Cuisine centrale : une privatisation pour Pâques !


Alors que l'on termine à peine la dégustation de la galette des Rois, c'est une bien curieuse fève que le Maire offre à la cuisine centrale. Sans même que la Commission sur la DSP ait été associée à sa rédaction, le cahier des charges pour la délégation de service public a été publié le 4 janvier. Cette annonce scelle l'avenir de la restauration municipale qui sera donc privée pour Pâques.

Mi-décembre, après trois semaines de paralysie, le mouvement de grève qui opposait les élus aux fonctionnaires territoriaux associés aux syndicats et aux parents d’élèves « en colère » sur le dossier de la privatisation de la cuisine centrale, trouve finalement une fin satisfaisante à travers la création d’une commission de travail sur la DSP. Elle est destinée à réfléchir collectivement à des pistes d’amélioration du service municipal de restauration. Réunie pour la première fois le mercredi 16 décembre, les participants se déclaraient alors satisfaits mais vigilants. A l’approche de la nativité, on aurait presque pu croire que Gérard Gazay avait trouvé le chemin du dialogue universel et du travail collaboratif.

Dans la soirée même, les élus de la majorité, unis comme un seul homme derrière leur chef, votaient la délibération sur la délégation de service public (DSP), terme pudique pour définir l’offrande de la cuisine centrale à la Sodexo et/ou consort. Et ce, malgré l’avis défavorable de la commission sur la DSP, comme le maire d'Aubagne se voyait d’ailleurs contraint de le reconnaître, lors de la lecture de la délibération. Il n’aura donc pas fallu attendre longtemps pour qu’apparaisse au grand jour la énième trahison de l’équipe municipale envers ses concitoyens et administrés. Pourtant, à l’issue de ce Conseil municipal, quelques voix s’élevaient aux abords de la salle du Bras d’Or pour dire que la Commission pouvait encore être force de propositions. Les esprits optimistes voulaient encore croire en leur capacité à contribuer à la rédaction d’un cahier des charges porteur de certaines valeurs et auquel serait soumise l’entreprise en charge de la future gestion.

Rien sur la qualité des repas !

C'est donc dans cette perspective que la commission s’est réunie une seconde fois le 6 janvier 2016. Au cœur des débats, l’audit de la discorde. Le directeur de Poivre et Sel, le cabinet d’études ayant rédigé le fameux rapport aux pages manquantes, a fait le déplacement pour passer son oral du baccalauréat blanc. Une épreuve « pour de faux », qui ne compte en rien dans le résultat final. Les participants ne s’y sont d’ailleurs pas trompés puisque syndicalistes comme parents ressortent de la réunion avec le sentiment que les arguments sont peu convaincants et peu probants. Ainsi les réflexions devaient se poursuivre lors d’une troisième réunion de la commission fixée au 20 janvier 2016.

Mais dès le 4 janvier, jour de rentrée scolaire et des personnels municipaux en congés, l'appel d'offres scellant l'avenir (privé) du service de restauration municipal est publié dans la revue professionnelle "L'Hôtellerie" ! Sans même laisser le temps aux parties prenantes de contribuer au débat comme s'était engagé à le faire Gérard GAZAY, ce dernier met un terme brutal à une démarche participative dont il savait dès le départ qu'elle n'était qu'un mensonge de plus.

Les dates et les délais parlent d’eux-mêmes : il faut généralement 3 à 4 semaines pour finaliser un cahier des charges si on compte les nombreux allers-retours entre les services techniques concernés et les services juridiques chargés de vérifier la légalité sous différents aspects. Le temps de rédaction peut être plus court s’il s’agit d’une priorité de l’équipe municipale en place, appuyée par le Premier magistrat lorsque lui aussi décide d’en faire une priorité. Or, on sait que la période des fêtes de fin d’année est peu propice à faire avancer les dossiers des collectivités locales qui fonctionnent à moyens réduits durant cette période.

Dans tous les cas, la Ville d’Aubagne semble ne pas avoir goûté aux joies de la trêve des confiseurs. Au mieux, l’équipe municipale a travaillé d’arrache-pied entre Noël et le Jour de l’An pour boucler la rédaction de toutes les pièces de l’appel d’offres. Au pire, le cahier des charges était déjà écrit de longue date par le futur lauréat.

