La RTM au pays de Pagnol

L’été est propice à voir l’Assemblée Nationale voter un certain nombre de textes législatifs dont l’impopularité est masquée par l’odeur du monoï. Le conseil de territoire du pays d’Aubagne et de l’Étoile n’est pas en reste et le mois d’août 2017 sera lui aussi synonyme de changement en matière de transports urbains. Quid des lignes de l’agglo ou de ce qu’il en restera ?…

Il n’aura échappé à aucun Aubagnais présent durant cette période atone que les bus des lignes de l’agglo ont perdu leurs couleurs et circulent dans l’anonymat le plus total sans logo ni marque institutionnelle. Il faut se souvenir que le dernier lifting remonte à l’été 2014, après le changement de gouvernance au sein de la ville et de l’ancienne Communauté d’agglomération devenue depuis Conseil de territoire. Le but de l’opération : faire table rase du passé en proposant un autre graphisme, et surtout en faisant disparaître la devise d’alors : liberté, égalité, gratuité. Sous la pression et diverses mobilisations citoyennes, la gratuité a été maintenue. Mais jusqu’à quand ?

La Régie des Transports Métropolitains[1], nouvel opérateur technique

Cette transformation du réseau de transports urbains qui n’apparaît que maintenant a été amorcée lors de la réunion du Conseil de territoire du Pays d’Aubagne et de l’Etoile du 27 mars 2017. Entre l’absorption des aides à la construction et la question du Valtram, une délibération y a « discrètement » annoncé l’arrivée de la RTM sur le territoire aubagnais. Celle-ci doit « épauler » la Société Publique Locale Façoneo, nouvelle autorité de gestion sur le territoire. Il est vrai que cette SPL a pour compétence l’aménagement du territoire, pas du tout la gestion des réseaux de transport. Impossible pour les élus communautaires à l’origine de cette décision d’ignorer cette incompétence technique qui ne pouvait que se traduire par le renfort du voisin marseillais.

C’est donc en catimini que la régie fera ses premiers tours de roues sur l’Est métropolitain dès le 28 août 2017, date à laquelle la délégation de service public prend fin. Mais la RTM n’a pas attendu la fin de l’été pour commencer ses interventions sur le terrain. Au mois de Juillet, les noctambules auront pu voir des équipes techniques arpenter les lignes du tram. D’ailleurs, la régie marseillaise avait déjà des vues sur le territoire aubagnais dès les premiers travaux sur la mise en place de la métropole marseillaise (voir ici). D’autant que ce montage administratif facilite la connexion entre le tramway marseillais et celui d’Aubagne.

Et la gratuité dans tout ça ?

Ce qui semblait donc n’être qu’un coup de peinture sur les véhicules de transports publics pourrait bien avoir des conséquences à moyen-long terme sur la gratuité. Bien que la Présidente du Conseil de territoire ait déclaré en séance ne pas vouloir remettre ce principe en question, on sait que l’opérateur technique n’y est pas favorable. Sans parler de la différenciation de gestion avec les autres territoires sur lesquels elle a déjà la main mise. Comment un seul et même réseau de transport urbain peut-il être payant à l’Ouest et gratuit à l’Est de la métropole ? Pourquoi y aurait-il des contrôleurs sur une partie des lignes et pas sur les autres ? Ce qui se comprenait jadis n’a plus lieu d’être dans le cas d’un exploitant unique.

Une situation qui remet en cause le principe d’égalité de traitement propre au service public, et que le Préfet ne saurait accepter longtemps. Harmonisation oblige !

La question technico-administrative risque donc de mettre à mal des choix, d’autant plus lorsque ces derniers ne font l’objet d’aucun portage politique fort. Au final, la nouvelle robe des bus aubagnais pourrait bien en dire long sur l’effacement du pouvoir local… et de la gratuité !

José Da Silva

[1] Au 1er janvier 2016, en même temps que la naissance de la métropole d’Aix – Marseille, la Régie des Transports Marseillais est devenue la Régie des Transports Métropolitains.

Hôpital : mobilisation générale le 5 août !

L'Agence Régionale de Santé (ARS), après avoir renouvelé pour 5 ans, le 16 décembre 2016, l'autorisation d'activité du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne, a fait savoir sa décision de transférer ce service à la clinique privée La Casamance.

Depuis, les organisations syndicales, regroupées au sein d'une intersyndicale, des citoyens, des élus, des associations ont multiplié les initiatives pour contraindre l'ARS à revoir sa copie. Le conseil de territoire, regroupant les communes d'Aubagne, La Penne, La Destrousse, Cuges, La Bouilladisse, Roquevaire, Auriol, Saint Zacharie, Saint Savournin, Cadolive, Peypin, Belcodène, a voté une motion pour refuser le transfert.

Les mairies de La Penne, La Destrousse, Roquevaire, La Bouilladisse ont fait de même. Pour l'instant, seul Gazay, maire d'Aubagne, malgré la demande des élus d'opposition, a refusé de demander à l'ARS de remettre en cause sa décision de transférer le service de réanimation à La Casamance.

Seul Gazay ne refuse pas le transfert

Un groupe de travail composé de médecins a remis, il y a quelques jours, une étude d'impact si comme le souhaite l'ARS on opérait "la transformation de la réanimation en unité de soins de suite".

Avec une totale objectivité et un grand sérieux, cette étude démontre que, si c'était le cas, le déficit de l'hôpital serait aggravé de 1,5 à 2 millions d'euros. Les critères de performances, sur la base des rapports et des notations de la Haute Autorité de Santé, sont tous à l'avantage de l'hôpital par rapport à La Casamance. C'est même l'excellence pour l'hôpital dans le domaine de la lutte contre les maladies nosocomiales.

