Le Flop de Gaudin, le Top de Mèfi


velodrome tour de france

Le 22 juillet, Marseille et son Stade Vélodrome accueillaient le Tour de France pour l'avant dernière étape. Une étape qui consacrait la victoire de Froome qui n'avait, sans doute, pas oublié sa Ventoline. Le maire de Marseille, son adjoint aux sports, les médias locaux et nationaux s'extasiaient devant le "succès populaire" de l'événement. Sauf Mèfi. Cinq mois après : la vérité.

Le maire de Marseille avait annoncé 60 000 spectateurs dans un stade plein. Le soir de l'arrivée, son adjoint aux sports comptait plus de 40 000 spectateurs au Vélodrome. Le Lendemain La Provence écrivait à la une "Des milliers de marseillais ont suivi l'étape contre la montre, notamment ici au Vélodrome". Le directeur éditorial de ce quotidien, Franz-Olivier Giesbert, qui s'est découvert une âme de Marseillais depuis son arrivée à La Provence, toujours autant passeur de brosse aux "grands" de ce monde, s'extasiait devant cette foule en délire et proposait que pour les prochaines années "le Tour de France arrive à Marseille".

Mèfi, par contre, affirmait que "Gazay avait trouvé son maître" en matière de chiffres annoncés pour un événement dans sa ville (on se souvient que le maire d'Aubagne avait vu 100 000 visiteurs pour Argilla, là où il n'y en avait que 15 à 20 000). 

Nous précisions "Le maire de Marseille a réussi à transformer l'arrivée du tour de France en échec populaire" et nous affirmions "qu'il n'y avait pas plus de 10 000 présents au stade ce 22 juillet".

Cinq mois après, dans le bilan 2017 réalisé par un journal spécialisé dans le domaine sportif, "Le Top des Flops" trouve l'arrivée du Tour de France au vélodrome en N°1 !

On peut lire dans le commentaire qui accompagne le classement : "L'idée de tracer la ligne de départ et celle d'arrivée au cœur du stade vélodrome était belle. Mais cela ne restera malheureusement que dans nos pensées. Les tribunes vides, cachées le plus possible par la réalisation de France Télévision n'avaient pas donné l'image d'un engouement populaire".

Il a fallu attendre quelques mois pour que d'autres reconnaissent que nous avions raison. C'est un nouvel encouragement pour nous, même si c'est à partir d'un fait mineur et extérieur à Aubagne.

C'est un nouvel éclairage pour celles et ceux, y compris parmi nos ami.e.s, qui pensent que quelquefois on exagère.

Nous n'y arrivons pas toujours, nous ne prétendons pas à une "objectivité" qui n'existe pas, nous ne revendiquons pas l'exclusivité, mais, toujours, nous recherchons la vérité, bonne ou mauvaise à écrire. Nous avons des convictions mais nous n'appartenons à aucun "camp" (à une exception près, sur l'ensemble des membres de la rédaction, un seul est "encarté"), nous ne "roulons" pour personne. Notre vocation c'est de donner des informations qui vous permettent de construire votre propre opinion.

Nous accueillons et accueillerons dans nos colonnes toutes celles et tous ceux qui le souhaitent ou le souhaiteront, avec comme seul dénominateur commun une seule certitude "Aubagne a besoin de tourner la page Gazay".

Nous nous sommes un peu éloigné du vélodrome, mais ce stade est un tel symbole du rassemblement que nous n'en sommes peut-être pas si éloigné que ça.

Antoine Monticellu

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1