande librérie éfémère de la région, dédiée à la parole des enfants tout mimis où l'on joue aussi bien avec les mots poétics qu'avec les images enchanteresses. L'un des plus grands illustrateurs de notre époque, Laurent Corvaisier, maître de la couleur par excellence, chevalier de l'argile depuis toujours, protecteur des encres bleues, y fera une incursion remarquée (je suis devin), pour mieux nous emmener vers le spectaculaire centre d'Art les Pénitents très très noirs où il expose pour la première fois une centaine d’œuvres, peintures, sérigraphies, mais aussi sculptures et céramiques peintes à l'encre de Chinne post-Mao.

D'autres époustouflantes surprises, que je vous laisse découvrir dans ce numéro haletant, attendent les jolies Aubaniaises et les charmants Aubaniais. Ce sont un peu nos "dix-huit desserts" culturels avant les grandes fêtes de fin d'année. Régalé-vous !

Une pensée pour "Aubagne-en-Provence" qui n'aura pas eu droit de cité dans cet édito alors que dès la première ligne il aurait eu toute sa place.

Camiye Alec-cendre

Contre-édito du Maire (octobre 2017)

contre edito du maire octobre 2017

Ce mois-ci, nous vous emmenons dans les coulisses de la rédaction de l'édito du maire.

Cave à vin "La part des anges", 21 septembre 2017

"Monsieur le Maire ? Heu... Monsieur le Maire ?
- Quoi ? Qu'est-ce que tu veux ?
- Faudrait nous donner l'édito d'octobre. L'AJJ va boucler le numéro du mois prochain.
- Déjà ? Mais quel jour est-on ?
- le 21 septembre, Monsieur le Maire.
- Bon bon... Je vais te le dicter ! Laisse-moi finir ma coupe de champagne ! Il est bon, même à la quatrième, hé hé !

Bien, bien, commençons.

Attends ! Salut Robert, oui, à la prochaine, bien sûr, on s'appelle, ouais, c'est ça, allez, zou. Bon, l'édito. Note bien :

"Toutes les études, toutes hein, je les ai toutes lues, c'était chiant mais chiant mais je me suis épargné celle de Mèfi hein, faut pas déconner. Donc toutes les études montrent... Montrent ou démontrent ? Bon on s'en fout. Tu sais combien elle m'a coûté cette montre à mon bras ? Non j'te dis pas, tu vas me demander une augmentation. Donc toutes les études montrent que les Français restent très attachés à leur équipe municipale. S'ils savaient put*** ! Ah ah ah ! Bon ok, je fais vite. 55% des personnes interrogées. Bof... 55% c'est pas beaucoup. Mets 75%. 75% des personnes interrogées déclarent un attachement fort à leur commune et à ses compétences de prosquimi... promisquité... promiscuité ... bon tu m'as compris. 

Le téléphone sonne...

Ah, une minute... Allo ? Oui Monsieur l'Inspecteur de l'Education Nationale... Oui et vous ?... Alors cette réunion avec les gauch... les instits ?... Oui... Ben tu m'étonnes... Ouais, ouais... Ils ont pas trop gueulé à cause de mon absence ?... Ahaha... Non mais nous savons bien tous les deux qu'il y avait plus urgent ailleurs... Ah bon ? 30% de nouveaux dirlos dans les écoles de la circo ?!... Je suis sûr que vous avez su parfaitement les endorm... les rassurer... Bon, bon... Je vous laisse, je suis en pleine conférence de rédac là... Oui... Allez, bonne nuit !

Bon, à nous : là, t'enchaînes en piochant une phrase bateau dans l'un de mes discours de campagne, ou dans ceux de Macron, à base de dépassement de clivage, de classe, de territoire et de pâquerettes. Bref pas de communautarisme politique !

Qu'est-ce qu'il y a encore ? Oui Giovanni, j'oublie pas l'Aïoli Les Républicains avec Bernard, dimanche !