L'étude fait observer que l'augmentation de 6 à 8 lits a fait progresser l'activité de 140%, alors qu'il est prévu, in fine s'il y a transfert, de réduire de 18 à 16 le nombre de lits de réanimation sur le territoire.

Tout indique, donc, qu'il y a un réel danger pour la santé des habitants du territoire si l'ARS maintient sa décision.

Mobilisation pour l'inauguration d'Argilla

Un collectif "Défendons l'hôpital public d'Aubagne" s'est créé avec toutes les organisations syndicales du territoire, des maires, des élus, des médecins, des citoyens, des associations, des organisations politiques diverses et plurielles.

Il vient de prendre la décision, devant la gravité de la situation, d'appeler à la mobilisation de toutes et tous le jour de l'inauguration d'Argilla, le 5 août, à 9h30, place de l'horloge, à Aubagne. 

Un tract explicatif sera distribué à tous les visiteurs et aux invités. Le collectif demande à toutes celles et tous ceux qui seront présents à Aubagne ce jour là de venir les rejoindre, citoyens, organisés ou pas et élus, si possible avec des pancartes ou des banderoles, ou toutes autres formes de manifestations visibles et pacifiques.

Antoine Monticellu

Accessibilité encore

accessibilite asdel juillet 2017

Beaucoup d'articles dans la presse quotidienne sur l'accessibilité et la mobilité des personnes à mobilité réduite. Il nous semble, au travers de ces articles, qu'il y a un décalage entre les paroles et les actes affichés par la municipalité. Volontarisme de façade contredit par les réalisations concrètes, et à ce propos, le traitement des rues Rastègue et Martinot en est bien un exemple.

Lire la suite : Accessibilité encore

Dérision face au mépris

Dérision face au mépris

Une fois de plus, M. Gazay a le chic de jeter de l'huile sur le feu. Le communiqué de presse de l'association "Se déplacer en liberté" concernant le déplacement des personnes à mobilité réduite a eu l'avantage de susciter une réponse du Maire lors de l'inauguration des travaux rues Rastègue et Martinot.

Lire la suite : Dérision face au mépris

Quid du Plan Propreté du candidat Gazay ?

Quid du Plan Proprete du candidat Gazay

Il y a les mots, les palabres, les grands discours que l'on assène devant une assemblée acquise. Et puis il y a les faits qui démontrent, démontent et enterrent. En 2014, le candidat Gazay revêtait ses plus beaux tissus pour se muer en Monsieur Propre. En 2017, la ville est plus sale que jamais. Aux faits s'ajoutent les preuves : les photos que Mèfi! publie régulièrement et une vidéo datant de 2014 qui devrait vous intéresser...

Lire la suite : Quid du Plan Propreté du candidat Gazay ?

Gazay a oublié l'histoire de France

14 juillet aubagne

Dans chaque ville de notre beau pays, les commémorations se déroulent devant le monument aux morts. Juste hommage à ceux qui depuis des siècles sont tombés pour notre Liberté  pour renverser la monarchie, pour que vive la République, pour conserver la valeur citoyenne des mots "Liberté, Egalité, Fraternité"... 1789, 11 Novembre, 26 Avril, 8 Mai...

Lire la suite : Gazay a oublié l'histoire de France

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Imposture : CSG et Taxe d'Habitation +

    Macron ,Castaner et consorts, nos Pinocchios nationaux, répondent sans vergogne aux médias que notre pouvoir d’achat sera augmenté en 2018 pour des millions de personnes. Le cas de notre foyer après simulation sur le "site d’impots.gouv" démontre l’inverse : taxe d’habitation 2017, 2327 € , nous attendons toujours la baisse de 15% promise par Gazay. Revenu imposable Lire la suite
  • Cuges: les élus de la majorité penchent sérieusement vers la droite extrême +

      Lors du conseil municipal du 18 décembre, perdue dans une délibération concernant le règlement de la cantine scolaire, une phrase en apparence anodine prévoit « la fin des repas spéciaux ». Lire la suite
  • Les Alters font leurs vœux +

    Mercredi 17 janvier avait lieu la conférence de presse pour annoncer les vœux du groupe d'opposition Aubagne Alternative Citoyenne et Ecologiste et de l’association Aubagne à venir. Lire la suite
  • La colère de M. Bacchio, restaurant le 3 Farfalle +

    M. Bacchio, l'un des propriétaires du restaurant "Le 3 Farfalle", place Joseph Rau, ne décolère pas devant le refus persistant de la mairie de lui accorder l'autorisation d'une terrasse couverte. Lire la suite
  • De l'eau pour tous +

    Le 8 janvier, le quotidien La Provence faisait connaître à ses lecteurs l'existence d'un Aubagnais qui habitait au croisement des Arnauds et de Longuelance et qui ne bénéficiait pas de la distribution de l'eau potable. Lire la suite
  • La Font de mai saccagée en 2018 ? +

    Souvenons-nous que la création de ce domaine public de 97 hectares inauguré en 2007 avait fait l'objet de nombreuses réunions de concertation et se donnait comme objectifs la protection de la colline, l'accès à tou-te-s les habitant-e-s pour y randonner, découvrir la faune, la flore et le patrimoine... Qu'en est-t-il Lire la suite
  • L'art de distiller du poison +

    A la lecture d'un journal local le Samedi 6 Janvier 2018, un article signé du correspondant Aubagnais m'a mis mal à l'aise. Lire la suite
  • 1