« L’affaire » de la cuisine centrale portée devant le tribunal


Depuis plusieurs semaines, un temps pluvieux s’était installé au dessus de la cuisine centrale. Malgré un redoux des températures à l’approche des fêtes de fin d’année, les premiers jours de Janvier ont vu le climat se rafraîchir. La vague de froid actuelle est à l’image du rapport qu’entretient l’équipe municipale avec ce dossier pourtant brûlant. La saisine du Tribunal administratif par les élus d’opposition pourrait bien freiner les ardeurs de privatisation de monsieur le Maire.

On se souvient que malgré les promesses de travailler le cahier des charges dans le cadre de la commission sur la DSP installée le 16 décembre dernier, l’avis d’appel d’offres était envoyé à la publication dès le 4 janvier. Le coup (bas) est donc parti avant même que le Commission puisse se réunir une deuxième fois.

La stratégie de l’isolement des agents de la cuisine centrale

Les agents de la Ville, et encore moins ceux de la cuisine centrale, n’ont pas oublié que pour les vœux au personnel, le traditionnel tour des services avait été – tout comme l’administration – réorganisé pour dissimuler au mieux les absences d’un personnel démotivé. Le lieu de la cuisine centrale était ainsi ignoré comme pour fuir le symbole.

Mais la petitesse du geste n’ayant pas suffi, pour les vœux à la population, Monsieur le Maire a préféré avoir recours à un traiteur  pour préparer et servir petits fours et autres délices.

D’après quelques commentaires, seule la facture fut trop salée : 15 000 euros pour un service autrefois assuré par la cuisine centrale. Pour une équipe municipale qui crie encore haut et fort, presque 2 ans après son élection, que les finances de la ville sont catastrophiques… on ne peut que s’étonner de ce choix. A moins que cet argument politique ne s’applique pas à un Maire ayant décidé d’une énième provocation à l’encontre des agents de la restauration municipale.

Si les élus d’opposition ont souhaité ne pas se rendre à la cérémonie des vœux à l’Espace des Libertés, ils ont par contre fait le choix de se déplacer à la Cuisine centrale pour présenter les leurs à celles et ceux qui ont tenu tête pendant plusieurs semaines à la majorité municipale. Ainsi, les représentants[1] du groupe Aubagne alternative citoyenne et écologiste se sont rendus sur le site ce lundi 18 janvier.

Au programme de cet échange, la traditionnelle annonce de Bonne année rapidement évoquée, 2016 s’annonçant encore conflictuelle, a rapidement laissé place aux traces indélébiles qu’aura laissé la grève des agents territoriaux.

Face aux prérogatives d’un Maire jusqu’au boutiste, c’est la notion de service public et ses défenseurs qui en ressortent grandis. Malgré le vote de la délibération pour la délégation de service public, les premiers résistants à la privatisation travaillent à l’élaboration d’un projet alternatif.

Quand les résistances s’organisent…

La résistance a en effet de beaux jours devant elle. Elle est à la mesure de la pression que peut exercer le monarque local qui s’est mis à dos une grande partie de sa population. D’autant que les mensonges s’accompagnent de maladresses administratives aussi « pagnolesques » qu’étonnantes !

Suite au Conseil municipal du 25 novembre 2015, le groupe Aubagne alternative citoyenne et écologiste avait déjà adressé une requête au Préfet. Pour faire suite à ce premier « acte », une action devant le tribunal administratif est aujourd’hui envisagée.

Les arguments justifiant la démarche ne manquent pas et sont tout-à-fait recevables devant la juridiction concernée : refus d’une demande de suspension de séance par Gérard Gazay aux 2 vice-présidents du groupe d’opposition comme l’autorise le règlement du CM ; rapport d’audit transmis aux élus incomplet ; absence d’informations préalables au sujet des associations membres de la commission consultative sur les services publics locaux.