Bon je continue :

Je te laisse arranger les tournures mais voilà ce que je veux dire : "moi le Maire d'Aubagne, je promets la tempête, la foudre et des points de côté aux hautes autorités de l'Etat s'ils ont pas lu ces études sur l'amour des Français pour leur maire. Et là, hop, je glisse la petite justification qui fait plaisir sur laquelle je m'appuierai en 2020 pour expliquer pourquoi la dette a continué à monter : Je rappelle que la ville d'Aubagne a perdu 5... non ça fait petit joueur, disons 12 millions d'euros cumulés de dotations depuis le début des mesures de restrictions en 2015. Bon mets 2014 sinon ils comprendront pas le message mes Provençaux d'Aubagnais et rajoute des points de suspensions, genre je lance un clin d'oeil complice à mes lecteurs.

Quoi ? Oui Sylvia, on va faire la photo. Oui, oui, mais c'est obligé ? Parce que bon... Si les instits la voient sur facebook... Non mais ok, je finis et j'arrive. 

Là tu me mets un paragraphe gnangnan sur les efforts budgétaires... Voilà. Si t'as faim, sers toi au buffet et sers toi du champagne hein. Bon où j'en étais ? Ah oui, on s'est serré la ceinture. D'ailleurs, j'ai le bide qui va la faire péter si ça continue.

Bon, et là on conclut :

A l'heure où Aubagne-en-Provence vient d'avoir l'honneur et la fierté blabla, en tant que Partenaire blabla de MP2018 qui va mobiliser les plus grands blabla - et là j'ai plus de limite - j'apporte ma première contribution à cette belle manifestation en déclarant en mon nom personnel et en celui de l'équipe municipale, ma flamme, mon feu, mon brasero et mon amour à toutes les Aubagnaises et les Aubagnais. Plein de poutous. Ouais d'ailleurs tu titres l'édito "Des poutous partout". Voilà allez, j'y retourne, y a Giovanni qui va sauter par dessus le barbecue !

Camille Alexandre

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Imposture : CSG et Taxe d'Habitation +

    Macron ,Castaner et consorts, nos Pinocchios nationaux, répondent sans vergogne aux médias que notre pouvoir d’achat sera augmenté en 2018 pour des millions de personnes. Le cas de notre foyer après simulation sur le "site d’impots.gouv" démontre l’inverse : taxe d’habitation 2017, 2327 € , nous attendons toujours la baisse de 15% promise par Gazay. Revenu imposable Lire la suite
  • Cuges: les élus de la majorité penchent sérieusement vers la droite extrême +

      Lors du conseil municipal du 18 décembre, perdue dans une délibération concernant le règlement de la cantine scolaire, une phrase en apparence anodine prévoit « la fin des repas spéciaux ». Lire la suite
  • Les Alters font leurs vœux +

    Mercredi 17 janvier avait lieu la conférence de presse pour annoncer les vœux du groupe d'opposition Aubagne Alternative Citoyenne et Ecologiste et de l’association Aubagne à venir. Lire la suite
  • La colère de M. Bacchio, restaurant le 3 Farfalle +

    M. Bacchio, l'un des propriétaires du restaurant "Le 3 Farfalle", place Joseph Rau, ne décolère pas devant le refus persistant de la mairie de lui accorder l'autorisation d'une terrasse couverte. Lire la suite
  • De l'eau pour tous +

    Le 8 janvier, le quotidien La Provence faisait connaître à ses lecteurs l'existence d'un Aubagnais qui habitait au croisement des Arnauds et de Longuelance et qui ne bénéficiait pas de la distribution de l'eau potable. Lire la suite
  • La Font de mai saccagée en 2018 ? +

    Souvenons-nous que la création de ce domaine public de 97 hectares inauguré en 2007 avait fait l'objet de nombreuses réunions de concertation et se donnait comme objectifs la protection de la colline, l'accès à tou-te-s les habitant-e-s pour y randonner, découvrir la faune, la flore et le patrimoine... Qu'en est-t-il Lire la suite
  • L'art de distiller du poison +

    A la lecture d'un journal local le Samedi 6 Janvier 2018, un article signé du correspondant Aubagnais m'a mis mal à l'aise. Lire la suite
  • 1