Le cahier des charges écrit par la Sodexo ?

Vue la rapidité avec laquelle le cahier des charges a été rédigé, dans une période institutionnelle calme, on peut se poser la question de qui a tenu la plume ? Les visites de site telle que celle de juin dernier par l'entreprise leader du secteur est de nature à conforter ces doutes ! S'agit-il d'un cahier des charges sur-mesure ? L’avis de publication de l’appel d’offres (cf. image ci-dessous) laisse transparaître certains arrangements qui contredisent d’ailleurs les arguments avancés par les élus de la majorité : la délégation de service public doit permettre la rénovation des restaurants scolaires. L’annonce du marché public ne fait état que du « réaménagement des salles à manger des écoles ». Cette « nuance » permettra à l’entreprise privée lauréate d’embellir à moindre coût, par des chaises neuves et quelques plantes vertes. Le travail de décoration sera néanmoins facturé par la dite entreprise qui aura aussi en charge l’encaissement des prix des repas comme demandé dans l'avis de la publication !

Pour celles et ceux qui ne croyaient pas en la sincérité de Monsieur le Maire « de tous les Aubagnais », nous sommes au regret de leur confirmer leur crainte. La privatisation de la cuisine centrale était scellée depuis longtemps. Mais le conflit n’a pas été vain. Il a permis d’ouvrir un espace de concertation et d’en mesurer très vite les limites. Nous sommes désormais alertés sur les intentions d’élus qui se comportent en petits seigneurs. On a pu constater également "la capacité de maladresse" de l'équipe municipale actuelle, aussi bien sur le plan administratif que juridique. Enfin, un système d'alerte efficace s'est structuré au sein d'habitants révoltés dont certains étaient des pro-GAZAY de la première heure. Du vernis de ces gens là, moins de 2 ans après leur élection, il ne reste plus rien !

Chers Aubagnais, chères Aubagnaises, Monsieur le Maire vous souhaite une excellente année 2016 pleine de mensonges, de cynisme et de mépris pour vous, vos proches et vos enfants !

José Da Silva

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Imposture : CSG et Taxe d'Habitation +

    Macron ,Castaner et consorts, nos Pinocchios nationaux, répondent sans vergogne aux médias que notre pouvoir d’achat sera augmenté en 2018 pour des millions de personnes. Le cas de notre foyer après simulation sur le "site d’impots.gouv" démontre l’inverse : taxe d’habitation 2017, 2327 € , nous attendons toujours la baisse de 15% promise par Gazay. Revenu imposable Lire la suite
  • Cuges: les élus de la majorité penchent sérieusement vers la droite extrême +

      Lors du conseil municipal du 18 décembre, perdue dans une délibération concernant le règlement de la cantine scolaire, une phrase en apparence anodine prévoit « la fin des repas spéciaux ». Lire la suite
  • Les Alters font leurs vœux +

    Mercredi 17 janvier avait lieu la conférence de presse pour annoncer les vœux du groupe d'opposition Aubagne Alternative Citoyenne et Ecologiste et de l’association Aubagne à venir. Lire la suite
  • La colère de M. Bacchio, restaurant le 3 Farfalle +

    M. Bacchio, l'un des propriétaires du restaurant "Le 3 Farfalle", place Joseph Rau, ne décolère pas devant le refus persistant de la mairie de lui accorder l'autorisation d'une terrasse couverte. Lire la suite
  • De l'eau pour tous +

    Le 8 janvier, le quotidien La Provence faisait connaître à ses lecteurs l'existence d'un Aubagnais qui habitait au croisement des Arnauds et de Longuelance et qui ne bénéficiait pas de la distribution de l'eau potable. Lire la suite
  • La Font de mai saccagée en 2018 ? +

    Souvenons-nous que la création de ce domaine public de 97 hectares inauguré en 2007 avait fait l'objet de nombreuses réunions de concertation et se donnait comme objectifs la protection de la colline, l'accès à tou-te-s les habitant-e-s pour y randonner, découvrir la faune, la flore et le patrimoine... Qu'en est-t-il Lire la suite
  • L'art de distiller du poison +

    A la lecture d'un journal local le Samedi 6 Janvier 2018, un article signé du correspondant Aubagnais m'a mis mal à l'aise. Lire la suite
  • 1