Si le tribunal administratif statue en faveur des plaignants contre l’actuelle municipalité, tout le travail sur la délégation de service public devra être refait. Une sanction de ce type sonnerait comme un sanglant désaveu pour l’équipe de Gérard Gazay.

Un appel à souscription ouvert à tous

Les chances de voir la délibération sur la DSP annulée sont réelles et portent aujourd’hui de nombreux espoirs parmi les collectifs, les agents et les citoyens qui étaient au cœur de la mobilisation pour la cuisine centrale. Initiée par les élus d’opposition, la démarche se veut donc ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent freiner les élans dictatoriaux de l’actuelle municipalité.

Pour soutenir le mouvement, une grande souscription a été lancée. Les fonds récoltés serviront à couvrir les frais de procédures qui s’élèvent à quelques 4800 euros. Une somme qui devrait rapidement être couverte par le soutien d’une population de plus en plus insatisfaite et en colère !

Déjà la CGT, la FSU, EE-LV, le PCF, Aubagne à venir, l'Appel des cent, l'Asdel ont décidé de participer à cette souscription. Les réponses des Parents en colère et de Vivre Aubagne autrement qui ont, eux aussi, participé au mouvement de novembre-décembre, sont attendues. D'autres organisations pourraient les rejoindre.

Gérard Gazay a beau penser qu’il fait la pluie et le beau temps, il y a avis de tempête sur la Mairie d’Aubagne-en-Provence.

José Da Silva

 

[1] Daniel Fontaine, Magali Giovannangeli, Denis Grandjean, Ndjima Ait Abbas et Hélène Lunetta.

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Martine fait son bilan +

    Mercredi 23 mai, à l'Espace des Libertés, la Présidente du Conseil Départemental présentait son bilan après 3 ans de mandat à la population de ce que la droite appelle "le bloc de l'est", soit près de 200 000 habitants. Lire la suite
  • Dossier Transport : baromètre des villes cyclables, Aubagne en queue de peloton ! +

    « Très défavorable », c’est résumé en deux mots le résultat du dernier baromètre des villes cyclables de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) pour qualifier “le climat vélo” à Aubagne. À ce commentaire pas franchement élogieux est associée la note G. Inutile de chercher plus bas, cela n’existe pas Lire la suite
  • En Guerre +

    Perrin Industrie, 1100 ouvriers qui ont cru à la parole du patron et se sont engagés à fond pendant deux ans pour sauver la boite, l’entreprise a relevé la tête mais la loi du marché décide, l’entreprise va fermer et dans une région sinistrée, les travailleurs se trouveront à la Lire la suite
  • La métropole va encore réduire son budget de 60 millions d'euros +

    Le conseil de métropole réuni vendredi 18 mai a entériné la décision de réduire le budget 2018, déjà exsangue, de 60 millions d'euros supplémentaires. Lire la suite
  • Victoire difficile pour le RCA, nouvelle défaite pour l'AFC +

    En ligue 1, le PSG est champion de France, à la surprise générale. Monaco termine à la deuxième place et c'est finalement Lyon qui occupe la troisième marche du podium avec un point d'avance sur l'OM. Rennes et Bordeaux sont qualifiés, avec l'OM, pour la Ligue Europa. Troyes et Metz Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le Collectif réanime +

    Mardi 15 mai, en salle des mariages de la ville de Roquevaire, une belle union a eu lieu pour la défense de la réanimation de l'Hôpital d'Aubagne. Celle du collectif des citoyens et du collectif des médecins avec le collectif des maires du territoire, et même au delà. Lire la suite
  • Place aux compagnies... et autres actions culturelles authentiques +

    Six cents compagnies de théâtre sont recensées par l'Arcade (L'agence des arts du spectacle en région paca) qui toutes, avec des niveaux de reconnaissance différents, recherchent des moyens de production (subvention, coproduction, auto-production partenariat...) afin de faire démarrer leurs projets de création. Très peu aujourd'hui parviennent à obtenir les moyens Lire la suite
  • 1